ALIMENTATION (Économie et politique alimentaires)Enjeux de politiques publiques

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une tendance à la relocalisation

En étant attentif à l'intitulé même du règlement 178/2002 qui établit les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire au sein de l'Union européenne, comme d'ailleurs aux accords de Marrakech qui ont fondé l'O.M.C., il apparaît que les États et leurs ressortissants doivent seulement respecter des principes juridiques assez généraux. Un espace de liberté demeure, en réalité très vaste, qui permet aux États de concevoir et de mettre en œuvre des politiques publiques adaptées aux problèmes spécifiques qu'ils ont à résoudre.

Des responsabilités infra-étatiques

Si la politique agricole est une politique intégrée, il n'en est rien des politiques nutritionnelles ou des politiques sociales comme celle qui concerne l'aide alimentaire. De la même manière, les protections juridiques de produits agricoles ou alimentaires connaissent un développement très inégal au sein de l'Union, ce qui traduit des différences notables en ce qui concerne les politiques de qualité et d'origine d'un État membre à l'autre. En France, il est bien connu que la vitalité économique de certaines régions (Aquitaine, Champagne, Franche-Comté...) prend appui sur des productions agricoles et alimentaires qui bénéficient d'une très grande notoriété. Elles ont donc intérêt au développement de telles politiques.

Tout cela montre que bien souvent l'échelon le plus approprié pour identifier un risque, une difficulté, ou un avantage, et mettre en place une politique publique pour y répondre, est le niveau local, régional ou départemental.

Alors même que les politiques publiques qui exercent une influence sur l'alimentation des Français se sont développées à un échelon supranational pendant plus de cinquante ans, il est pratiquement certain, en ce début de xxie siècle, que la proximité de l'usager sera considérée comme le niveau d'intervention pertinent. Dans leur pilotage et dans leur mise en œuvre, si ce n'est dans leur conception, une tendance centrifuge succédera à une tendance centripète.

Pourtant, les décideurs publics autres que l’État (régions, départements, communes) sont souvent encore privés de moyens juridiques pour conduire ces politiques. En France, les applications locales du principe de précaution par des arrêtés municipaux interdisant les cultures d'O.G.M. en plein champ sont invalidées par les tribunaux administratifs, tandis qu’une décision du Conseil d’État de décembre 2009 reconnaît ces cultures comme objet légitime d’une délibération pour un conseil général.

Protection des savoir-faire locaux

L'Union européenne, s'inspirant en particulier du dispositif français, a adopté, le 14 juillet 1992, le règlement 2081/92 de protection des noms géographiques. Ce règlement comporte plusieurs notions nouvelles qui correspondent à des protections juridiques de savoir-faire : l'appellation d'origine protégée (A.O.P.) ; l'indication géographique protégée (I.G.P.) ; la spécialité traditionnelle garantie (S.T.G.). L'année précédente, le règlement 2092/91 avait quant à lui reconnu le mode de production biologique des produits agricoles végétaux au niveau communautaire.

La France a été l'un des tout premiers pays à se doter d'une politique en faveur de la qualité et de l'origine des produits agricoles et alimentaires qui vise deux objectifs : d'une part, donner au consommateur les moyens d'identifier les produits qui ont des qualités particulières et se distinguent des produits standardisés notamment par leur goût, leur origine géographique, les exigences ou le savoir-faire liés à leur mode d'élaboration ; d'autre part, offrir aux professionnels du secteur agricole la possibilité de développer une activité économiquement viable, qui s'abstrait d'une logique de compétitivité par la productivité au profit d'une compétitivité par la qualité.

Cette politique constitue un instrument de diversification et de valorisation des productions agricoles, qui lie qualité, spécificité et terroir. Son impact s'évalue de ce fait aussi en termes d'aménagement rural et de maintien de l'emploi, notamment dans les zones rurales fragiles. En effet, les productions agricoles de qualité peuvent mettre en valeur les spécificités de régions soumises à des contraintes naturelles particulières, par exemple les zones de montagne, et contribuer à fixer durablement l'activité dans ces régions.

La France a développé quatre signes officiels d'identification de la qualité et de l'origine : appe [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : secrétaire général du Conseil national de l'alimentation, inspecteur de la santé publique vétérinaire

Classification

Autres références

«  ALIMENTATION  » est également traité dans :

ALIMENTATION (Aliments) - Classification et typologie

  • Écrit par 
  • Ambroise MARTIN
  •  • 4 566 mots
  •  • 1 média

En matière de classification des aliments, la première question concerne la définition même de l'aliment. Ce dernier est consommé quotidiennement pendant toute la vie ; il fait donc partie du domaine de ce qui va de soi. Les définitions « circulaires », présentes dans certains dictionnaires, confirment ce fait : on définit fréquemment ainsi le verbe « se nourrir » comme « le fait d'ingérer des ali […] Lire la suite

