PHARYNX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On appelle pharynx l'espace anatomique sur lequel s'ouvre le fond de la cavité buccale, comme on peut le voir dans la figure 1 de l'article digestif (appareil). Pour simplifier, on a l'habitude de dire qu'il correspond au carrefour aérodigestif où se croisent les trajets du flux respiratoire (des fosses nasales à la trachée) et du bol alimentaire (qui doit s'engager dans l'œsophage à la suite de la déglutition). En réalité, l'anatomie de la région pharyngée est extrêmement complexe, comme le montre le long passage qui lui est consacré dans l'article tête et cou. Il suffira, pour l'intelligibilité du présent article, de mentionner que les anatomistes distinguent, en fonction des rapports du pharynx avec les organes voisins, trois parties distinctes :

– le rhinopharynx, dans lequel s'ouvrent les choanes, c'est-à-dire les orifices postérieurs des fosses nasales ;

– l'oropharynx, au niveau duquel le pharynx communique avec la cavité buccale dont le sépare le voile du palais (prolongé par la luette), flanqué des amygdales ;

– l'hypopharynx, partie inférieure de la cavité pharyngienne, qui communique avec l'orifice de l'œsophage et partage avec celui-ci, (du moins avec sa partie supérieure dite cervicale parce que située dans le cou) diverses situations pathologiques. Cette partie du pharynx est contiguë au canal laryngotrachéal qui la clôture en avant.

Rhinopharynx

Situé profondément sous la base du crâne, le rhinopharynx est un carrefour important entre les voies respiratoires et l'oreille moyenne. Contrairement à l'oropharynx et au pharyngolarynx qui constituent un carrefour des voies respiratoires et digestives, le rhinopharynx n'est qu'un conduit aérien, le voile du palais l'isolant totalement de l'oropharynx lors de la déglutition alors qu'il laisse librement passer l'air lors de la respiration. Son rôle est également de drainer le mucus sécrété dans les fosses nasales et les sinus vers les voies digestives. Enfin, lors de la déglutition, l'orifice des trompes d'Eustache, en s'ouvrant, permet à l'air de pénétrer vers l'oreille moyenne, en régulant ainsi sa pression.

Anatomie

Le rhinopharynx ou cavum est la partie la plus haute du pharynx où s'ouvrent les fosses nasales et les trompes d'Eustache. Il se prolonge en bas avec l'oropharynx puis avec le pharyngolarynx (cf. larynx, fig. 1).

Sa forme approximativement cubique permet de lui décrire six parois. La paroi antérieure du cavum répond aux choanes ou orifice postérieur des fosses nasales. La paroi supérieure ou voûte du pharynx répond en avant au sphénoïde (creusé du sinus sphénoïdal) et, plus en arrière, au corps de l'occipital ; sur cette paroi se trouve l'amygdale pharyngée de Luschka, dont l'hypertrophie constitue les végétations adénoïdes. La paroi postérieure correspond au ligament occipito-atloïdien antérieur et à l'arc antérieur de l'atlas ; elle en est séparée par les muscles grands droits antérieurs. Les parois latérales présentent l'orifice pharyngé de la trompe d'Eustache et, en haut et en arrière, la fossette de Rosenmüller ; autour de l'orifice se trouvent de nombreux follicules lymphoïdes formant l'amygdale tubaire qui peut être responsable de catarrhes tubaires récidivants. La paroi inférieure correspond au voile du palais. Pendant la respiration, cette limite est virtuelle et fait communiquer le pharynx nasal avec le pharynx buccal.

Examen clinique

L'examen du cavum est parfois laborieux en raison des réflexes nauséeux, et cette difficulté est encore accrue chez l'enfant par la peur de l'examen médical.

La rhinoscopie postérieure indirecte est la méthode la plus simple car elle ne nécessite aucun appareillage complexe ; cependant, elle demande la collaboration du malade qui doit être docile et détendu. Elle consiste, après avoir abaissé la langue, à introduire derrière le voile un petit miroir à l'aide duquel on examine les choanes, la paroi supérieure (végétations) et latéralement les orifices tubaires et les fossettes de Rosenmüller, grâce à un éclairage réfléchi par le miroir.

