CORDÉS ou CHORDÉS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'opposition traditionnellement admise, depuis Lamarck, entre Vertébrés et Invertébrés est parfaitement artificielle. En fait, l'opposition Vertébrés-Invertébrés est d'autant moins justifiée que les Vertébrés sont étroitement apparentés à d'authentiques Invertébrés longtemps réunis sous le nom de Procordés : d'une part les amphioxus, qui sont de petits animaux marins mobiles mais sédentaires ; d'autre part, les Tuniciers, beaucoup plus variés, et qui comprennent des animaux fixés (Ascidies) et des formes pélagiques (Thaliacés et Appendiculaires). Procordés et Vertébrés présentent suffisamment d'affinités pour qu'on puisse les réunir dans le vaste groupe des Cordés. La notion de Cordés a donc, en zoologie, une grande importance, en ce qu'elle supprime l'isolement des Vertébrés et les rattache, dans une perspective évolutive, à un phylum d'Invertébrés.

La notion de Cordé

Amphioxus et Tuniciers ont en commun avec les Vertébrés des caractères importants :

– le système nerveux central qui se présente, chez la plupart des Invertébrés (Annélides, Arthropodes...), sous la forme d'une paire de cordons ventraux, est ici une formation tubulaire en position dorsale ;

– une baguette squelettique axiale au-dessus du tube digestif constitue la corde dorsale (ou notocorde). Permanente chez l'amphioxus, elle est embryonnaire chez les Vertébrés et se modifie généralement chez l'adulte pour former la colonne vertébrale ; elle existe chez les larves des Tuniciers, mais elle disparaît, sauf chez les Appendiculaires, à la suite d'une profonde métamorphose qui donne naissance à l'adulte ;

– la portion antérieure du tube digestif, le pharynx, est perforée (pharyngotrémie) par une série de fentes latérales paires qui, traversées par un courant d'eau chez les formes inférieures, constituent un appareil respiratoire. En fait, les fentes pharyngiennes régressent chez les Vertébrés supérieurs, après s'être ébauchées dans les premiers stades du développement embryonnaire.

C'est donc au cours de celui-ci que se manifestent, chez les Cordés, d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien professeur à la faculté des sciences, université de Paris-VII

Classification


Autres références

«  CORDÉS ou CHORDÉS  » est également traité dans :

CÉPHALOCORDÉS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS
  •  • 3 666 mots
  •  • 15 médias

squelettique est une « chorde dorsale » comparable à celle qui existe dans l'embryon de tous les Vertébrés. Le petit groupe zoologique auquel appartient l'Amphioxus (sub-phylum des Céphalocordés, dans le phylum des Cordés) a, de ce fait, une importance théorique considérable dont nous discuterons plus loin la signification […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cephalocordes/#i_16502

CYCLOSTOMES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 2 724 mots
  •  • 6 médias

Un autre trait fondamental des cyclostomes est l'absence de nageoires paires et un squelette entièrement cartilagineux, formé seulement d'un crâne et d'une corde dorsale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyclostomes/#i_16502

ÉCHINODERMES

  • Écrit par 
  • Geneviève TERMIER, 
  • Henri TERMIER, 
  • Andrée TÉTRY
  •  • 6 666 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Carpoïdes (Homalozoens), l'énigme des Calcichordés »  : […] de biologistes ont souligné la ressemblance embryologique entre les Échinodermes et les Chordés. La larve tornaria des Entéropneustes ressemble à l'auricularia des Holothuries, par exemple. Aussi recherche-t-on depuis longtemps de plus étroites affinités, par exemple des traces de fentes branchiales dans les Échinodermes primitifs fossiles. De l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/echinodermes/#i_16502

EMBRYOLOGIE

  • Écrit par 
  • Maurice PANIGEL, 
  • Josselyne SALAÜN, 
  • Denise SCHEIB, 
  • Jean SCHOWING
  •  • 13 229 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « Gastrulation chez les invertébrés à trois feuillets »  : […] La gastrulation chez les cordés varie suivant qu'on l'étudie dans un groupe ou dans un autre. Ici, une distinction s'impose entre les vertébrés anamniotes, c'est-à-dire dépourvus d'annexes embryonnaires, et les vertébrés amniotes, c'est-à-dire ceux qui en sont pourvus. Les processus de gastrulation, bien que différents les uns des autres, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/embryologie/#i_16502