ALIMENTATION (Aliments) - Technologies de production et de conservation

  • Écrit par 
  • Paul COLONNA
  •  • 7 396 mots
  •  • 3 médias

Les technologies agroalimentaires concernent les différentes opérations effectuées sur des produits agricoles, après leur récolte, en vue de l'obtention d'aliments. Ces matières premières agricoles – qui sont souvent instables, non sûres, de caractéristiques variables et de faible qualité nutritionnelle – sont ainsi transformées en denrées alimentaires sûres, plus stables et de bonne valeur nutrit […] Lire la suite

ALIMENTATION (Aliments) - Législation

  • Écrit par 
  • Alain SOROSTE
  •  • 3 129 mots

Le commerce des denrées alimentaires, comme tous les commerces de produits de grande consommation, pourrait relever simplement d'un contrat entre le client et son fournisseur. La denrée alimentaire serait dès lors définie dans le cadre d'un contrat ou d'une offre commerciale à travers des spécifications telles que la […] Lire la suite

ALIMENTATION (Aliments) - Risques alimentaires

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RUASSE
  •  • 4 747 mots

Si l'on retient la définition de Jean Trémolières selon laquelle on appelle « aliment » une denrée nourrissante, appétente et coutumière, il est évident que l'alimentation doit comporter de telles qualités, sous réserve que ces denrées ne recèlent pas de produits nocifs pour les consommateurs en général voire pour certains d'entre eux seulement.À cet égard, les toxi-infections alimentaires classiq […] Lire la suite

ALIMENTATION (Aliments) - Prise alimentaire

  • Écrit par 
  • Jacques LE MAGNEN, 
  • Jean-Louis SCHLIENGER
  •  • 4 269 mots
  •  • 2 médias

L'animal, comme l'homme, assure sa croissance et, en fonction du programme génétique de l'espèce, atteint à l'âge adulte une dimension et un poids corporel qui demeurent approximativement stables. Sa composition corporelle, en particulier la proportion en eau et en graisses, est identique chez tous les individus de l'espèce et constante chez l'adulte. Ces […] Lire la suite

ALIMENTATION (Comportement et pratiques alimentaires) - Anthropologie de l'alimentation

  • Écrit par 
  • Dominique FOURNIER
  •  • 6 084 mots
  •  • 3 médias

Au regard de ce qu'il a toujours représenté, pour les sociétés opulentes comme pour les groupes les moins favorisés, il est permis de se demander pourquoi les anthropologues ont tellement tardé à s'intéresser de près au fait alimentaire. Était-ce parce que, tout à leur souci de constituer leur discipline en science véritable, ils jugeaient un sujet aussi trivial indigne de leurs savantes analyses, […] Lire la suite

ALIMENTATION (Comportement et pratiques alimentaires) - Évolution de la consommation

  • Écrit par 
  • Pierre COMBRIS
  •  • 4 310 mots
  •  • 2 médias

La situation actuelle de l'alimentation en France et dans les pays développés est l'aboutissement d'une évolution continue très profonde qui a débuté avec la révolution industrielle. Pour bien comprendre ce qui caractérise les tendances de la consommation alimentaire dans le monde d'aujourd'hui, il faut donc remonter à la fin du xviiie siècle. Cette m […] Lire la suite

ALIMENTATION (Comportement et pratiques alimentaires) - Troubles du comportement

  • Écrit par 
  • Laurence APFELBAUM-IGOIN
  •  • 3 348 mots
  •  • 1 média

La définition des troubles du comportement alimentaire renvoie à la comparaison avec un comportement normal. Or, si l'on peut décrire, pour une population donnée, une prise alimentaire moyenne quant à la quantité, au nombre de repas ou au type d'aliments les plus fréquents, la variabilité est très grande d'un individu à un autre, sans qu'on puisse parler pour autant, à propos de ceux qui s'écarten […] Lire la suite

ALIMENTATION (Économie et politique alimentaires) - Économie agroalimentaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre HUIBAN, 
  • Egizio VALCESCHINI
  •  • 7 302 mots
  •  • 6 médias

Dans les pays développés, les industries agroalimentaires représentent un monde qui semble familier. Chacun, confronté à la nécessité de se nourrir, entretient, sinon des contacts quotidiens, du moins une relation suivie avec les producteurs et les distributeurs alimentaires. C'est un fait majeur qu'aujourd'hui, en France et d'une manière générale dans tous les pays industrialisés, les consommateu […] Lire la suite

ALIMENTATION (Économie et politique alimentaires) - Malnutrition dans le monde

  • Écrit par 
  • Laurence ROUDART
  •  • 7 251 mots
  •  • 8 médias

La situation mondiale de l'alimentation est très contrastée : d'un côté, suralimentation pour près de deux milliards de personnes ; de l’autre, faim continuelle pour environ une personne sur huit dans les pays en développement et pour une petite fraction de la population des pays développés, soit autour de 800 millions de personnes. Plus de deux milliards de personnes sont atteintes de maladies pr […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Daniel NAIRAUD, « ALIMENTATION (Économie et politique alimentaires) - Enjeux de politiques publiques », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alimentation-economie-et-politique-alimentaires-enjeux-de-politiques-publiques/