La rhinoscopie postérieure peut être facilitée en utilisant, à la place du miroir manuel, une optique grossissante éclairée par fibres conductrices portées sur tube rigide, réfléchissant l'image selon un angle de 900 ; le calibre réduit du tube, introduit par la bouche jusqu'à la paroi postérieure de l'oropharynx, permet un examen de bonne qualité.

La rhinopharyngoscopie directe consiste à examiner le cavum par l'avant à travers les fosses nasales, en utilisant une fibre optique rigide ou encore un fibroscope souple qui explore facilement les différentes parois.

Chez l'enfant il est possible de faire un toucher nasopharyngien qui, exécuté avec rapidité et douceur, n'est pas douloureux.

La visualisation du cavum peut être faite par radiographie en profil simple ou en incidence de Hirtz, tomodensitométrie, ou encore par imagerie par résonance magnétique (IRM), ces deux dernières techniques permettant d'étudier parfaitement les différentes structures tissulaires des parois.

Maladies du cavum

Végétations adénoïdes

Les végétations adénoïdes sont formées par l'hypertrophie d'une formation lymphoïde normale : l'amygdale pharyngée de Luschka. Situées sur la paroi postéro-supérieure du cavum, elles entraînent des troubles obstructifs ; latéralement, elles peuvent recouvrir les orifices des trompes d'Eustache, donnant naissance à de fréquentes complications tubo-tympaniques.

L'adénoïdien typique souffre d'une insuffisance respiratoire nasale. Il se présente la bouche ouverte, la respiration bruyante, gênée par un encombrement rétro-nasal ; il ronfle la nuit. Les complications infectieuses sont fréquentes. Parfois, il existe un certain degré d'atrophie du maxillaire avec voûte palatine ogivale : c'est le faciès adénoïdien.

Les rhinites et les sinusites sont traînantes et rebelles aux thérapeutiques banales.

Des otites aiguës de l'oreille moyenne peuvent s'ensuivre. Le catarrhe tubo-tympanique à évolution sournoise constitue la cause majeure des surdités de transmission de l'enfant.

Parmi les affections descendantes, citons la toux rebelle à prédominance nocturne, les crises de laryngite sous-glottique récidivantes, les infections bronchiques à répétition, enfin les infections ganglionnaires.

On doit savoir que les végétations adénoïdes existent parfois dès la naissance. Elles se caractérisent alors chez le nourrisson par une gêne à la déglutition. Le traitement est essentiellement chirurgical.

Rhinopharyngites

La rhinopharyngite aiguë est une affection de l'enfant ou du nourrisson, qui se traduit par un syndrome infectieux bruyant, au sein duquel les signes rhinopharyngés restent suffisamment discrets pour devoir être recherchés. L'évolution est généralement favorable sous antibiothérapie.

La rhinopharyngite chroniq [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire à la faculté de médecine de Paris
  • : praticien hospitalier, professeur des Universités

Classification

Autres références

«  PHARYNX  » est également traité dans :

ANGINE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 211 mots

On désigne par le terme angine toute affection infectieuse de la muqueuse de l'oropharynx. Le tableau habituel de l'angine aiguë associe la fièvre, un malaise général, des douleurs à la déglutition. L'examen de l'arrière-gorge montre l'aspect inflammatoire de la muqueuse (angine rouge), qui est quelquefois parsemée de formations blanchâtres punctiformes (angine blanche). On retrouve fréquemment un […] Lire la suite

APNÉES OBSTRUCTIVES DU SOMMEIL SYNDROME D'

  • Écrit par 
  • Patrick LÉVY, 
  • Véronique VIOT-BLANC
  •  • 1 261 mots

Le syndrome d'apnées du sommeil (SAS) est une pathologie fréquente – environ 5 p. 100 de la population humaine est touchée – et grave. Le SAS s'inscrit à côté d'autres troubles tels que la respiration périodique et les apnées centrales au cours de l'insuffisance cardiaque (respiration de Cheyne-Stokes) ou la baisse de la ventilation lors du sommeil chez l'obèse (hypoventilation). La plupart des […] Lire la suite

DIGESTIF APPAREIL

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques BERNIER, 
  • Jean-Louis FRESLON, 
  • Claude GILLOT
  • , Universalis
  •  • 15 451 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le pharynx et l'œsophage »  : […] Il s'agit de deux conduits superposés, de structure différente et à l'activité sécrétoire très réduite. Leur rôle principal est de faire progresser le bol alimentaire vers l'estomac. Le pharynx se situe en avant de la colonne vertébrale ; sa partie supérieure est céphalique, sa partie inférieure est cervicale. Il s'agit d'un tube incomplet, d'une gouttière largement ouverte en avant, haute de 15 […] Lire la suite

