Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

VÉGÉTAL

Bien qu’étant a priori simple et couramment utilisée, la notion de végétal est difficile à définir et n’a pas de pertinence en classification. Traditionnellement, on considérait comme des végétaux de nombreux organismes fixés tels les plantes et les champignons, les algues et certains organismes unicellulaires.

Ce regroupement très artificiel s’explique par opposition aux animaux : tout ce qui n’était pas considéré comme animal était rangé par défaut dans le règne végétal. Aujourd’hui encore, on trouve dans certains ouvrages de biologie végétale des chapitres entiers traitant des champignons ou des cyanobactéries, organismes qui ne sont plus envisagés comme des végétaux.

Quels sont les organismes considérés aujourd’hui comme des végétaux ?

Euglènes - crédits : Gerd Guenther/ Science photo Library/ AKG-Images

Euglènes

Historiquement, les végétaux ont été définis comme des organismes immobiles incapables de se mouvoir activement, par opposition aux animaux. Cette opposition fondée sur la mobilité des organismes est largement présente à l’esprit du grand public et se retrouve dans le langage courant : un état « végétatif » qualifie une absence de mouvements, au contraire de l’état « animé » de la plupart des animaux. Cette notion d’immobilité des végétaux est fausse. En effet, les plantes sont nombreuses à réaliser certains mouvements : par exemple les feuilles se positionnent souvent différemment entre le jour et la nuit, tandis que chez d’autres espèces les tiges effectuent des mouvements en hélice au cours de leur croissance. Par ailleurs, il existe de nombreux végétaux microscopiques aquatiques qui nagent activement, souvent à l’aide de flagelles. Les mouvements des végétaux sont une preuve que ceux-ci, même fixés, sont sensibles aux conditions de leur environnement et répondent à certaines stimulations de façon adaptée.

<em>Ginkgo biloba</em> - crédits : Marie Potage

Ginkgo biloba

C’est la photosynthèse qui caractérise la grande majorité des végétaux. Grâce à la lumière qu’ils absorbent par des pigments tels que la chlorophylle, ils synthétisent des glucides, molécules organiques. Ils convertissent ainsi l’énergie lumineuse en énergie chimique, à partir d’éléments minéraux (notamment l’eau et le dioxyde de carbone) prélevés dans le milieu extérieur. Ce métabolisme, qui a lieu à l’intérieur de leurs chloroplastes, rend les végétaux autotrophes vis-à-vis du carbone puisqu’ils produisent les molécules organiques dont ils ont besoin.

Au contraire, les champignons sont contraints, comme les animaux, de prélever leurs molécules organiques dans le milieu extérieur : on dit que ce sont des organismes hétérotrophes. C’est pourquoi les champignons ne sont nullement des végétaux.

D’un point de vue cellulaire, les végétaux sont des organismes eucaryotes. Qu’ils soient unicellulaires ou pluricellulaires, ils sont constitués de cellules typiquement eucaryotes, c’est-à-dire qui possèdent un noyau contenant l’information génétique ainsi que divers éléments différenciés (organites) tels que les mitochondries et un cytosquelette. Les cyanobactéries, pourtant capables elles aussi de photosynthèse, ne sont plus considérées comme des végétaux puisque ce sont des cellules procaryotes, de taille bien plus petite, dépourvues de noyau et d’organites typiquement eucaryotes.

On peut donc définir les végétaux comme des organismes eucaryotes autotrophes capables de photosynthèse. Ils regroupent ainsi les plantes et l’ensemble des algues, qu’elles soient unicellulaires ou pluricellulaires. Les plantes, toutes issues d’un ancêtre commun qui leur est propre (ancêtre commun dit exclusif), sont des végétaux qui possèdent (à l’exception de quelques rares groupes) des organes différenciés telles les tiges, les feuilles et les racines. Elles ont colonisé quasiment tous les milieux terrestres d’où leur nom de plantes terrestres. Les algues, d’histoires évolutives très différentes suivant les lignées, sont un groupe sans[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeure agrégée de sciences de la vie et de la Terre, professeure agrégée de biologie à l'université de Cergy-Pontoise
  • : professeur agrégé de sciences de la vie et de la Terre, université de Paris-XIII

Classification

Pour citer cet article

Marie POTAGE et Arnaud VAN HOLT. VÉGÉTAL [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 24/04/2017

Médias

Euglènes - crédits : Gerd Guenther/ Science photo Library/ AKG-Images

Euglènes

<em>Ginkgo biloba</em> - crédits : Marie Potage

Ginkgo biloba

Forêt de séquoias - crédits : Vincent Chassany

Forêt de séquoias

Autres références

  • ALCALOÏDES

    • Écrit par
    • 5 686 mots
    • 5 médias
    C'est au début du xixe siècle que les chimistes se sont aperçus que les plantes renferment des substances à réaction alcaline (jusque-là, seuls des produits acides ou neutres avaient été caractérisés), mises en évidence à l'aide de colorants naturels (tournesol, sirop de violette)....
  • ANIMAUX MODES D'ALIMENTATION DES

    • Écrit par et
    • 4 312 mots
    S' alimenter de matière organique d'origine végétale s'accompagne d'adaptations anatomiques, physiologiques et comportementales, comme la capacité de surmonter les défenses physiques et chimiques des plantes. Au sein des phytophages, certains animaux vont présenter une spécialisation plus ou moins...
  • BIODÉPOLLUTION

    • Écrit par et
    • 3 000 mots
    Les plantes peuvent également participer à la biodépollution des sols, méthode appelée phytoremédiation. Les polluants organiques sont en effet plus facilement dégradés dans la rhizosphère (volume de sol au voisinage immédiat des racines) que dans le reste du sol, car les micro-organismes y sont beaucoup...
  • BIODIVERSITÉ URBAINE

    • Écrit par
    • 2 378 mots
    Les études consacrées aux plantes et/ou aux animaux dans la ville sont relativement récentes puisque les plus anciennes datent du début du xxe siècle. Les premiers inventaires ont concerné les végétaux, puis ce sont les oiseaux qui ont fait l'objet d'observations et d'analyses. Ce n'est qu'à partir...
  • Afficher les 57 références