VÉNUS, planète

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Vénus

Vénus
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Planètes internes

Planètes internes
Crédits : Courtesy NASA / Jet Propulsion Laboratory

photographie

Vénus : topographie de l'hémisphère oriental

Vénus : topographie de l'hémisphère oriental
Crédits : Courtesy NASA / Jet Propulsion Laboratory

photographie

Vénus : topographie de l'hémisphère occidental

Vénus : topographie de l'hémisphère occidental
Crédits : Courtesy NASA / Jet Propulsion Laboratory

photographie

Tous les médias


L'atmosphère

L'atmosphère de Vénus, très massive puisque la pression au sol (de 92 à 95 × 103 hPa) est près de cent fois supérieure à la pression terrestre, est essentiellement constituée de dioxyde de carbone CO2 (96,5 p. 100). C'est en 1932 que le CO2 fut identifié pour la première fois par observation de bandes d'absorption dans le proche infrarouge. D'autres éléments furent ensuite détectés par spectroscopie infrarouge (CO, HCl, HF), mais ce n'est qu'en 1967, lors de l'injection dans l'atmosphère de Vénus de la sonde soviétique Venera-4, première d'une douzaine de sondes d'atterrissage (Venera-4 à Venera-14, Vega-1, Vega-2), que les concentrations des principaux constituants furent mesurées plus précisément. Le CO2 et l'azote N2 (3,5 p. 100) constituent à eux seuls plus de 99,9 p. 100 de l'atmosphère. On trouve également des gaz rares (0,007 p. 100 d'argon, 0,001 p. 100 de néon), de l'anhydride sulfureux SO2 (0,015 p. 100) avec peut-être en quantités comparables de l'acide sulfhydrique H2S et de l'oxysulfure de carbone COS, de la vapeur d'eau, dont l'abondance varie avec l'altitude (de 0,001 à 0,02 p. 100). L'acide chlorhydrique HCl a été détecté en 1968 depuis la Terre par des observations spectroscopiques. Bien que son abondance soit faible (moins d'une molécule par million), il joue un rôle important dans la photochimie de l'atmosphère gazeuse et des nuages. L'observation, à la fin des années 1950, d'émissions radio centimétriques, identifiées comme étant dues au rayonnement thermique du sol et indiquant une température de surface extrêmement élevée, fut confirmée par les mesures radio de la sonde américaine Mariner-2 en 1962, puis par les premières missions soviétiques Venera. La température au sol est proche de 460 0C. Le profil de température entre 0 et 100 kilomètres (fig. 3) diffère notablement du profil terrestre. Dans le cas de la Terre, on observe une inversion de température vers 12 kilomètres d'altitude, la température se m [...]

Vénus : nuages

Vénus : nuages

Photographie

Cette image en fausses couleurs de l'atmosphère de Vénus a été acquise le 14 février 1990 par la sonde Galileo dans le domaine violet du spectre. Les principaux traits du sommet de l'atmosphère sont mis en évidence : le contraste en forme de Y couché, la structure cellulaire de la région... 

Crédits : Courtesy NASA / Jet Propulsion Laboratory

Afficher

Atmosphères de Vénus et de la Terre : températures

Atmosphères de Vénus et de la Terre : températures

Dessin

Profils de température comparés de la haute atmosphère de Vénus et de l'atmosphère terrestre (d'après F. W. Taylor & D. W. Hunten, 1980). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages




Écrit par :

  • : doyen de l'U.F.R. sciences, université de Paris-XI-Sud
  • : docteur ès sciences, responsable des programmes d'exploration du système solaire au Centre national d'études spatiales
  • : docteur en physique, directeur adjoint du service d'aéronomie du C.N.R.S., Verrières-le-Buisson, directeur de recherche au C.N.R.S.
  • : maître de conférences en sciences de la Terre à l'université de Nantes, laboratoire de planétologie et géodynamique, C.N.R.S. et université de Nantes

Classification


Autres références

«  VÉNUS, planète  » est également traité dans :

ASTROLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques HALBRONN
  •  • 13 309 mots

Dans le chapitre « Vers une astrologie restaurée »  : […] La démarche de l'historien peut-elle servir le praticien ? Signaler un syncrétisme accentué par des développements différents d'un pays à l'autre, un découplage, est-ce que cela est susceptible d'interpeller l'astrologue et de l'engager à renoncer à ses déviations ? Dans la mesure où celles-ci ont fait l'objet d'une exégèse justificatrice, que les Gémeaux, par exemple, sont attribués, depuis au m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/astrologie/#i_9217