LARYNX, pathologie

  • Écrit par 
  • Marcel AUBRY, 
  • Bernard MEYER
  •  • 1 982 mots
  •  • 3 médias

Organe de la phonation, puisqu'il joue un rôle très important dans l'émission des sons vocaux, le larynx est placé dans le cou à l'extrémité supérieure de l'arbre respiratoire. Les cartilages qui le constituent s'articulent en bas à la trachée et se rattachent en haut, par l'intermédiaire de l'os hyoïde, au plancher buccal. Directement en rapport avec les téguments du cou (pomme d'Adam), le lary […] Lire la suite

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Anatomie

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • René PIÉRON, 
  • Albert POLICARD
  •  • 4 566 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Voies aériennes »  : […] Les voies aériennes participent à trois fonctions, l'olfaction, l'audition et la phonation. Les fosses nasales sont deux cavités anfractueuses de la face, séparées par une cloison médiane. Chacune s'ouvre à l'extérieur par la narine et débouche en arrière dans le pharynx par un orifice, la choane. La paroi latérale de la fosse nasale est soulevée par des replis, recourbés selon leur grand axe ; […] Lire la suite

RHINOPHARYNGITE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 148 mots

Infection d'origine microbienne ou virale, atteignant à la fois les fosses nasales et la partie supérieure du pharynx. Chez l'enfant, l'hypertrophie des formations lymphatiques du pharynx (végétations adénoïdes) est source de récidives ; leur ablation est conseillée lorsqu'elles déterminent des troubles respiratoires plus ou moins préjudiciables à la croissance du porteur. Dans la plupart des cas, […] Lire la suite

SOMMEIL

  • Écrit par 
  • Patrice FORT, 
  • Michel JOUVET, 
  • Patrick LÉVY, 
  • Véronique VIOT-BLANC
  •  • 18 056 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Circonstances et modalités du diagnostic »  : […] Le ronflement existe chez pratiquement tous les apnéiques. Il est sonore et constitue une plainte fréquente du conjoint et un motif de consultation. Cette vibration du voile du palais et des parties molles pharyngées peut atteindre une amplitude de 80 à 100 dB. Elle est généralement accrue lorsque le sujet dort sur le dos, et aggravée par une surcharge pondérale, l'alcool, même à faible dose, et […] Lire la suite

TÊTE ET COU

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 13 405 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Pharynx et espaces péripharyngiens »  : […] Il existe trois muscles constricteurs du pharynx, qui s'insèrent en avant sur divers éléments squelettiques, se dirigent d'abord en arrière, puis transversalement en dedans, s'entrecroisant sur la ligne médiane. L'ensemble dessine une gouttière, continue depuis la base du crâne jusqu'à l'œsophage. Les muscles s'imbriquent partiellement : le constricteur inférieur est laryngé, fixé sur les cartila […] Lire la suite

VERTÉBRÉS

  • Écrit par 
  • Charles DEVILLERS, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 9 713 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le pharynx »  : […] Dilatation antérieure du tube digestif, le pharynx n'est pas rare chez les Invertébrés, mais celui des Cordés se caractérise par la percée, de chaque côté, d'ouvertures viscérales. Les battements ciliaires de l'épithélium pharyngien créent un courant d'eau qui, entrant par la bouche et s'échappant par les ouvertures, apporte l'oxygène pour la respiration et des particules pour la nutrition, dite m […] Lire la suite

VOIX, physiologie

  • Écrit par 
  • Jean ABITBOL, 
  • Bernard VALLANCIEN
  •  • 4 685 mots

Dans le chapitre « Rôle des résonateurs »  : […] Les résonateurs sont formés essentiellement du pavillon pharyngo-buccal, auquel il faut adjoindre la possibilité d'une participation des cavités nasales lorsque le voile du palais est abaissé. Le pharynx inférieur, séparé de la bouche par les piliers amygdaliens, constitue un premier résonateur ; la cavité buccale, grâce à sa cloison mobile, la langue, peut être considérée comme constituant deux […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marcel AUBRY, Bernard MEYER, « PHARYNX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pharynx/