CÉNUROSES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les cénuroses sont des parasitoses graves, liées au développement, chez les animaux herbivores et, exceptionnellement, chez l'homme, des larves dites cénures de ténias appartenant au genre Multiceps. Un cénure est une larve vésiculaire contenant plusieurs têtes de ténia (ou scolex). C'est-à-dire qu'à partir d'un seul œuf la larve va élaborer plusieurs scolex dont chacun donnera un ténia adulte. Ce phénomène de multiplication larvaire porte le nom de polyembryonie.

Le cycle des Multiceps peut se résumer ainsi. Le ténia adulte vit dans l'intestin des mammifères carnivores. Quotidiennement, il pond plusieurs milliers d'œufs dispersés dans la nature avec les fèces et qui souillent les herbes. Ces œufs (ou plutôt ces embryophores) sont très résistants aux agents climatiques et restent vivants de longs mois dans la nature. Lorsqu'un herbivore avale cet embryophore, sa coque est dissoute et l'embryon est libéré dans le tube digestif. Il en traverse rapidement la paroi et passe dans la circulation sanguine qui le transporte jusqu'à l'organe où il doit se développer. Là il s'immobilise et son centre se creuse d'une cavité emplie de liquide clair. Lentement, ce kyste augmente de taille et peut atteindre plusieurs centimètres de diamètre, ressemblant alors à une boule blanchâtre, à paroi mince, remplie d'« eau ». La membrane va bourgeonner vers l'intérieur une dizaine, voire une centaine, de scolex munis de quatre ventouses et d'une double couronne de crochets. Le cénure peut vivre plusieurs années chez l'hôte intermédiaire jusqu'à ce qu'il soit la proie d'un carnivore. Lorsque ce dernier dévore la carcasse de l'herbivore, la paroi du kyste va être digérée, mais non les scolex. Ceux-ci, une fois libérés, vont se fixer à la paroi du tube digestif du nouvel hôte, grandir, devenir adultes et commencer à pondre. On voit donc que ce cycle complexe nécessite la mort de l'herbivore pour réussir. Plusieurs Multiceps sont particulièrement fréquents et peuvent se rencontrer même chez l'homme qui est cependant un hôte accidentel.

Multiceps multiceps est un parasite cosmopolite qui a pour hôte définitif surtout le chien, mais aussi les chacals et les renards. Les hôtes intermédiaires sont avant tout les moutons et les chèvres, mais aussi plus rarement les bovins, très exceptionnellement les chevaux et les porcs. Les larves se développent surtout dans le système nerveux central (cerveau, moelle épinière) et déterminent une tumeur parasitaire qui entraîne avant tout des troubles de compression. La maladie est connue des éleveurs sous le nom de « tournis des moutons », l'animal ayant des troubles de l'équilibre.

Chez l'homme, la cénurose est une maladie rare, rurale, caractérisée par des signes communs à toutes les tumeurs cérébrales. Le traitement est uniquement chirurgical. Le pronostic est alors favorable si l'on peut extirper la totalité de la tumeur (cénurose de la convexité du cerveau). Il est extrêmement défavorable avec les tumeurs racémeuses de la base du cerveau que l'on ne peut enlever entièrement, car chaque fragment laissé en place va, en quelques mois, former une nouvelle tumeur.

Multiceps serialis est également un ténia cosmopolite dont les hôtes définitifs sont les chiens et les renards, et les hôtes intermédiaires les lièvres.

Multiceps brauni se rencontre dans les zones forestières d'Afrique. Les hôtes définitifs sont des canidés (chiens et chacals) et les hôtes intermédiaires divers rongeurs (rats, gerbilles, porcs-épics).

Ces deux espèces peuvent déterminer chez l'homme soit des cénuroses sous-cutanées, soit des cénuroses oculaires. Les premières sont des tumeurs facilement extirpables. Les secondes, bien plus graves, atteignent surtout la chambre postérieure de l'œil. La prophylaxie de ces parasitoses passe avant tout par le contrôle vétérinaire des animaux de boucherie et l'incinération des viandes infestées. Il faut également éliminer les chiens errants qui sont les grands pourvoyeurs des cénuroses humaines et animales et enfouir profondément ou incinérer les cadavres des herbivores morts de leur parasitose.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté de médecine de Paris-Saint-Antoine, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Autres références

«  CÉNUROSES  » est également traité dans :

CYSTICERCOSES

  • Écrit par 
  • Yves GOLVAN
  •  • 722 mots

Ce sont des parasitoses dues au développement des larves dites « cysticerques » de certains ténias. Le cysticerque, forme « simple », peut être considéré comme le point de départ d'une série de larves de structure de plus en plus complexe : cysticercoïde, cénure, hydatide. Le cycle évolutif commence par l'élimination et la dispersion dans le milieu extérieur, avec les fèces des carnivores, hôtes d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves GOLVAN, « CÉNUROSES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cenuroses/