Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BRUNEHAUT (543 env.-613) reine d'Austrasie

Fille d'Athanagilde, roi des Wisigoths, Brunehaut épousa vers 566-568 un petit-fils de Clovis, Sigebert Ier, qui régnait sur l'Austrasie. Vers le même moment sa sœur Galswinthe épousa le roi de Neustrie Chilpéric Ier mais celui-ci ne tarda pas à l'assassiner à l'instigation de sa concubine Frédégonde. La vengeance que Brunehaut exigea de ce meurtre entraîna pendant près d'un demi-siècle un conflit entre les deux royaumes. Veuve depuis 575, en butte à une forte opposition en Austrasie, Brunehaut orienta son fils Childebert II vers une alliance avec son beau-frère Gontran qui régnait alors sur l'ancien royaume des Burgondes. Cette alliance aboutit, après la mort de Gontran en 592 ou 593, à l'union de la Bourgogne et de l'Austrasie. Au lendemain de la mort de Childebert (595), Brunehaut fut régente de toute la Gaule de l'Est et du Sud-Est au nom de ses deux petits-fils. Mais son autorité fut minée autant par le conflit qui éclata entre ces derniers que par un parti de seigneurs austrasiens dévoués au fils de Chilpéric et de Frédégonde, Clotaire II, roi de Neustrie. Les chefs de ce parti, Pépin de Landen et l'évêque Arnould de Metz, appelèrent Clotaire en Austrasie. Brunehaut lui fut livrée et subit une mort ignominieuse à Renève (est de Dijon). Très diversement jugée par ses contemporains, Brunehaut semble avoir été une femme autoritaire, efficace, rusée et sans scrupules. Son souvenir survit dans un certain nombre de toponymes et dans l'expression « chaussées de Brunehaut » qui désigne quelques routes censées avoir été construites par la reine d'Austrasie.

— Robert FOLZ

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Dijon

Classification

Pour citer cet article

Robert FOLZ. BRUNEHAUT (543 env.-613) reine d'Austrasie [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • CAROLINGIENS

    • Écrit par et
    • 12 125 mots
    • 7 médias
    ..., évêque de Metz, dont les biens patrimoniaux s'étiraient entre Metz et Verdun. Ils furent l'un et l'autre dans l'opposition à la reine Brunehaut et rallièrent au roi neustrien Clotaire II l'aristocratie de la Gaule du Nord-Est (613). Le mariage de leurs enfants Begga et Anségisel...
  • CHILPÉRIC Ier (539-584) roi de Neustrie

    • Écrit par
    • 333 mots

    Roi mérovingien de Neustrie, né en 539, mort en 584 à Chelles.

    Fils de Clotaire Ier et d'Arégonde, Chilpéric reçoit, lors du partage du royaume de son père (mort en 561) avec ses trois demi-frères (fils d'Ingonde, sœur d'Arégonde), la région la plus pauvre, celle de Soissons. Viennent toutefois...

  • FRÉDÉGONDE (545 env.-597) reine de Neustrie

    • Écrit par
    • 270 mots

    Épouse de Chilpéric Ier, roi de Neustrie, Frédégonde est née à Montdidier vers 545 et morte à Paris en 597.

    Simple suivante à l'origine, Frédégonde devient la maîtresse du roi mérovingien Chilpéric Ier, qu'elle persuade d'assassiner sa femme, la reine Galswinthe (vers...

  • GALSWINTHE (540 env.-568) reine de Neustrie

    • Écrit par
    • 146 mots

    Fille d'Athanagilde, roi des Wisigoths d'Espagne, et de Goswinthe, Galswinthe était aussi la sœur aînée de Brunehaut, reine d'Austrasie, ainsi que la femme de Chilpéric Ier, roi de Neustrie.

    Chilpéric, qui a répudié sa première femme Audovère vers 565, épousa Galswinthe à Rouen...