ZOONOSES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Créé par l’association des mots grecs zoon (« animal ») et nosos (« maladie »), le mot « zoonose » apparaît au milieu du xixe siècle. Il désigne alors une poignée de maladies humaines dont on sait qu’elles sont transmises par des animaux. Resté longtemps peu utilisé, il le devient beaucoup à partir du début du xxie siècle, car on l’associe à des maladies récemment émergentes comme la fièvre Ebola, le SRAS, le MERS et, depuis 2020, la Covid-19. Or, si « zoonose » qualifie bien l’existence d’un lien entre animal et maladie, le contenu de ce lien est loin d’être précis et ne se limite certainement pas aux pathologies émergentes. Ainsi, le dictionnaire Le Robert définit une zoonose comme « une maladie infectieuse des animaux vertébrés transmissible à l’être humain (ex. rage) ». L’adjectif « vertébré » écarte donc de cette définition des maladies comme le paludisme et les vers parasites, transmises essentiellement par des animaux sans vertèbres. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) quant à elle donne une définition plus large qui cependant fluctue selon les textes : les zoonoses sont « un groupe de maladies infectieuses qui se transmettent naturellement de l'animal à l'homme ». Ici, l’animal n’est plus seulement un vertébré. L’emploi de l’adverbe « naturellement » peut en revanche surprendre : dans un contexte de perturbation des écosystèmes par les sociétés humaines et d’émergence de maladies, la transmission peut-elle être qualifiée de « naturelle » ? Ailleurs, l’OMS pose que les zoonoses sont des maladies qui se transmettent « directement ou indirectement », c’est-à-dire que des événements successifs peuvent intervenir dans la circulation d’un agent infectieux entre l’animal et l’homme, sans qu’il y ait nécessairement un contact direct entre eux. La nature et le nombre des zoonoses se jouent donc sur le choix des critères d’inclusion : quelques centaines de maladies si l’on retient la définition du Robert, quelques milliers si l’on inclut les invertébrés, et les trois quarts des maladies humaines et animales selon la dernière définition de l’OMS citée. Comme pour « environnement », terme auquel « zoonose » est fortement associé, ce sont les contextes de l’utilisation du mot qui déterminent son acception. Cette imprécision pose problème : un terme aussi flou a-t-il vraiment son utilité en science ? On peut d’autant plus se poser la question que ses divers contenus semblent se dissoudre dans l’approche « One Health » (« une seule santé »), qui lie de manière plus générale la santé humaine à la santé animale et à l’environnement.

Les zoonoses en médecine vétérinaire et en santé publique

Le terme Zoonosen apparaît en 1855 en titre d’un chapitre du traité de médecine Handbuch der speciellen Pathologie und Therapie. Le mot est au pluriel ; il regroupe le petit nombre de maladies alors connues pour être transmises aux humains par les animaux, comme la rage, la morve équine et la vaccine, et des maladies causées par divers animaux parasites.

En 1859, Rudolph Virchow introduit le mot dans le domaine de la « santé alimentaire » lorsqu’il démontre que le ver parasite Trichinella spiralis est transmis à l’homme par la consommation de viande de porc mal cuite. Il qualifie la maladie qui en résulte, la trichinose, de zoonose – car causée par un animal – alimentaire – car le ver responsable infecte l’homme via son alimentation. La trichinose est alors un problème majeur de santé publique en Europe du Nord, Prusse et Pologne en particulier. La découverte de Virchow aboutit à une amélioration de la sécurité alimentaire grâce à l’inspection des carcasses en abattoir dès 1869 en Prusse par des inspecteurs spécialisés, en particulier vétérinaires.

Les zoonoses en politique

Photographie : Les zoonoses en politique

Le mot zoonose apparaît en 1855. Rudolph Virchow l'applique, en 1859, à une maladie parasitaire, la trichinose, due à des vers transmis par de la viande de porc mal cuite. La maladie est fréquente en Europe du Nord, particulièrement en Prusse et en Pologne. La description de cette première... 

Crédits : Cham/ BnF, réserve des livres rares, cote : 4-LI3-402

Afficher

Puis, avec le développement de la microbiologie et de la parasitologie à partir de 1880, on découvre d’autres parasites et bactéries pathogènes infectant en particulier les animaux d’élevage, qui les transmettent ensuite à l’homme. Outre les vers, on recherche donc à l’abattoir les signes de la [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Les zoonoses en politique

Les zoonoses en politique
Crédits : Cham/ BnF, réserve des livres rares, cote : 4-LI3-402

photographie

Chasseurs de rats dans le port de Liverpool

Chasseurs de rats dans le port de Liverpool
Crédits : Wellcome Collection ; CC BY 4.0

photographie

Civette palmiste masquée

Civette palmiste masquée
Crédits : Jean-Paul Ferrero/ Biosphoto

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : chercheur en histoire des sciences, université Paris-VII-Denis-Diderot, ancien chef de service à l'Institut Pasteur

Classification

Autres références

«  ZOONOSES  » est également traité dans :

ZOONOSES

  • Écrit par 
  • Louis JOUBERT
  •  • 2 558 mots
  •  • 1 média

Les zoonoses sont les maladies et les infections qui se transmettent naturellement des animaux vertébrés à l'homme et vice versa. Les zoonoses de (zoon, « animal » et de noson, « maladie ») sont des maladies humaines déterminées par des animaux. On admet différentes acceptions plus ou moins larges du terme. La plus commune se restreint à l'étude des […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE DES ZOONOSES

