RAGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Connue depuis l'Antiquité, mortelle en l'absence de traitement, la rage est toujours d'actualité en raison de son extension mondiale. La maladie a causé 55 000 décès dans le monde en 2004, essentiellement en Asie et en Afrique, et est resté à ce niveau depuis lors. L'Europe centrale, le Moyen-Orient, le continent américain constituent des zones d'endémie, alors que les îles Britanniques demeurent libres de rage. Maladie infectieuse commune à l'homme et à toutes les espèces animales à sang chaud, principalement les mammifères, elle est due à un virus spécifique transmis généralement par la morsure d'animaux présentant ou non les symptômes de l'infection rabique et excréteurs du virus dans leur salive. La transmission par voie aérienne n'a été démontrée que dans des cavernes infestées de chauves-souris enragées. La vaccination orale de la faune sauvage pratiquée systématiquement par certains pays d'Europe a permis une régression spectaculaire.

Le virus rabique

Le virus rabique est un Rhabdovirus, du genre Lyssavirus où l'on classe des virus dits « apparentés à la rage » tels que les virus Lagos bat, Mokola et Duvenhage dont le rôle pathogène et l'importance épidémiologique ont été mis en évidence dans plusieurs pays d'Afrique. La particule virale a la forme d'une balle de revolver, d'une longueur moyenne de 180 nm et d'un diamètre de 70 à 80 nm. (cf. photo).

Le génome viral est un acide ribonucléique (ARN) simple brin, « négatif », non segmenté, associé à 5 protéines dont essentiellement la protéine N (associée à l'ARN dans la nucléocapside) et la protéine G, glycosylée, (constitutive des spicules implantés dans la membrane). L'utilisation d'anticorps monoclonaux a permis de caractériser les déterminants antigéniques des protéines N et G et de préciser les déterminants de G qui sont responsables du pouvoir pathogène et du pouvoir immunisant.

Le virus rabique est inactivé par la chaleur (+ 60 0C), la dessiccation, les rayons ultraviolets, les solutions savonneuses, les ammoniums quaternaire [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : professeur, chef de l'unité de la rage à l'Institut Pasteur, Paris

Classification


Autres références

«  RAGE  » est également traité dans :

LÉPINE PIERRE (1901-1989)

  • Écrit par 
  • Léon LE MINOR
  •  • 1 360 mots

Né à Lyon en 1901, Pierre Lépine s'engagea lui aussi dans la carrière médicale. Il fut externe, puis interne des hôpitaux de Lyon et, très tôt, s'intéressa au travail de laboratoire : au cours de ses études médicales, il fut moniteur de physiologie à la faculté des sciences, puis assistant de parasitologie dans le laboratoire de Guiart et fréquenta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-lepine/#i_26775

PASTEUR LOUIS (1822-1895)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 6 425 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Pasteur et la vaccination »  : […] Pasteur utilise le mot vaccination pour désigner l'injection préventive, dans le sang d'un individu, d'un germe microbien pathogène dont la virulence avait été artificiellement atténuée. Cela immunisait l'individu contre la maladie en cas de rencontre ultérieure avec le germe virulent. Le terme vaccination rendait hommage à une pratique empirique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-pasteur/#i_26775

VIROSES ANIMALES

  • Écrit par 
  • Jacqueline VIRAT
  •  • 2 576 mots

Dans le chapitre « Viroses bovines »  : […] Les viroses bovines ont été longtemps dominées par la fièvre aphteuse et la peste bovine. Un rotavirus, identique en sa structure immunologique à celui de l'homme, provoque chez le veau des affections diarrhéiques. La fièvre aphteuse est une maladie éruptive rarement mortelle, mais dont les conséquences économiques sont graves. Elle est provoquée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/viroses-animales/#i_26775

ZOONOSES

  • Écrit par 
  • Louis JOUBERT
  •  • 2 558 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Modes de transmission »  : […] Le mode de transmission directe le plus simple de l'animal à l'homme est représenté par l'ornithose, infection inapparente du pigeon et d'autres oiseaux . Il se complique déjà dans le charbon humain, à réservoir tellurique, mais d'origines animales diverses , et, plus encore, dans la rage, en raison de la multiplicité des espèces animales réceptiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zoonoses/#i_26775

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre SUREAU, « RAGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rage/