EXOBIOLOGIE

Quelle est l'origine de la vie sur Terre ? Les processus qui ont permis son apparition ont-ils pu se produire ailleurs ? Sinon, sommes-nous seuls dans l'Univers ? Avec le développement de l'exploration spatiale, ces questions sont devenues le thème central d'un nouveau domaine de recherche, l'exobiologie. En effet, dès les premières missions Apollo ayant atteint la surface lunaire, en 1969, les scientifiques ont été directement confrontés au problème de l'éventualité d'une vie extraterrestre. C'est à cette époque que l'étude des possibilités de vie ailleurs que sur la Terre est entrée officiellement dans le domaine scientifique. C'est à cette même époque que le généticien américain Joshua Lederberg, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1958, a forgé le mot exobiology pour désigner la recherche et l'étude de la vie en dehors de notre planète. Ce terme englobe désormais tout ce qui concerne l'étude de la vie dans l'Univers. Plus précisément, il s'agit de l'étude des origines, de la distribution et de l'évolution de la vie et des structures et processus qui y sont associés dans l'Univers. Soulignons que de nouveaux vocables sont apparus : tout d'abord, bioastronomie – qui désigne presque le même domaine, avec cependant une vision plus astrophysique –, puis astrobiologie – qui englobe le futur de la vie, mais est aussi un quasi-synonyme.

Les approches suivies dans ce vaste domaine, largement pluridisciplinaire, sont nombreuses. L'une des plus importantes, et qui a sans doute été la plus fructueuse jusqu'à présent, est très indirecte, mais essentielle pour pouvoir appliquer l'exemple biologique terrestre à d'autres environnements : il s'agit d'étudier la vie sur Terre et, plus particulièrement, ses origines et ses propriétés dans des conditions extrêmes. Une autre approche, beaucoup plus directe mais très spéculative, prend précisément comme hypothèse que tout ce qui s'est passé sur Terre s'est produit ailleurs et que nous pouvons envisager qu'il y a dans notre Galaxie d'autres civilisations intelligentes ayant développé des technologies au moins égales à la nôtre. Recherchons donc leurs signaux, en particulier ceux qui utilisent les ondes électromagnétiques, pour les détecter ; il s'agit de l'approche S.E.T.I. (Search for Extraterrestrial Intelligence). Enfin, une troisième approche, tout aussi directe mais moins spéculative, et, surtout, beaucoup plus systématique, consiste à rechercher ailleurs des traces de vie primitive ou de processus d'intérêt biologique, en étudiant des objets extraterrestres, soit par analyses in situ, soit par mesures à distance.

Caractéristiques des planètes

Caractéristiques des planètes

Caractéristiques des planètes

Caractéristiques des planètes et de certains satellites du système solaire (d'après F. Raulin et…

Mais de quelle vie s'agit-il ? Et tout d'abord, comment définir la vie ? Le seul exemple que nous connaissions pour l'instant – la vie terrestre – nous permet de la caractériser par un ensemble de propriétés dont la présence simultanée est spécifique du vivant : autoreproduction, évolution et mutation, complexité (avec un très haut niveau d'information contenue) et homéostasie (autorégulation face aux contraintes du milieu extérieur). De plus, c'est une vie fondée sur la chimie du carbone et utilisant l'eau liquide qui semble la plus probable. Les propriétés chimiques et physico-chimiques des molécules carbonées et celles de l'eau liquide, ainsi que leur abondance dans l'Univers sont les principaux arguments invoqués pour cette hypothèse réductrice.

L'exobiologie dans le système solaire

Météorites et micrométéorites

Jusqu'à la mission Apollo-11, en 1969, les seuls échantillons de matière extraterrestre dont nous disposions étaient les météorites. Parmi celles-ci, les chondrites carbonées contiennent des quantités notables de[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • François RAULIN : professeur des Universités, président de la Société française d'exobiologie

Classification

Pour citer cet article

François RAULIN, « EXOBIOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Média

Caractéristiques des planètes

Caractéristiques des planètes

Caractéristiques des planètes

Caractéristiques des planètes et de certains satellites du système solaire (d'après F. Raulin et…

Conquête de Mars

Conquête de Mars

Conquête de Mars

La planète rouge a toujours attisé la curiosité de l'homme. Mais ce n'est qu'à partir des années…

Site de Viking-1 sur Chryse Planitia

Site de Viking-1 sur Chryse Planitia

Site de Viking-1 sur Chryse Planitia

Prise le 3 août 1976, deux heures après le lever du Soleil, par une caméra de Viking-1, cette image…

Autres références

  • HEIDMANN JEAN (1923-2000)

    • Écrit par Universalis
    • 165 mots

    Astronome français. Ingénieur de l'École centrale, il est engagé en 1946 par Louis Leprince-Ringuet dans son laboratoire de physique de l'École polytechnique, pour un programme de recherche sur le rayonnement cosmique ; il y obtient un doctorat en physique des particules. Conscient des possibilités...

  • MARS SCIENCE LABORATORY (MSL)

    • Écrit par Francis ROCARD
    • 1 614 mots
    • 2 médias
    ...5 000 mètres au-dessus du fond du cratère. Des couches sédimentaires riches en argiles et en sulfates ont été identifiées à la base de cette montagne. Curiosity va y rechercher en priorité la présence de molécules organiques. Aujourd'hui les sites argileux de Mars, qui correspondent aux surfaces les plus...
  • MARS, planète

    • Écrit par Éric CHASSEFIÈRE, Olivier de GOURSAC, Philippe MASSON, Francis ROCARD
    • 16 245 mots
    • 63 médias
    ...jadis connu une période chaude et humide où l'eau liquide était stable du point de vue thermodynamique, mais cette assertion n'a pas encore été prouvée. Rappelons également que trois expériences de recherche directe d'une vie actuelle à la surface de Mars n'ont pas détecté la moindre trace d'activité biologique....
  • PERSEVERANCE, mission

    • Écrit par Pierre DROSSART
    • 2 147 mots
    • 4 médias
    ...choisi parce qu’il comporte un delta fluvial vers un lac asséché, où des dépôts sédimentaires ont pu s’accumuler voici quatre milliards d’années environ. Au début de l’histoire de la planète, l’atmosphère alors plus épaisse autorisait la présence d’eau, de lacs, voire d’océans, et d’un système fluvial....
  • PLANÉTOLOGIE

    • Écrit par Thérèse ENCRENAZ
    • 1 339 mots
    ...planétologie repose largement sur la collaboration de chercheurs issus d’horizons différents : astronomie, physique du globe, chimie, mécanique céleste. Cet aspect interdisciplinaire s’est encore renforcé avec l’émergence de l’exobiologie en tant que discipline propre. Celle-ci s’est imposée à...
  • Afficher les 8 références

Voir aussi