TRICHINOSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Affection résultant de l'infestation par le petit ver rond Trichinella spiralis. L'homme contracte habituellement la trichinose en consommant de la viande (de porc ou de cheval) insuffisamment cuite et contenant des larves encapsulées du parasite.

Dans l'estomac et l'intestin grêle, la membrane capsulaire est digérée et les larves libérées envahissent le revêtement muqueux de l'intestin grêle, devenant adultes en l'espace d'une semaine. Après fécondation, le ver femelle dépose ses œufs dans la paroi intestinale et, parfois, directement dans les lacunes lymphatiques ; de là, les larves atteignent le sang, sont transportées dans toutes les parties du corps, essentiellement dans les interstices des muscles du squelette où elles atteignent le stade de l'encapsulement. Les muscles le plus souvent envahis sont ceux du diaphragme, des yeux, du cou, du larynx et de la langue. Dans les muscles, les capsules larvaires (ou kystes) peuvent demeurer en vie pendant des années, se calcifiant parfois.

La trichinose est plus fréquente en Europe et aux États-Unis que dans d'autres parties du monde. Pourtant, en France, elle est rare, au moins sous sa forme cliniquement exprimée. Aux États-Unis, l'incidence de l'infestation (détectée par les kystes calcifiés trouvés à l'autopsie) peut atteindre de 15 à 20 p. 100 de la population, mais seul un faible pourcentage de personnes infestées hébergent suffisamment de parasites pour présenter les symptômes cliniques reconnaissables : ils consistent en diarrhée, nausées, vomissements et fièvre au stade du début ; plus tard vient la douleur accompagnée de raideur, de gonflement des différentes structures musculaires, d'œdèmes surtout localisés à la face et au cou, et de divers phénomènes allergiques (éruptions du type de l'urticaire). La phase chronique, qui correspond à l'enkystement des larves dans les muscles et qui débute vers le vingtième jour après le repas contaminateur, est marquée pa [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté de médecine de Paris-Saint-Antoine, université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification

Pour citer l’article

Yves GOLVAN, « TRICHINOSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/trichinose/