RAGE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Connue depuis l'Antiquité, mortelle en l'absence de traitement, la rage est toujours d'actualité en raison de son extension mondiale. La maladie a causé 55 000 décès dans le monde en 2004, essentiellement en Asie et en Afrique, et est resté à ce niveau depuis lors. L'Europe centrale, le Moyen-Orient, le continent américain constituent des zones d'endémie, alors que les îles Britanniques demeurent libres de rage. Maladie infectieuse commune à l'homme et à toutes les espèces animales à sang chaud, principalement les mammifères, elle est due à un virus spécifique transmis généralement par la morsure d'animaux présentant ou non les symptômes de l'infection rabique et excréteurs du virus dans leur salive. La transmission par voie aérienne n'a été démontrée que dans des cavernes infestées de chauves-souris enragées. La vaccination orale de la faune sauvage pratiquée systématiquement par certains pays d'Europe a permis une régression spectaculaire.

Le virus rabique

Le virus rabique est un Rhabdovirus, du genre Lyssavirus où l'on classe des virus dits « apparentés à la rage » tels que les virus Lagos bat, Mokola et Duvenhage dont le rôle pathogène et l'importance épidémiologique ont été mis en évidence dans plusieurs pays d'Afrique. La particule virale a la forme d'une balle de revolver, d'une longueur moyenne de 180 nm et d'un diamètre de 70 à 80 nm. (cf. photo).

Le génome viral est un acide ribonucléique (ARN) simple brin, « négatif », non segmenté, associé à 5 protéines dont essentiellement la protéine N (associée à l'ARN dans la nucléocapside) et la protéine G, glycosylée, (constitutive des spicules implantés dans la membrane). L'utilisation d'anticorps monoclonaux a permis de caractériser les déterminants antigéniques des protéines N et G et de préciser les déterminants de G qui sont responsables du pouvoir pathogène et du pouvoir immunisant.

Le virus rabique est inactivé par la chaleur (+ 60 0C), la dessiccation, les rayons ultraviolets, les solutions savonneuses, les ammoniums quaternaires, l'éther, l'alcool, l'eau de Javel, le phénol, le formol et les acides. Il résiste à tous les antibiotiques actuellement connus.

Inoculable aux animaux de laboratoire (en particulier lapins et souris) qui permettent l'isolement des souches sauvages dites « virus des rues », il acquiert après de multiples passages en série une certaine fixité de ses caractères. Les souches ainsi obtenues, appelées souches de « virus fixe », sont utilisées pour la préparation des vaccins (la principale étant la souche Louis Pasteur, isolée par ce dernier en 1882 du cerveau d'une vache morte de rage).

Chez l'animal, le virus introduit dans l'organisme par la morsure d'un animal enragé se multiplie d'abord localement puis chemine par voie nerveuse (il n'y a pas de virémie) jusqu'au système nerveux central d'où il diffuse, par voie nerveuse, vers les organes périphériques, notamment l'œil et les glandes salivaires. L'infection de ces dernières entraîne celle de la salive ; l'animal devient alors un excréteur de virus et sa morsure peut être contaminante. Les mammifères terrestres, en particulier les carnivores et herbivores domestiques, n'excrètent le virus que pendant les derniers jours précédant leur mort (quelques jours avant l'apparition des signes de rage et pendant la phase clinique inéluctablement mortelle). Par contre, certains animaux sauvages, dont les chauves-souris, peuvent excréter le virus dans leur salive pendant de longues périodes avant la phase clinique terminale, ce qui en fait des agents de contamination redoutable.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur, chef de l'unité de la rage à l'Institut Pasteur, Paris

Classification

Autres références

«  RAGE  » est également traité dans :

LÉPINE PIERRE (1901-1989)

  • Écrit par 
  • Léon LE MINOR
  •  • 1 360 mots

Né à Lyon en 1901, Pierre Lépine s'engagea lui aussi dans la carrière médicale. Il fut externe, puis interne des hôpitaux de Lyon et, très tôt, s'intéressa au travail de laboratoire : au cours de ses études médicales, il fut moniteur de physiologie à la faculté des sciences, puis assistant de parasitologie dans le laboratoire de Guiart et fréquenta le laboratoire d'anatomie pathologique. Pendant c […] Lire la suite

PASTEUR LOUIS (1822-1895)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 6 426 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Pasteur et la vaccination »  : […] Pasteur utilise le mot vaccination pour désigner l'injection préventive, dans le sang d'un individu, d'un germe microbien pathogène dont la virulence avait été artificiellement atténuée. Cela immunisait l'individu contre la maladie en cas de rencontre ultérieure avec le germe virulent. Le terme vaccination rendait hommage à une pratique empirique, généralisée par le médecin anglais Jenner au xv […] Lire la suite

