HERZL THEODOR (1860-1904)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En septembre 1897, le journaliste viennois Theodor Herzl confiait à son Journal, après la réunion du premier congrès sioniste dont il avait été le maître d'œuvre : « À Bâle, j'ai fondé l'État juif [...]. D'ici cinq ans peut-être, cinquante ans sûrement, chacun le verra. » Remarquable prémonition : à quelques mois près, cette prophétie se réalisera, alors même que les chances de succès du sionisme paraissaient, au départ, minimes. Bien des juifs accueillirent d'ailleurs avec étonnement, ironie, voire colère, le projet de création en Palestine d'un foyer national juif. Cette opposition était d'autant plus virulente que rien ne prédisposait a priori Herzl, bourgeois assimilé, à se faire le chantre du sionisme. C'est précisément cette position à contre-emploi qui rend son itinéraire si singulier.

Un juif assimilé face à l'antisémitisme

Né en 1860 à Pest, qui sera unie à la cité jumelle de Buda douze ans plus tard, Herzl passe son enfance dans la capitale hongroise. Ses parents sont des représentants typiques de la bourgeoisie juive qui s'est constituée au cours des années 1850 avec l'émancipation progressive des juifs d'Autriche-Hongrie. Leur « sortie du ghetto » s'accompagne d'une mise à distance des pratiques religieuses : si son père se rend, par intermittence, à la synagogue, sa mère est tout entière tournée vers la littérature et la culture allemandes, orientation qui marquera profondément son fils. Herzl fréquente un collège technique, puis le lycée, avant de rejoindre, après l'installation de sa famille à Vienne en 1878, la faculté de droit, où il obtient son doctorat. Il travaille quelque temps, sans enthousiasme, comme juriste car ses ambitions sont autres : il aspire à devenir écrivain. Il livrera de nombreuses pièces de théâtre, en majorité des vaudevilles, qui lui vaudront un succès mitigé. En revanche, il montre de réels talents de feuilletoniste, ce qui lui vaut d'être remarqué par les directeurs du grand quotidien libéral de Vienne Neue Freie Presse

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., Centre d'études et de recherches internationales-Sciences Po

Classification


Autres références

«  HERZL THEODOR (1860-1904)  » est également traité dans :

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 707 mots
  •  • 40 médias

Dans le chapitre «  Du sionisme politique à la création de l'État d'Israël »  : […] Au cours des siècles, depuis la disparition de la dernière forme d'autonomie politique juive (marquée par la destruction du second Temple par les Romains en l'an 70 de notre ère), les Juifs n'ont jamais cessé de rappeler leur attachement à Sion et à la Terre promise. Cependant, peu à peu, le lien perdait de sa réalité pour ne plus être qu'un rappel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/israel/#i_12136

JUDAÏSME - Histoire du peuple juif

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 236 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le sionisme politique »  : […] Le sionisme politique trouve sa formulation dans L'État juif du journaliste hongrois Theodor Herzl (1896). Il était préparé par des ouvrages des rabbins J. Alcalay et Z. H. Kalischer, de Moïse Hess parus en 1862, par Auto-Émancipation de L. Pinsker et surtout par les mouvements Ḥōvevē-Şion (« Amants de Sion ») en Russie. Prenant acte de la réali […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-histoire-du-peuple-juif/#i_12136

SIONISME

  • Écrit par 
  • Alain DIECKHOFF
  •  • 9 987 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'originalité du projet politique de Theodor Herzl »  : […] Theodor Herzl n'a pas été le créateur du mot sionisme que le journaliste viennois, Nathan Birnbaum, avait forgé en 1890 pour désigner la renaissance politique des juifs par leur réinstallation collective en Palestine. Il n'a pas été, non plus, l'initiateur de l'idée, répandue dès 1880, du retour en Eretz Israël afin de redonner un contenu national […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sionisme/#i_12136

UTOPIE

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE, 
  • Joseph GABEL, 
  • Antoine PICON
  •  • 12 030 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Utopies écrites et utopies pratiquées »  : […] Il serait arbitraire de supposer que l'utopie se confine au genre littéraire de libelles plus ou moins aberrants lancés par des fantaisistes. Certes, la fantaisie n'est guère séparable de l'utopie, mais la fantaisie dont il s'agit est celle d'une imagination qui, si elle est constituée par des situations, n'en est pas moins constituante d'autres si […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/utopie/#i_12136

Voir aussi

Les derniers événements

24-26 mai 2014 • Vatican - Jordanie - Autorité palestinienne - IsraëlVisite du pape François au Moyen-Orient.

– ceux-ci conviendront de s'y rendre le 8 juin. Le pape rencontre le patriarche orthodoxe Bartholomée Ier au Saint-Sépulcre, à Jérusalem. Le 26, à Jérusalem, François rencontre les dirigeants israéliens, prie devant le mur des Lamentations, visite le Mémorial pour les victimes des actes terroristes ainsi que le mémorial Yad Vashem consacré aux victimes de la Shoah, et se rend sur la tombe de Theodor Herzl, le père du sionisme.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain DIECKHOFF, « HERZL THEODOR - (1860-1904) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodor-herzl/