Robert FOLZ

professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Dijon

ARTS LIBÉRAUX

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 276 mots

Terme qui désigne les disciplines intellectuelles fondamentales dont la connaissance depuis l'Antiquité hellénistique et romaine était réputée indispensable à l'acquisition de la haute culture. Les arts libéraux étaient groupés en deux cycles : le trivium, comprenant la grammaire, la rhétorique et la dialectique, et le quadrivium, groupant les quatre bran […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-liberaux/#i_0

BRUNEHAUT (543 env.-613) reine d'Austrasie

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 291 mots

Fille d'Athanagilde, roi des Wisigoths, Brunehaut épousa vers 566-568 un petit-fils de Clovis, Sigebert Ier, qui régnait sur l'Austrasie. Vers le même moment sa sœur Galswinthe épousa le roi de Neustrie Chilpé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brunehaut/#i_0

CAPITULAIRES

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 328 mots

Nom donné aux édits des rois et des empereurs carolingiens qui publient des mesures d'ordre législatif et administratif ; il signifie littéralement « ensemble de chapitres » d'un édit. La série commence sous Pépin III en 754 et se poursuit, en France, jusqu'à la mort de Carloman, petit-fils de Charles le Chauve, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capitulaires/#i_0

CAROLINGIENS

  • Écrit par 
  • Carol HEITZ, 
  • Robert FOLZ
  •  • 12 147 mots

Le nom de la seconde dynastie des rois francs lui vient de son représentant le plus illustre, Charlemagne. Les Carolingiens s'emparent de la royauté en 751 à la suite d'un coup d'État qui permit à Pépin le Bref d'éliminer le dernier Mérovingien. Son fils Charlemagne unit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carolingiens/#i_0

CHARLEMAGNE (742-814)

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 4 723 mots

Le plus prestigieux des souverains de la seconde dynastie franque, à qui il a donné son nom (« Carolingiens »), poursuivit la politique d'expansion du royaume inaugurée par ses prédécesseurs et se trouva, vers la fin du viiie siècle, à la tête d'un groupement de territoires qui s'étendaient de la marche d'Espagne à la Pannonie, de la mer du Nord au ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charlemagne/#i_0

CHARLES II LE CHAUVE (823-877) roi de France (843-877) et empereur d'Occident (875-877)

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 377 mots

Fils cadet de Louis Ier le Pieux, âgé de vingt ans en 843, Charles avait reçu une éducation soignée. Doué d'un goût artistique très sûr, se passionnant pour les lettres, la dialectique et la théologie, il fit de sa cour, où enseigna de 845 à 867 Scot Érigène, un centre brillant de culture. Mais cet intellectuel eut un règne mouvementé. La partie occidentale de l'Empire d'Occ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-ii-le-chauve/#i_0

CHARLES MARTEL (688 env.-741)

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 344 mots

Fils de Pépin d'Herstal, Charles Martel apparaît dans l'histoire au lendemain de la mort de son père (déc. 714), qui déclencha des troubles violents dans le royaume franc : Neustriens et Aquitains alliés aux Frisons et aux Saxons tentèrent d'abattre la puissance austrasienne. Au bout de six ans, Charles Martel réussit à défaire ses adversaires et à s'imposer avec les titres de maire du palais, duc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-martel/#i_0

CHILDEBERT Ier (495 env.-558) roi des Francs (511-558)

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 258 mots

Troisième fils de Clovis, Childebert devint, après la mort de son père en 511, roi d'une part du royaume franc qui s'étendait au bord de la Manche depuis la Somme jusqu'à l'Armorique et englobait à l'est Paris et peut-être Meaux ; en Aquitaine il tenait les cités de Bordeaux et de Saintes. Aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/childebert-ier/#i_0

EGINHARD (770 env.-840)

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 270 mots

Issu d'une famille noble du Maingau (Franconie), élevé au monastère de Fulda, Eginhard compléta sa formation à la cour d'Aix, où il entendit les leçons d'Alcuin dont il semble avoir assumé la succession à la tête de l'école palatine. Très apprécié de Charlemagne, il fut également contrôleur des ateliers d'art d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eginhard/#i_0

