TEL-AVIV

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Israël : carte administrative

Israël : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Tel-Aviv

Tel-Aviv
Crédits : Digital Vision/ Getty

photographie


Deuxième ville de l'État d'Israël et capitale économique du pays, Tel-Aviv doit ses origines au vieux centre de Jaffa, connu depuis le ~ IIe millénaire. Site portuaire privilégié, Jaffa occupait la seule baie de la côte palestinienne entre le Sinaï et le Carmel ; une petite falaise de grès dunaires consolidés, face au nord, fournissait un point d'appui rocheux. Sa situation au centre de la plaine côtière permettait l'accès, sinon le plus court, du moins direct à Jérusalem. Prospère dans l'Antiquité, réduite à un petit village de pêcheurs au début de la période turque, Jaffa, de 6 000 habitants au début du xixe siècle, progresse rapidement après l'ouverture du canal de Suez et atteint 17 000 habitants en 1880, dont 1 000 Juifs. Des quartiers nouveaux se développent le long de la côte, au sud et au nord du vieux centre. L'ouverture du chemin de fer vers Jérusalem en 1892 favorise l'essor de la cité (35 000 hab. en 1898) et en fait un centre d'attraction pour la première immigration juive (8 000 Juifs en 1907).

Israël : carte administrative

Israël : carte administrative

Carte

Carte administrative d'Israël. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Tel-Aviv, quartier résidentiel juif, est créé en 1909 au nord-est de l'agglomération ancienne, séparé de la mer par les nouveaux quartiers arabes. La population atteint 3 600 habitants en 1921, quand, à la suite de troubles, les Juifs de Jaffa s'installent dans le nouveau quartier, qui dépasse 10 000 habitants en un an. Les autorités britanniques lui reconnaissent le statut de ville juive en 1921, date de la véritable naissance de Tel-Aviv.

La croissance est spectaculaire entre les deux guerres mondiales. De 13 000 habitants en 1922, Tel-Aviv passe à 170 000 en 1939 ; la ville se développe essentiellement sur les dunes littorales et sublittorales ; la plaine alluviale inondable du Nahal Ayyalon, parallèle à la mer en arrière des dunes, oppose un obstacle à la construction et reste couverte de vergers d'agrumes. Tel-Aviv acquiert, à cette époque, ses fonctions centrales de caractère social et économique. Les organismes économiques (banques, chamb [...]

Tel-Aviv

Tel-Aviv

Photographie

Tel-Aviv, capitale économique du pays, s'oppose, dans le cœur des Israéliens, à Jérusalem, centre culturel et religieux de l'État. 

Crédits : Digital Vision/ Getty

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Sorbonne, membre de l'Academia Europaea

Classification


Autres références

«  TEL-AVIV  » est également traité dans :

ISRAËL

  • Écrit par 
  • Marcel BAZIN, 
  • Claude KLEIN, 
  • François LAFON, 
  • Lily PERLEMUTER, 
  • Ariel SCHWEITZER
  • , Universalis
  •  • 26 707 mots
  •  • 40 médias

Dans le chapitre « L'organisation régionale »  : […] Malgré sa petite dimension, l'espace israélien peut être lu suivant le modèle centre-périphérie : un centre urbain bicéphale exerce une attraction d'intensité décroissante sur la plaine centrale, sur les périphéries intégrées du nord et du Néguev et sur les périphéries dominées que sont les territoires occupés, dont des fragments sont pourtant directement incorporés au centre par l'extension du Gr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/israel/#i_31536

Pour citer l’article

Xavier de PLANHOL, « TEL-AVIV », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tel-aviv/