HAÏFA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Troisième agglomération urbaine et port principal de l'État d'Israël, Haïfa associe le destin de deux cités : Acre (Akko en hébreu) et Haïfa. La première, centre urbain traditionnel de la Galilée, s'efface avec le renouveau de la présence juive devant la seconde, centre urbain moderne.

Israël : carte administrative

Carte : Israël : carte administrative

Carte administrative d'Israël. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Acre bénéficiait de la convergence des routes continentales traversant la Galilée : la voie la plus courte vers Damas par la vallée de Bet Kerem au nord, et l'accès au lac de Tibériade par la large vallée du Nahal Evlayim et le bassin de Tur'an au sud.

Située, à l'origine, à 1 kilomètre de la côte, sur la rive du fleuve Na'aman, la ville se déplace, à l'époque hellénistique (~ iiie s.), vers son site actuel : elle occupe le promontoire gréseux qui limite, au nord, la grande baie de Haïfa. Elle joue, dès lors, le rôle de place commerciale qu'elle conserve, sous la domination arabe, après 638. Capitale du royaume franc après la chute de Jérusalem, en 1187, dernier point d'appui des croisés en Palestine, Acre (Saint-Jean-d'Acre) est reconquise et détruite par les musulmans en 1291. Elle n'est relevée de ses ruines qu'après 1750 et devient le port principal de la Palestine à la fin du xviiie siècle.

Son déclin s'amorce avec l'occupation par les armées d'Ibrahim Pacha (1832-1840), l'ensablement de son port et la promotion de Beyrouth comme port d'accès à Damas. À la fin du mandat britannique (15 mai 1947), Acre (12 000 hab.) n'est plus qu'un marché régional pour la Galilée arabe voisine et un petit port de pêche ; cependant, un nouveau quartier se développe hors des murs au début du xxe siècle.

Entre-temps s'était développée l'agglomération juive de Haïfa, sur les pentes nord-est du mont Carmel, aire anticlinale complexe (548 m) de direction nord-ouest - sud-est, qui provoque un important décrochement de la côte, délimitant une baie profonde mais à large courbure. Isolé de l'intérieur par les pentes rocheuses du Carmel, au sud, et par les marécages de la plaine alluviale côtière (plaine de Zevulun), à l'est, le petit port de Haïfa, très modeste, ne compte que 1 000 habitants au début du xixe siècle, 3 000 en 1830 quand il commence à bénéficier des difficultés d'Acre.

L'influence allemande, que traduisent l'installation, en 1868, d'une colonie allemande (les Templiers) et la visite de Guillaume II, en 1898, à Haïfa, joue un rôle dans la décision du gouvernement ottoman de faire de la ville la tête de ligne de la voie ferrée reliant la côte au chemin de fer du Hedjaz. Achevée en 1905, elle fait de Haïfa le port d'exportation des grains du Hauran ; la population atteint, en 1913, 15 000 habitants (dont 3 000 Juifs), dépassant dès lors celle d'Acre.

Les éléments décisifs pour le développement de la ville sont, sous le mandat britannique (1920-1947) : le choix de Haïfa, pour la création d'un port en eau profonde (achevé en 1933) et la construction d'une nouvelle voie ferrée côtière vers Gaza et l'Égypte, qui fait de la ville le nœud des chemins de fer palestiniens. Désormais est fixée la fonction portuaire et commerciale de la ville ; elle se double vite d'une importante fonction industrielle : arrivée de l'oléoduc venant d'Irak en 1936, installation d'une raffinerie de pétrole, achevée en 1939, et d'autres industries importantes (fonderie, cimenterie, savonnerie, verrerie et ateliers mécaniques).

Immigrants refoulés

Photographie : Immigrants refoulés

Les parachutistes britanniques font rembarquer de force des immigrants juifs clandestins, à Haïfa, en Palestine, en 1947. 

Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Ces tendances se sont affirmées après l'indépendance d'Israël. Haïfa est essentiellement le grand port du pays . C'est un grand centre industriel, axé sur les industries chimique et mécanique et un grand pôle scientifique de recherche, grâce au Technion, à la renommée mondiale. La conurbation s'est peu à peu étendue à tout le fond de la baie ; la ville elle-même comptait 268 250 habitants en 2007. Les quartiers résidentiels se dispersent sur les terrasses et les pentes du Carmel, dans la plaine alluviale côtière au nord-est, autour du centre commercial et du port.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Israël : carte administrative

Israël : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Immigrants refoulés

Immigrants refoulés
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sorbonne, membre de l'Academia Europaea

Classification

Autres références

«  HAÏFA  » est également traité dans :

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 723 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « L'organisation régionale »  : […] Malgré sa petite dimension, l'espace israélien peut être lu suivant le modèle centre-périphérie : un centre urbain bicéphale exerce une attraction d'intensité décroissante sur la plaine centrale, sur les périphéries intégrées du nord et du Néguev et sur les périphéries dominées que sont les territoires occupés, dont des fragments sont pourtant directement incorporés au centre par l'extension du Gr […] Lire la suite

JANCO MARCEL (1895-1984)

  • Écrit par 
  • René PASSERON
  •  • 1 353 mots

Le village israélien d'Ein-Hod, sur le mont Carmel, à quelques kilomètres au sud d'Haïfa, était une ruine en 1953, quand Marcel Janco, venu de Roumanie à Tel-Aviv dès 1942, décida d'y fonder un village d'artistes. La beauté de ce lieu solaire, qui fait face à la Méditerranée, ses antiques racines grecques et romaines, le style arabe de ses petites maisons cubiques et sa population cosmopolite ont […] Lire la suite

Les derniers événements

10-30 mars 2022 Israël. Regain des attentats.

Le 28, deux Arabes israéliens ouvrent le feu dans la ville d’Hadera, entre Tel-Aviv et Haïfa, tuant deux officiers de la police des frontières, avant d’être abattus. Ils avaient préalablement revendiqué leur attaque au nom de l’EI. Cette dernière n’avait pas revendiqué d’opération sur le territoire israélien depuis juin 2017. Le 30, un Palestinien ouvre le feu à Bnei Brak, dans la banlieue de Tel-Aviv, tuant cinq personnes avant d’être abattu. […] Lire la suite

5-29 novembre 2014 Israël – Autorité palestinienne. Aggravation des tensions

Le 8, à Kafr Cana, près de Haïfa, une bavure policière est à l'origine de la mort d'un Arabe israélien. Des affrontements avec les forces de l'ordre s'ensuivent le lendemain dans diverses villes à population majoritairement arabe. Le 9, le gouvernement jordanien, qui gère les lieux saints de l'esplanade des Mosquées, condamne la fermeture de celle-ci à deux reprises au cours des dernières semaines, dénonçant la volonté du gouvernement israélien de modifier la règle qui autorise les juifs à s'y rendre, mais pas à y prier. […] Lire la suite

1er-31 juillet 2014 Israël – Autorité palestinienne. Opération militaire Bordure protectrice dans la bande de Gaza

En riposte, des roquettes longue portée sont tirées sur Tel-Aviv, Jérusalem et Haïfa. Le 15, les autorités israéliennes acceptent un cessez-le-feu proposé par l'Égypte. Non consulté, le Hamas le rejette. Il exige la levée du blocus imposé par Israël à la bande de Gaza, la réouverture du poste-frontière de Rafah avec l'Égypte et l'élargissement de prisonniers qui avaient été relâchés en échange du soldat Gilad Shalit – libéré en octobre 2011 – et qui ont de nouveau été arrêtés en juin. […] Lire la suite

12-30 juillet 2006 Liban. Offensive israélienne après l'enlèvement de deux soldats

Le 28, le Hezbollah procède à des tirs de missiles d'un nouveau genre, d'une portée de 90 kilomètres, sur la région d'Afula, au sud d'Haïfa. Le 30, le bombardement par Israël du village de Cana, dans le sud du Liban, cause la mort d'une soixantaine de civils. En avril 1996 déjà, lors de la précédente offensive israélienne, le bombardement d'un bâtiment de la F. […] Lire la suite

1er-29 octobre 2003 Israël – Autorité palestinienne. Nouveau gouvernement palestinien et présentation du « pacte de Genève »

Le 4, un attentat-suicide à la bombe, revendiqué par le Djihad islamique, fait vingt morts à Haïfa. Le 5, en guise d'« avertissement » à « ceux qui aident et soutiennent le terrorisme », l'aviation israélienne effectue un raid contre une base présumée du Djihad à Aïn al-Saleh, près de Damas. Il s'agit en fait d'un camp désaffecté depuis plusieurs années. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Xavier de PLANHOL, « HAÏFA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/haifa/