Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BRUCELLOSE ou MÉLITOCOCCIE ou FIÈVRE DE MALTE

La brucellose (fièvre de Malte, fièvre ondulante, fièvre sudoro-algique, mélitococcie) est une maladie infectieuse commune à l'homme et à différentes espèces animales (essentiellement caprins, ovins, bovins, porcins), due à des microbes du genre Brucella.

Une maladie mondialement répandue

La maladie fut d'abord individualisée, à la suite des travaux cliniques de Marston, à Malte en 1863. De nombreux cas de contamination parmi la garnison anglaise, consommatrice de lait de chèvre, suscitèrent les mémorables recherches de la commission instituée pour l'étude de cette fièvre. En 1887, Bruce isola de la rate d'un soldat mort le Micrococcus melitensis responsable de la maladie. Dix ans plus tard, Wright mit au point une méthode de diagnostic biologique par séro-agglutination. Enfin, en 1905, Zammit établit le rôle de la chèvre comme réservoir animal.

La maladie, d'abord répandue sur tout le pourtour méditerranéen, s'étendit vers le nord et, à partir de 1925, gagna une grande partie de l'Europe et jusqu'aux pays scandinaves, en même temps qu'elle manifestait son existence dans les Amériques du Nord et du Sud.

En effet, après la découverte, par le vétérinaire danois Bang (1897), d'un bacille responsable d'avortement épizootique des bovidés, miss Evans (1918), aux États-Unis, établit l'identité de ce microbe avec le Micrococcus melitensis de Bruce. Enfin Traum, aux États-Unis, isolera chez la truie une troisième variété.

Ainsi s'agit-il en définitive d'une maladie avant tout rurale, mondialement répandue, liée essentiellement au contact direct avec le cheptel, surtout caprin, ovin, bovin et, à un moindre degré, porcin.

Dans son aspect vétérinaire, la brucellose pose à de très nombreux pays un problème majeur : en France, la maladie est enzootique et il n'y a pas de région épargnée ; chèvres, moutons et bovins y sont atteints. Par contre, la brucellose porcine est répandue principalement dans le Sud-Est asiatique et en Amérique latine ; c'est une cause majeure de brucellose humaine, prioritairement combattue aux États-Unis à partir des années soixante.

La lutte contre les brucelloses comporte donc aussi bien des aspects sociaux et économiques que des aspects médicaux.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite à la faculté de médecine de Paris, chef de service à l'Institut Pasteur

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANTHROPOLOGIE DES ZOONOSES

    • Écrit par Frédéric KECK, Christos LYNTERIS
    • 3 954 mots
    • 4 médias
    ...étudiés par l’ethnozoologie, font partie des modes d’interaction mobilisés dans une crise sanitaire causée par une zoonose. Ainsi la vaccination contre la brucellose en Mongolie implique de connaître les conceptions locales de l’élevage pastoral en fonction des transformations du paysage et des modes de gestion...
  • MALADIES INFECTIEUSES

    • Écrit par Catherine DUPUIS
    • 5 803 mots
    • 1 média
    ...hors de l'hôte. La tularémie, maladie des rongeurs sauvages, est contractée par les chasseurs et les bouchers lorsqu'ils manipulent l'animal malade. L'éleveur ou le vétérinaire peuvent être infectés par Brucella abortus ou B. melitensis quand ils examinent le produit d'avortement d'une bête...
  • ONE HEALTH (UNE SEULE SANTÉ)

    • Écrit par Yannick SIMONIN
    • 3 806 mots
    • 1 média
    ...aujourd’hui, notamment dans des régions du monde où humains, animaux domestiques et faune sauvage vivent en contact étroit. C’est le cas par exemple pour la brucellose dans de nombreux pays, dont ceux du Moyen-Orient, pour la tuberculose bovine en Afrique subsaharienne, la leptospirose aux Fidji, ou encore...

Voir aussi