Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

YOGA

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par
Yoga - crédits : 
fotofojanini/ istock/ Getty Images

Yoga

La tradition indienne, tant hindoue que bouddhique, désigne sous le nom de yoga (« action d'atteler, de maîtriser, de dompter ») une technique de salut originale qui se propose de libérer l'âme de sa condition charnelle par l'exercice de disciplines psychiques et corporelles. Le point de départ en est la croyance en l'existence, à l'intime de chaque individu, d'un principe éternel (ātman, « âme ») identique à l'Esprit universel (puruṣa, ou brahman) ; cette essence est en quelque sorte exilée dans le monde de l'existence où elle est condamnée à se réincarner indéfiniment, passant de corps en corps à la manière d'un oiseau migrateur (haṁsa, « oie sauvage »). Embarquée malgré elle dans le char de la vie, elle aspire à descendre du véhicule mais ne le peut, car, étant par définition impassible, inactive, contemplative, toute initiative lui échappe.

Cependant, la lumière qui émane d'elle (l'ātman est comme un feu qui brûle dans le cœur de chaque être) parvient, dans certains cas, à illuminer la pensée (manas), qui joue le rôle du cocher dans la symbolique du char. Ayant pris conscience de la condition malheureuse de son âme, l'individu ainsi éclairé s'efforce de maîtriser les chevaux de l'attelage jusqu'à parvenir à l'arrêt complet du véhicule – circonstance unique (car normalement la course n'a pas de fin, même si le char est différent à chaque vie nouvelle) dont l'ātman profitera pour quitter à jamais sa condition de passager involontaire. C'est là tout le programme du yoga ; et l'on voit immédiatement quelle place privilégiée il accorde à l'esprit humain (manas) : les exercices corporels n'ont de valeur, dans cette perspective, que dans la mesure où ils contribuent à donner à la pensée la plénitude de sa puissance.

Exposé systématiquement par Patañjali dans les Yoga Sūtras (ive s. av. J.-C. ?) qu'interprètent, depuis plus de vingt siècles, des dizaines de commentateurs, célébré dans la Bhagavad Gītā (de la même époque) et dans de nombreuses upaniṣad, le yoga reste réservé à ceux qui reçoivent l'initiation d'un maître qualifié (guru) après une période de noviciat. Parmi les conditions requises figure une longue liste de valeurs à respecter, telles que la chasteté, l'équanimité, la véracité. Lorsque ces vertus sont devenues habituelles, le disciple commence l'étude du yoga proprement dit : on lui enseigne à retenir son souffle (exercice de prāṇāyama, « maîtrise du souffle ») et à fixer son attention (dhāraṇā). Il a choisi au préalable la posture (āsana) qui lui convient parmi tout un jeu de possibilités et il a, simultanément, appris à se couper du monde extérieur par l'exercice du pratyāhāra (« retrait des sens »). Vient ensuite la pratique de la méditation (dhyāna) qui, bien menée, doit conduire au samādhi, moment où s'opère la mutation essentielle qui libère l'âme de sa condition existentielle.

Ces différentes étapes ne se comprennent que par référence à la doctrine du corps « subtil » qui, chez chacun d'entre nous, double le corps « grossier » seul accessible aux sens. Ainsi, la tenue du souffle, ou prāṇāyama, sert-elle à permettre au prāṇa (« souffle inspiré ») d'atteindre un centre (cakra, « roue ») situé à la base du corps subtil. Là gît une Puissance qui, chez l'homme ordinaire, n'est que virtuelle (on la compare à un serpent femelle endormi). Réalisée par le yoga (« éveillée » par le souffle), cette Puissance (on l'appelle Kundalinī, l'« Enroulée ») s'activera et, guidée par la pensée durant les exercices de méditation, montera progressivement, de chakra en chakra, jusqu'au sommet du corps subtil où elle s'unira à l'âme (ātman[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification

Pour citer cet article

Jean VARENNE. YOGA [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Yoga - crédits : 
fotofojanini/ istock/ Getty Images

Yoga

Chakras du corps subtil - crédits : Encyclopædia Universalis France

Chakras du corps subtil

Autres références

  • ALCHIMIE

    • Écrit par et
    • 13 642 mots
    • 2 médias
    ...pratiques indiennes auraient une origine arabe, mais un traité de Nâgârjuna, traduit en chinois par Kumârajîva trois siècles avant l'essor de l'alchimie arabe, fait état de la transmutation en or par deux procédés distincts, soit par la puissance des drogues, soit par la force développée par le yoga.
  • ĀRAṆYAKA

    • Écrit par
    • 452 mots

    Mot sanskrit qui veut dire « forestier » et qui, au pluriel, désigne une classe de textes védiques, en prose ou en vers, destinés à l'enseignement de rites secrets et à l'herméneutique de cette liturgie marginale. Souvent d'ailleurs, le rituel est supposé connu, et les spéculations théologiques y...

  • ASANGA (entre IVe et VIe s.)

    • Écrit par
    • 273 mots

    Parmi les maîtres les plus célèbres du bouddhisme de tendance mahāyāna, les deux frères Asanga et Vasubandhu, originaires du nord-ouest de l'Inde (région de Pashāwar), occupent une place importante. Asanga, l'aîné, est tenu pour le fondateur de l'école vijnānavāda, selon laquelle la réalité absolue...

  • ASCÈSE & ASCÉTISME

    • Écrit par
    • 4 668 mots
    • 1 média
    ...philosophiques de leur secte et, plus encore, la méditation constante des enseignements ésotériques des textes sacrés : Upanishads, Bhagavad-Gitā, etc. Le yoga classique – celui des yoga-sūtra de Patañjali – se rattache à ce courant, dans la mesure où les « réfrènements et disciplines » (...
  • Afficher les 20 références