LOUIS Ier LE PIEUX ou LE DÉBONNAIRE (778-840) empereur d'Occident (814-840)

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 668 mots

Troisième des fils de Charlemagne et d'Hildegarde, Louis le Pieux fut créé roi d'Aquitaine dès 781 par son père ; il gouverna ce pays jusqu'en 814, assisté d'excellents conseillers, tel saint Benoît d'Aniane. Ses deux frères aînés étant morts avant lui, il était le seul successeur de Charlemagne qui le couronna e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-ier-le-pieux-le-debonnaire/#i_0

LOUIS LE GERMANIQUE (806 env.-876) roi de Germanie (843-876)

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 304 mots

Troisième fils de Louis le Pieux, roi de Bavière en 817, Louis, dit le Germanique, obtint dès 831 l'expectative de l'ensemble des pays transrhénans dont le traité de Verdun lui assura la possession en y ajoutant sur la rive gauche du fleuve l'enclave de Mayence, Worms et Spire (843).Il ne perdit jamais de vue le centre et l'ouest de l'ancien Empire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-le-germanique/#i_0

MARCHE, histoire

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 365 mots

Terme qui désigne de façon générale au Moyen Âge une zone de confins entre deux dominations. C'est « en marche » qu'un vassal puissant venait prêter l'hommage à son seigneur ; ainsi le duc de Normandie au roi de France. Dans un sens particulier, les marches sont des circonscriptions militaires destinées à protéger les frontières des États. Elles apparaissent dans l'Empire carolingien où elles se s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marche-histoire/#i_0

OTTONIENS LES

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 666 mots

Dynastie originaire de Saxe, qui régna en Allemagne après l'extinction de la maison carolingienne (919-1024) et dont l'œuvre essentielle est la fondation du Saint Empire romain germanique.Territorialement, cette fondation résulte de la réunion au royaume d'Allemagne de la zone médiane de l'Empire carolingien, qui, au traité de Verdun, avait échu à L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-ottoniens/#i_0

PÉPIN LE BREF (714-768) roi des Francs (751-768)

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 314 mots

Deuxième fils de Charles Martel, Pépin devint, après la mort de celui-là, maire du palais en même temps que son frère aîné Carloman. Le mal qu'ils eurent à imposer leur autorité contre leur demi-frère Griffon et contre les ducs des pays limitrophes du royaume contraignit les deux princes à faire monter sur le t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pepin-le-bref/#i_0

PORTUS

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 253 mots

Le terme « portus » désigne des agglomérations naissant en Gaule du Nord à l'époque carolingienne. Certaines se trouvaient à proximité immédiate des anciennes cités, et étaient protégées par leurs murailles comme à Mayence et à Cologne, à Metz et à Tournai. D'autres, entièrement nouvelles, sont toujours liées au réseau fluvial, ainsi Dinant, Namur et Huy sur l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/portus/#i_0

VILLA, histoire

  • Écrit par 
  • André CHASTEL, 
  • E.U., 
  • Gilbert-Charles PICARD, 
  • Robert FOLZ
  •  • 2 476 mots

Le mot latin « villa » désigne proprement une exploitation agricole ; on en vint par la suite à l'appliquer aux résidences de plaisance, dans les campagnes ou sur les plages, sans lien avec sa fonction agricole initiale. D'origine romaine, la villa, en référence à cette époque historique idéalisée, connaît un regain d'intérêt à partir de la Renaissance. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/villa-histoire/#i_0

WIDUKIND (2e moitié VIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 289 mots

Chef saxon, Widukind incarne la résistance de son pays à la conquête franque. Sa personnalité est mal connue ; on sait seulement qu'il possédait des terres en Westphalie et en Angrie (territoire des Angrivariens) et qu'il était noble ; à la différence des hommes de son milieu, il combat avec acharnement le roi des Francs, en s'appuyant sur les classes populai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/widukind/#i_0