VIROSES ANIMALES

  • Écrit par 
  • Jacqueline VIRAT
  •  • 2 576 mots

Dans le chapitre « Viroses bovines »  : […] Les viroses bovines ont été longtemps dominées par la fièvre aphteuse et la peste bovine. Un rotavirus, identique en sa structure immunologique à celui de l'homme, provoque chez le veau des affections diarrhéiques. La fièvre aphteuse est une maladie éruptive rarement mortelle, mais dont les conséquences économiques sont graves. Elle est provoquée par un rhinovirus. En France, la vaccination est […] Lire la suite

VIRUS NEUROTROPES

  • Écrit par 
  • Yannick SIMONIN
  •  • 6 180 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Accès via le système nerveux périphérique »  : […] Les virus infectant le système nerveux périphérique, notamment les virus de la famille des Herpesviridae – comme les virus Herpes simplex (HSV en anglais, parfois notés VHS en français) – ou encore le virus zona-varicelle (VZV) peuvent accéder plus facilement au système nerveux périphérique étant donné la connexion entre les neurones périphériques qu’ils infectent et les neurones centraux. Ils […] Lire la suite

ZOONOSES

  • Écrit par 
  • Louis JOUBERT
  •  • 2 558 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Modes de transmission »  : […] Le mode de transmission directe le plus simple de l'animal à l'homme est représenté par l'ornithose, infection inapparente du pigeon et d'autres oiseaux . Il se complique déjà dans le charbon humain, à réservoir tellurique, mais d'origines animales diverses , et, plus encore, dans la rage, en raison de la multiplicité des espèces animales réceptives, essentiellement contaminantes par morsures . L' […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

2 avril 2015 Kenya. Attaque meurtrière de l'université de Garissa par Al-Shabab.

Le porte-parole du mouvement, Ali Mohamoud Rage, revendique l’attaque « contre les infidèles » de Garissa, ville à majorité musulmane alors que la population du pays est principalement chrétienne. Il promet d’attaquer d’autres villes du pays tant que les soldats kenyans n’auront pas quitté la Somalie où ils collaborent à la mission de maintien de la paix initiée par l’Union africaine. […] Lire la suite

1er-14 avril 2011 Côte d'Ivoire. Chute de Laurent Gbagbo

Le 1er, tandis que les combats font rage à Abidjan entre les troupes du président élu Alassane Ouattara et les forces restées loyales au président sortant Laurent Gbagbo, le Comité international de la Croix-Rouge annonce que plus de huit cents personnes ont été massacrées trois jours plus tôt près de Duékoué, dans l'ouest du pays. Les Forces républicaines de Côte d'Ivoire (F. […] Lire la suite

18-29 octobre 1996 Zaïre. Rébellion tutsi dans l'Est

Le 29, l'archevêque de Bukavu, où les combats font rage, est tué dans une embuscade. Le 29 également et les jours suivants, les armées zaïroise et rwandaise échangent des tirs d'artillerie au-dessus de la frontière, entre Bukavu, au Zaïre, et Cyangugu, au Rwanda. Tandis que la communauté internationale poursuit ses efforts diplomatiques, la situation des réfugiés se dégrade. […] Lire la suite

1er-23 décembre 1991 Yougoslavie – Croatie – Slovénie. Poursuite des combats malgré les efforts de médiation de la C.E.E. et de l'O.N.U.

, entame à Belgrade sa quatrième mission de négociations sur le déploiement de Casques bleus dans les zones où les combats entre Croates et forces fédéro-serbes font toujours rage, malgré le quatorzième cessez-le-feu conclu le 23 novembre à Genève. Le 2, la C.E.E. décide d'annuler en faveur des quatre républiques sécessionnistes (Croatie, Slovénie, Bosnie-Herzégovine, Macédoine) les sanctions adoptées le 8 novembre à l'encontre de la Yougoslavie. […] Lire la suite

2-29 septembre 1991 Yougoslavie. Intensification des combats en Croatie et indépendance de la Macédoine

Celui-ci prévoit un cessez-le-feu en Croatie (où les combats font rage entre les séparatistes serbes, soutenus par l'armée fédérale, et les forces croates), ainsi que la présence d'observateurs internationaux. Mais l'accord n'est pas respecté sur le terrain. Le 7, la conférence prévue par le plan de paix de la C.E.E. se réunit à La Haye : elle rassemble les ministres des Affaires étrangères des Douze et les dirigeants yougoslaves, sous la présidence de lord Carrington, ancien secrétaire au Foreign Office. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre SUREAU, « RAGE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rage/