  • Écrit par 
  • Frédéric KECK, 
  • Christos LYNTERIS
  •  • 3 954 mots
  •  • 4 médias

Depuis les années 2010, les anthropologues s’intéressent aux dispositifs visant à contrôler la transmission de maladies infectieuses des animaux aux humains, maladies regroupées sous le terme de « zoonoses ». Les crises sanitaires liées à la maladie dite « de la vache folle » (1996), aux grippes aviaires et porcines (1997, 2005, 2009), aux pneu […] Lire la suite

ARBOVIRUS

  • Écrit par 
  • Claude HANNOUN, 
  • Jean-François SALUZZO
  •  • 1 865 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Pouvoir pathogène »  : […] Les maladies provoquées chez l'homme par les arbovirus sont assez variées. En fait, elles ont toutes en commun, après la contamination par piqûre et la période d'incubation, une phase initiale de « virémie » au cours de laquelle le virus est présent dans le sang, ce qui permet à de nouveaux Arthropodes piqueurs de s'infecter. Cette phase peut se manifester par une fébrile affection transitoire. D […] Lire la suite

BRUCELLOSE ou MÉLITOCOCCIE ou FIÈVRE DE MALTE

  • Écrit par 
  • Henri-Hubert MOLLARET
  •  • 1 370 mots

La brucellose (fièvre de Malte, fièvre ondulante, fièvre sudoro-algique, mélitococcie) est une maladie infectieuse commune à l'homme et à différentes espèces animales (essentiellement caprins, ovins, bovins, porcins), due à des microbes du genre Brucella . […] Lire la suite

CÉNUROSES

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  •  • 739 mots

Les cénuroses sont des parasitoses graves, liées au développement, chez les animaux herbivores et, exceptionnellement, chez l'homme, des larves dites cénures de ténias appartenant au genre Multiceps . Un cénure est une larve vésiculaire contenant plusieurs têtes de ténia (ou scolex). C'est-à-dire qu'à partir d'un seul œuf la larve va élaborer plusieurs scolex dont chacun donnera un ténia adulte. C […] Lire la suite

CHARBON MALADIE DU

  • Écrit par 
  • Agnès FOUET, 
  • Michèle MOCK
  •  • 1 932 mots
  •  • 1 média

Le charbon, dénommé anthrax en anglais, est une maladie essentiellement vétérinaire. Elle touche tous les mammifères, y compris l'homme, à qui elle est transmise par les animaux ou des produits dérivés contaminés. Elle est non contagieuse d'homme à homme. On distingue trois formes humaines de la maladie : la forme cutanée, caractérisée par la formation d'une escarre noire (d'où le nom de charbon) […] Lire la suite

CORONAVIRUS

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 294 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Distribution des coronavirus  »  : […] Les coronavirus appartiennent à la famille des Coronaviridae et, pour ceux présentés ici, à la sous-famille des Orthocoronavirinae, qui comprend une quarantaine d’espèces parmi lesquelles les coronavirus humains. Leur nomenclature comporte souvent l’acronyme de la maladie suivie de la désinence CoV. Ainsi, la maladie SRAS est causée par le virus SARS-CoV-1 (1 parce que c’est le premier de cette e […] Lire la suite

COVID-19

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 4 072 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Origine et description de la Covid-19 »  : […] La Covid-19 est une zoonose,  maladie transmise à l’homme par des animaux, dont l’espèce n’est pas ici clairement établie – le pangolin, le blaireau-furet ou le vison chinois ne constituant que des hypothèses parmi d’autres. En revanche, l’animal-réservoir du virus est certainement une chauve-souris, chez qui plusieurs coronavirus de la famille des Sarbecovirus , très semblables, ont été retrouvé […] Lire la suite

CYSTICERCOSES

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  •  • 722 mots

Ce sont des parasitoses dues au développement des larves dites « cysticerques » de certains ténias. Le cysticerque, forme « simple », peut être considéré comme le point de départ d'une série de larves de structure de plus en plus complexe : cysticercoïde, cénure, hydatide. Le cycle évolutif commence par l'élimination et la dispersion dans le milieu extérieur, avec les fèces des carnivores, hôtes d […] Lire la suite

EBOLA FIÈVRE ET VIRUS

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 1 596 mots
  •  • 1 média

La fièvre Ebola tire son nom d’une rivière de la République démocratique du Congo (RDC) qui baigne le village de Yambuku, où cette maladie a été identifiée pour la première fois en septembre 1976 chez l’homme. Les autorités de santé avaient été informées d’une maladie foudroyante par les membres de l’hôpital catholique local. Mandatés par le président Mobutu, un médecin belge, François Ruppol, e […] Lire la suite

ÉCHINOCOCCOSES

  • Écrit par 
  • Patrick GIRAUDOUX, 
  • Yves GOLVAN
  •  • 1 307 mots

Les échinococcoses sont des parasitoses graves liées au développement, chez les mammifères herbivores et omnivores (et chez l'homme), des larves dites « hydatides » des ténias du genre Echinococcus . Une hydatide peut se définir comme une larve vésiculaire pouvant contenir plusieurs milliers de têtes de ténia (ou scolex). En effet, à partir d'un seul œuf naît une seule larve, mais celle-ci va élab […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gabriel GACHELIN, « ZOONOSES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/zoonoses/