LOUIS Ier LE PIEUX ou LE DÉBONNAIRE (778-840) empereur d'Occident (814-840)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Troisième des fils de Charlemagne et d'Hildegarde, Louis le Pieux fut créé roi d'Aquitaine dès 781 par son père ; il gouverna ce pays jusqu'en 814, assisté d'excellents conseillers, tel saint Benoît d'Aniane. Ses deux frères aînés étant morts avant lui, il était le seul successeur de Charlemagne qui le couronna empereur à Aix-la-Chapelle, en septembre 813.

Instruit, considérant l'Église et l'Empire comme deux notions étroitement liées et à peine distinctes, l'Empire un appelé à être le support de l'Église une, Louis procéda d'abord à la réforme de ces deux institutions. Couronné une deuxième fois par le pape Étienne IV, il promulgua en 817 l'Ordinatio Imperii qui réglait d'avance sa succession : son fils aîné, Lothaire, fut proclamé empereur et seul héritier de l'Empire ; les deux frères de celui-ci, Pépin et Louis, gouverneraient comme rois en sous-ordre, l'un l'Aquitaine et l'autre la Bavière sous l'autorité de leur père, puis sous celle de Lothaire. Cet acte célèbre constituait un compromis entre l'idée d'unité et la coutume du partage successoral de l'État franc ; il ne valait cependant que pour l'avenir ; il pouvait être modifié éventuellement.

La question se posa lorsqu'un nouvel héritier naquit à Louis le Pieux en 823 de sa seconde épouse, Judith Welf. À ce fils prénommé Charles (le futur Charles le Chauve), l'empereur chercha à assurer un établissement ; mais, très influençable et indécis, il se trouva bientôt pris entre les intrigues que nouaient au palais les partisans de l'unité (les « impérialistes ») d'une part, et ceux du retour à la coutume du partage d'autre part. À l'intérieur comme à l'extérieur de l'Empire, les causes de ce malaise s'accumulaient.

La crise éclata en 829 lorsque Louis le Pieux attribua à Charles un apanage comprenant l'Alémanie, la Rétie, l'Alsace et une partie de la Bourgogne. Dès lor [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Dijon

Classification


Autres références

«  LOUIS I er LE PIEUX ou LE DÉBONNAIRE (778-840) empereur d'Occident (814-840)  » est également traité dans :

CAROLINGIENS

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ, 
  • Carol HEITZ
  •  • 12 134 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'apogée »  : […] Les liens qui venaient de se nouer entre la royauté carolingienne et le Saint-Siège s'affermirent encore quand, menacé par les Lombards qui avaient pris Ravenne et marchaient sur Rome, le pape Étienne II vint en 754 en Gaule franque solliciter l'intervention du roi Pépin. Celui-ci s'engagea à porter aide à l'Église romaine ; à la suite de deux campagnes qu'il mena contre les Lombards (755 et 756), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carolingiens/#i_3552

CAROLINGIENS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 381 mots

Début du vii e  siècle Anségisel, fils d'Arnoul, évêque de Metz, épouse Begga, fille de Pépin I er de Landen dit l'Ancien. Leur couple constitue la souche de la future dynastie carolingienne. 687 Pépin II de Herstal, leur fils, vainc les Neustriens à Tertry. Il devie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carolingiens-reperes-chronologiques/#i_3552

EGINHARD (770 env.-840)

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 267 mots

Issu d'une famille noble du Maingau (Franconie), élevé au monastère de Fulda, Eginhard compléta sa formation à la cour d'Aix, où il entendit les leçons d'Alcuin dont il semble avoir assumé la succession à la tête de l'école palatine. Très apprécié de Charlemagne, il fut également contrôleur des ateliers d'art d'Aix-la-Chapelle. Comblé de bienfaits par Louis le Pieux, il devint abbé laïc de quatre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eginhard/#i_3552

LOTHAIRE Ier (795-855) empereur d'Occident (840-855)

  • Écrit par 
  • Pierre RICHÉ
  •  • 638 mots
  •  • 2 médias

Fils aîné de Louis le Pieux et d'Irmingarde. Dès 814, son père lui confie le gouvernement de la Bavière. En 817, à vingt-deux ans, Lothaire est associé à l'Empire et déclaré seul héritier. Cette décision influera sur toute sa politique. Louis le Pieux, veuf, s'étant remarié avec Judith, dont il a un fils, le futur Charles le Chauve, Lothaire est envoyé en Italie. Il s'installe à Pavie, est sacré e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lothaire-ier/#i_3552

SERMENTS DE STRASBOURG

  • Écrit par 
  • Bernard CERQUIGLINI
  •  • 601 mots

Au soir de la bataille de Fontenoy (juin 841), Lothaire, qui hérite légitimement de son père Louis le Pieux le vaste empire de Charlemagne, est en déroute. Il a été vaincu par son frère Louis le Germanique et par son demi-frère Charles le Chauve, alliés militairement. Pour l'Église, pour les clercs qui entourent les deux jeunes princes, cette victoire est un « jugement de Dieu ». Par la défaite de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/serments-de-strasbourg/#i_3552

VERDUN TRAITÉ DE (843)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 237 mots
  •  • 1 média

Signé entre Lothaire  i er , Charles le Chauve et Louis le Germanique, le traité de Verdun règle la succession de leur père, l'empereur Louis  i er le Pieux, qui avait réussi tant bien que mal à maintenir uni, de 814 à 840, le grand Empire que lui avait légué son propre père, Charlemagne. Entre 8 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-de-verdun/#i_3552

Pour citer l’article

Robert FOLZ, « LOUIS Ier LE PIEUX ou LE DÉBONNAIRE (778-840) - empereur d'Occident (814-840) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-ier-le-pieux-le-debonnaire/