Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CHEŁMNO

Chełmno (en polonais), ou Kulmhof en (allemand), fut un camp d'extermination nazi situé sur la rivière Ner, tributaire de la Warta, dans l'ouest de la Pologne. Il fut utilisé de décembre 1941 à janvier 1945 pour exterminer des juifs en grande majorité polonais et, dans une moindre mesure, des prisonniers de guerre russes et des Tziganes. De 170 000 à 360 000 personnes y ont péri.

Premier camp à expérimenter l'extermination de masse, Chełmno inaugura la phase la plus meurtrière de la Shoah. Les juifs qui y furent tués venaient du ghetto de |Lodz et de 36 agglomérations de la Pologne occidentale. Y moururent également 88 enfants originaires de Lidice, dont la population fut anéantie en guise de représailles collectives pour l'assassinat, en mai 1942, de Reinhard Heydrich, par deux habitants de cette ville tchécoslovaque.

Chełmno disposait de trois camions à gaz et de deux fours crématoires (10 mètres de largeur et entre 5 et 6 mètres de longueur). L'extermination au gaz débuta le 8 décembre 1941, quelques heures après l'attaque de Pearl Harbor. Les nazis estimaient que les camions avaient une capacité limitée en terme « d'unités » à traiter, et qu'ils étaient en outre trop lents. Les SS étaient insensibles à la souffrance indescriptible des victimes, qui mouraient par asphyxie, mais ils trouvaient le déchargement des camions souillés trop long et fort « désagréable ». D'autres camps utilisaient, pour cette raison, des centres d'extermination fixes. Le camp de Chełmno devint, lui, réputé pour son « moulin à os » (Knochenmühle) particulièrement « efficace ».

Le camp de Chełmno était connu : en juin 1942, un évadé juif en révéla l'existence au gouvernement polonais en exil à Londres, ainsi qu'au président du Judenrat (le conseil juif) du ghetto de Lodz, Chaïm Rumkowski.

D'août 1944 à janvier 1945, les SS entreprirent de détruire les installations du camp et d'exécuter les prisonniers encore en vie, afin d'effacer toute trace de Chełmno. Seuls deux survivants y furent retrouvés à la fin de la guerre.

— Michael BERENBAUM

— Universalis

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien directeur de l'Institut américain de recherche sur la Shoah et de la Fondation américaine pour l'histoire visuelle des survivants de la Shoah
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CAMP D'EXTERMINATION

    • Écrit par Michael BERENBAUM
    • 606 mots
    • 2 médias

    Les camps d'extermination construits par les nazis (Vernichtungslager) étaient des camps de concentration destinés spécifiquement à l'anéantissement de masse (Vernichtung) des individus considérés comme indésirables dans l'espace du IIIe Reich et des territoires conquis par...

  • SHOAH

    • Écrit par Philippe BURRIN
    • 5 912 mots
    • 3 médias
    ...furent exclusivement des camps d'extermination et servirent à tuer en priorité les juifs de Pologne, subsidiairement des juifs d'autres provenances. À Chelmno (environ 150 000 victimes), des camions à gaz furent utilisés, tandis qu'à Belzec (550 000), Sobibor (200 000) et Treblinka (750 000),...

Voir aussi