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - L'espace et l'homme

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 5 024 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre «  L'espace pour connaître l'Univers »  : […] L'espace a indéniablement permis d'accomplir dans la connaissance de l'Univers un bond de géant qui aurait été impossible avec les seuls instruments terrestres. Les progrès qui ont été accomplis durant le premier demi-siècle de l'ère spatiale sont plus importants que ceux qui avaient été réalisés dans tous les siècles précédents. Près de 200 sondes ont été lancées vers la plupart des objets du s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-conquete-de-l-l-espace-et-l-homme/#i_9217

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - Des pionniers à la fin de la guerre froide

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 14 608 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « Vénus et Mercure »  : […] Entre 1961 et 1990, 34 sondes américaines et soviétiques seront envoyées vers Vénus. En 1962, Mariner-2 est la première sonde à approcher l'Étoile du berger, révélant une température en surface de 470  0 C et une pression atmosphérique égale à 90 fois la pression terrestre au niveau du sol. Vénus se révèle donc inhospitalière. À partir de 1961, Vénus subira l'assaut des so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-conquete-de-l-des-pionniers-a-la-fin-de-la-guerre-froide/#i_9217

ESPACE (CONQUÊTE DE L') - Succès et désillusions

  • Écrit par 
  • Jacques VILLAIN
  •  • 9 876 mots
  •  • 32 médias

Dans le chapitre « L'espace au service de la connaissance de l'Univers »  : […] Les activités spatiales ont permis de faire dans la connaissance de l'Univers un bond de géant que n'auraient pas permis les seuls télescopes terrestres : cette connaissance a en effet accompli plus de progrès au cours des cinquante premières années de l'ère spatiale qu'au cours des siècles précédents. Près de 200 sondes sont parties en direction de toutes les planètes du système solaire. Certain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-conquete-de-l-succes-et-desillusions/#i_9217

EXOBIOLOGIE

  • Écrit par 
  • François RAULIN
  •  • 6 918 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « De Mercure à la Terre »  : […] Mercure, planète la plus proche du Soleil, n'a pratiquement pas d'atmosphère. Il est probable qu'aucune chimie organique complexe ne se déroule à sa surface. Son intérêt exobiologique est donc très limité. Il en est de même de Vénus, planète très chaude possédant, au contraire de Mercure, une atmosphère très dense avec une pression au sol très élevée. Les conditions qui règnent actuellement sur V […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exobiologie/#i_9217

EXPLORATION DU SYSTÈME SOLAIRE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 511 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Vénus »  : […] L’atmosphère très dense de la planète Vénus en masque totalement la surface. L’exploration de la planète débuta donc au moyen de radars terrestres. Les sondes soviétiques Venera furent les premières, en se posant à sa surface, à nous révéler le sol de Vénus. Survolée et visitée lors de nombreuses missions (Mariner, Venera, Pioneer Venus, Vega-1 et Vega-2, Magellan, Galileo, Cassini-Huygens…), Vén […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exploration-du-systeme-solaire/#i_9217

IONOSPHÈRE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude CERISIER
  •  • 6 798 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les ionosphères planétaires »  : […] Toutes les planètes du système solaire, certains de leurs satellites, ainsi que des comètes, possèdent une ionosphère. Bien entendu, ces ionosphères diffèrent largement en fonction des caractéristiques propres à chaque objet : composition de l'atmosphère, intensité du champ de gravité, vitesse de rotation, existence ou non d'un champ magnétique intrinsèque, distance au Soleil. Notre connaissance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ionosphere/#i_9217

PLANÈTES

  • Écrit par 
  • Thérèse ENCRENAZ
  •  • 3 739 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L’exploration des planètes »  : […] À la suite des découvertes de Galilée, l’observation des planètes avec les télescopes a permis d’étudier la morphologie de leur atmosphère ou de leur surface et certains phénomènes comme celui de la Grande Tache rouge, vaste tourbillon présent dans l’atmosphère de Jupiter depuis plus de trois siècles. Plus tard, au début du xx e  siècle, avec l’ap […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/planetes/#i_9217

RADIOASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • James LEQUEUX
  •  • 9 771 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Rotation et caractéristiques physiques des planètes »  : […] La radarastronomie est l'unique technique qui ait permis de déterminer la période de rotation de Vénus, qui est extrêmement lente (243 jours). En effet, seule la couche nuageuse entourant la planète est visible en optique (et il n'y avait aucune raison d'admettre qu'elle tourne avec la même vitesse que la surface ; cf.  vénus ). Même dans le cas de Mercure, les mesures r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radioastronomie/#i_9217

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe MASSON, Francis ROCARD, Éric CHASSEFIÈRE, Véronique ANSAN, « VÉNUS, planète », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/venus-planete/