Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TROUBLES DES CONDUITES ALIMENTAIRES

Les troubles des conduites alimentaires (TCA) regroupent principalement l’anorexie mentale, la boulimie et l’hyperphagie boulimique.

Les conduites anorexiques sont décrites comme des conduites de restriction alimentaire extrême dès l’Antiquité. Elles revêtent un caractère mystique au Moyen Âge (on parle des « saintes anorexiques »). Au xixe siècle, l’anorexie entre dans la sphère médicale sous les dénominations successives de « délire hypocondriaque », « anorexianervosa », « anorexie hystérique » et « anorexie endocrinienne », avant que dominent, durant la majeure partie du xxe siècle, les conceptions psychogéniques de l’« anorexie mentale ». Le terme et le syndrome de boulimie (bulimianervosa) sont introduits en 1979 par le psychiatre britannique Gerald Russell, qui parle d’une « variante inquiétante » de l’anorexie mentale, dans laquelle alternent des crises hyperphagiques et des comportements compensatoires visant à éviter la prise de poids, tels des périodes de jeûne, des vomissements provoqués ou d’autres conduites purgatives.

Dans les années 1980, l’anorexie mentale et la boulimie rentrent sous la dénomination de troubles des conduites alimentaires dans la nosographie et les classifications psychiatriques, notamment la Classification internationale des maladies (CIM) de l’Organisation mondiale de la santé et le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM) de l’Association américaine de psychiatrie. S’y adjoint bientôt un autre trouble, l’hyperphagie boulimique (binge eatingdisorder), caractérisé par des crises de boulimie récurrentes, mais sans comportements compensatoires pour éviter la prise de poids.

Tableaux cliniques

Anorexie mentale

L’anorexie mentale est une maladie sévère dont la psychopathologie est dominée par une préoccupation extrême autour du poids et de la forme corporelle, ainsi qu’une peur intense de prendre du poids. Ces symptômes sous-tendent une restriction alimentaire extrême, souvent accompagnée d’autres stratégies de contrôle du poids, conduisant rapidement à une perte de poids importante – ou une absence de prise de poids chez l’enfant et l’adolescent – pouvant aller jusqu’à un état de cachexie menaçant le pronostic vital.

Typiquement, l’anorexie mentale touche les jeunes filles et les très jeunes femmes des sociétés occidentales, avec deux pics d’apparition des troubles aux alentours de 12 et 18 ans. Sont particulièrement à risque les personnes engagées dans des occupations valorisant ou nécessitant le contrôle du poids, comme les mannequins, danseurs et sportifs de disciplines requérant un faible poids corporel. Dans 10 % des cas, l’anorexie mentale touche les hommes jeunes, souvent après une période de surpoids ou d’obésité. L’anorexie mentale peut survenir chez les sujets prépubères. À l’inverse, il existe des formes à début tardif (après 40 ans), qui se manifestent souvent en réaction à un événement familial (deuil, mariage, grossesse, naissance d’un enfant). L’anorexie mentale peut atteindre les personnes soumises à des changements culturels à l’échelle individuelle ou sociétale. Ainsi, elle est de plus en plus fréquente chez les populations migrantes et dans les pays non occidentaux touchés par les modèles culturels et médiatiques de l’Occident.

La peur intense de prendre du poids est un élément central de la psychopathologie anorexique, même si cette peur peut être déniée et seulement inférée par des comportements associés. Au cours de la maladie s’installent une éviction progressive des aliments « caloriques », la pesée des aliments, le contrôle de la préparation des repas ou un refus des repas en groupe, et une sélectivité alimentaire parfois rationalisée sous forme de choix orthorexiques, végétariens, végans, etc. Une hyperactivité physique excessive précède souvent le déclenchement du trouble et persiste[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : psychiatre, professeure adjointe à l'université d'Ottawa, Ontario (Canada), ex-chercheuse à l'Inserm, Paris

Classification

Pour citer cet article

Martine FLAMENT. TROUBLES DES CONDUITES ALIMENTAIRES [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Anorexie mentale - crédits : RJ Sangosti/ The Denver Post/ Getty Images

Anorexie mentale

Affiche pour la Journée internationale des troubles des conduites alimentaires, 2023 - crédits : agence Comquest/ Khosrork - iStock

Affiche pour la Journée internationale des troubles des conduites alimentaires, 2023

Voir aussi