NERVEUX (SYSTÈME) - Neurogenèse et évolution

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 10 353 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  Du S.N.C. des invertébrés à celui des vertébrés »  : […] très précoce rendent quasi impossible d'admettre l'hypothèse suivant laquelle les chordés dans leur ensemble dériveraient d'invertébrés protostomes tels les annélides ou les arthropodes, et l'on peut actuellement considérer avec une bonne dose de scepticisme la théorie de Geoffroy Saint-Hilaire, même rajeunie sous la forme soutenue par Patten, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-neurogenese-et-evolution/#i_16502

PALÉOZOÏQUE ou ÈRE PRIMAIRE

  • Écrit par 
  • Alain BLIECK
  •  • 10 610 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les deutérostomiens »  : […] L'enregistrement fossile des chordés basaux, tuniciers (ascidies) et céphalochordés (acraniens), est rare. Les tuniciers sont connus dès le Cambrien inférieur jusqu'à l'actuel. On peut donc s'attendre à en trouver dès le Précambrien supérieur, une hypothèse confortée par quelques études de phylogénie moléculaire. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleozoique-ere-primaire/#i_16502

PHYLOGÉNIE ANIMALE

  • Écrit par 
  • Michaël MANUEL
  •  • 11 675 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Synapomorphies et relations internes des trois grands clades de Bilateria »  : […] été sortis des deutérostomiens (les deux premiers sont des annélides modifiés ; les chaetognathes sont des protostomiens ; cf. infra). Finalement, aujourd'hui, les deutérostomiens ne comportent que les échinodermes, les hémichordés et les chordés, ainsi qu'une curiosité de la nature, le genre Xenoturbella (cf. ci-dessous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phylogenie-animale/#i_16502

PHYLOGÉNOMIQUE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 3 010 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les tuniciers à l'origine des vertébrés ? »  : […] gènes renvoie cet animal vers un groupe frère des vertébrés. Les chordés ne constitueraient donc pas un groupe monophylétique. Cette conclusion reste cependant fragile. Ce qui est certain, c'est que l'étude des génomes d'éponges montre qu'un seul de ces groupes de gènes de développement embryonnaire (le groupe NK-like) y est présent. Les autres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phylogenomique/#i_16502

STOMOCORDÉS ou HÉMICORDÉS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS
  •  • 1 462 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Affinités des Stomocordés : les Deutérostomiens »  : […] et de Cephalodiscus justifient le rapprochement avec les Cordés, rapprochement renforcé par l'existence d'une portion dorsale tubulaire du système nerveux dans le collier. La division du corps en trois parties et la disposition du cœlome rapprochent aussi les Entéropneustes des Pogonophores. Ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stomocordes-hemicordes/#i_16502

SYSTÈME IMMUNITAIRE (ORIGINES DU)

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 2 004 mots

Dans le chapitre « Un troisième système immunitaire ? »  : […] Si l'on se replace dans la phylogénie des chordés, dont les vertébrés font partie, la phylogénomique nous apprend que les urochordés comme les tuniciers et les céphalochordés (comme l'amphioxus) possèdent bien une immunité innée mais sont dépourvus de système immunitaire adaptatif. Entre eux et les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-immunitaire-origines-du/#i_16502

TUNICIERS ou UROCORDÉS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS
  •  • 3 851 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Relations phylétiques des Tuniciers »  : […] Les caractères fondamentaux des Cordés (corde dorsale, tube nerveux dorsal, pharyngotrémie) n'apparaissent clairement que chez les Appendiculaires et, à l'état larvaire, chez les Ascidies. La larve des Dolioles est rudimentaire et immobile, mais on y reconnaît pharynx et corde dorsale ; les autres Thaliacées n'ont pas de stade larvaire. Mais l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tuniciers-urocordes/#i_16502

VERTÉBRÉS

  • Écrit par 
  • Charles DEVILLERS, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 9 712 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Origine des vertébrés »  : […] (A. Kowalevsky, 1867) et chez les Céphalochordés a permis de définir le groupe des Chordés, dans lequel sont désormais inclus les Vertébrés. Au cours de ces dernières années, les principaux progrès relatifs aux relations de parenté et à l'émergence des Vertébrés sont venus de quatre disciplines différentes : la morphologie, la phylogénie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertebres/#i_16502

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves FRANÇOIS, « CORDÉS ou CHORDÉS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cordes-chordes/