EGINHARD (770 env.-840)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'une famille noble du Maingau (Franconie), élevé au monastère de Fulda, Eginhard compléta sa formation à la cour d'Aix, où il entendit les leçons d'Alcuin dont il semble avoir assumé la succession à la tête de l'école palatine. Très apprécié de Charlemagne, il fut également contrôleur des ateliers d'art d'Aix-la-Chapelle.

Comblé de bienfaits par Louis le Pieux, il devint abbé laïc de quatre monastères et détenteur d'un domaine dans l'Odenwald ; c'est non loin de là qu'il construisit l'église de Seligenstadt pour y placer les reliques des saints Marcellin et Pierre qu'il avait acquises à Rome. Politiquement, il prit de plus en plus ses distances à l'égard de Louis le Pieux et se rapprocha de Lothaire Ier qu'il considérait comme le garant de l'unité de l'Empire. Au cours de la crise qui éclata entre les deux souverains, il se retira à Seligenstadt où il mourut. Eginhard est une grande figure de la renaissance carolingienne. Il a laissé des lettres fort bien écrites qui renseignent sur son évolution politique, un récit de la translation des saints Marcellin et Pierre. Mais son titre essentiel à la gloire est la Vita Caroli Magni qu'il rédigea, sans doute entre 830 et 836, pour opposer aux désordres de l'Empire dont il fut témoin l'image d'un grand règne, doté de caractéristiques romaines et franques tout à la fois. Cette biographie devint très tôt la vulgate du règne de Charlemagne et ne cessa pas d'être recopiée tout au long du Moyen Âge.

—  Robert FOLZ

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Dijon

Classification


Autres références

«  EGINHARD (770 env.-840)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 573 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La formation et le statut de l'architecte au Moyen Âge »  : […] De nombreux manuscrits du Moyen Âge appellent Dieu l'Architecte de l'Univers. Quelle preuve éclatante de la valeur intrinsèque qui s'attachait alors à l'art de concevoir un édifice et de l'élever ! Toutefois, la profession d'architecte est restée longtemps anonyme, régie par des règles, certes, mais laissant dans l'ombre les individualités. Rares sont au haut Moyen Âge les architectes dont les no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-themes-generaux-l-architecte/#i_3625

CHARLEMAGNE (742-814)

  • Écrit par 
  • Robert FOLZ
  •  • 4 704 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le souverain à « la barbe fleurie » »  : […] Charlemagne nous est assez bien connu grâce à la biographie que lui consacra vers 830 Eginhard, qui avait été élevé à la cour et qui le connut fort bien, du moins pendant les dernières années de son règne. De haute taille (environ 1,90 m), le roi avait une forte carrure, le corps souple malgré une certaine tendance à l'embonpoint. Le visage était ouvert et imberbe ; c'est la légende qui l'affubla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charlemagne/#i_3625

EUDES DE METZ (fin VIIIe-déb. IXe s.)

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 86 mots

Le nom de l'architecte de la chapelle palatine d'Aix-la-Chapelle construite à l'initiative de Charlemagne ne nous est connu que par une source de la fin du ix e  siècle : Eudes de Metz, qui travaillait sous la direction d'Eginhard et d'Ansegise. Son nom ne laisse aucun doute sur son origine franque. Mais il est vraisemblable que le parti centré retenu pour le monument et qui puise son inspiration […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eudes-de-metz/#i_3625

Pour citer l’article

Robert FOLZ, « EGINHARD (770 env.-840) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/eginhard/