Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DETTE, anthropologie

« Cependant Tosillos dit à Sancho : “Sans doute, l'ami Sancho, ton maître doit être fou. − Comment, doit ? répliqua Sancho : il ne doit rien à personne, car il paie, et mieux encore quand c'est en monnaie de folie”. » La traduction française (par C. Oudin et F. Rosset, revue par J. Cassou, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, Paris, 1949, p. 1007) de ce passage du Don Quichotte de Cervantes (II) rend très naturellement et sans difficulté le jeu de mots de l'espagnol : « Sin duda, este tu amo, Sancho amigo, debe de ser un loco. − ¿ Como debe ? respondió Sancho. No debe nada a nadie » (Don Quijote de la Mancha, J. G. Soriano et J. G. Morales éd., Aguilar, Madrid, 1980, p. 1543). La transposition est tout aussi aisée en italien, et, chose plus remarquable, en russe (trad. N. Ljubimov, Moscou, 1955, p. 529) : « ... on dolžen byt' », « il doit être », « ... nikomu on ničego ne dolžen », « il ne doit rien à personne ». Voici comment le traducteur anglais a résolu le problème : « Doubtless he ought to be reckoned a Madman. − Why ought, replied Sancho, he owes nothing to any Body » (trad. de Peter Motteux, révisée par Ozell) : l'auxiliaire d'obligation et de possibilité ought est, en effet, bien que l'orthographe le masque, le prétérit de to owe, « être en dette ». Et l'allemand : « bei deinen Herrn solls nicht richtig sein... Wieso soll ?... er hat nirgends ein Soll... » (trad. anonyme de 1837, révisée par K. Thorer, Wiesbaden, 1955) : au verbe sollen, « devoir » (expression, ici, de la modalité du probable), fait écho, pour signifier « être en dette », non pas une autre construction ou une autre forme de ce même verbe, mais la locution ein Soll haben, « avoir un débit, un passif » ; dans le vocabulaire de la comptabilité, en effet, Soll est le « doit », par opposition à l'« avoir ».

Dans les langues européennes modernes que nous venons d'évoquer, apparaît donc l'étroite parenté entre les formes du verbe « devoir », qu'il s'agisse de l'obligation proprement dite ou de l'obligation comme probabilité, et celles qui signifient « être en dette ». Cette parenté se manifeste tantôt dans le fait que « devoir » employé absolument est l'équivalent de « être redevable, être en dette », avec, le cas échéant, un complément substantif qui indique en quoi consiste la dette (« je dois cent francs ») ; tantôt, dans le nom même de la « dette », qui, de façon plus ou moins perceptible pour le locuteur non étymologiste, dérive du verbe « devoir » : la dette, c'est le « dû », ce qui est porté au « débit », le terme français « dette » continue le latin debitum qui lui-même, participe passé de debere, « devoir », s'emploie au sens de « dette ».

Dans la dette se combinent le devoir et la faute, connexion que met en évidence l'histoire des langues germaniques : l'allemand Schuld signifie à la fois « dette » et « faute », et schuldig, à la fois « coupable » et « débiteur ». Or Schuld dérive d'une forme gotique skuld qui elle-même se rattache à un verbe, skulan, « avoir l'obligation », « être en dette » (il traduit, dans l'Évangile, le verbe grec opheilō, qui a les deux acceptions) et aussi « être en faute ». D'autre part, du même radical germanique *skal, mais avec un autre traitement de l'initiale, dérivent le verbe allemand sollen, « devoir (faire) », et l'anglais shall qui, spécialisé aujourd'hui dans l'expression du futur, signifiait, à un stade plus ancien de la langue, « devoir » au sens plein (F. Kluge, Etymologisches Wörterbuch der deutschen Sprache, 17e éd., Walter de Gruyter, Berlin, 1957, p. 683).

Des groupements de ce type, plus ou moins denses,[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Yama, divinité hindoue de la Mort - crédits : Werner Forman Archive/ Bridgeman Images

Yama, divinité hindoue de la Mort

Autres références

  • DERRIDA JACQUES (1930-2004)

    • Écrit par Catherine MALABOU
    • 3 352 mots
    • 1 média
    ...« qui n'est pas don d'une chose [...], qui donne mais sans rien donner » se trouve analysé en ses implications éthiques et politiques. Le thème de la dette, depuis sa signification générale d'obligation envers l'autre jusqu'à son sens économique d'endettement d'un pays, par exemple, fait l'objet d'analyses...
  • DON

    • Écrit par François POUILLON
    • 3 524 mots
    • 1 média

    Donner est une opération des plus familières qui ne semble pas appeler de définition sociologique particulièrement précise : un bien change d'attributaire par la décision de son propriétaire qui manifeste à un tiers une disposition bienveillante puisqu'il n'exige rien en retour. Définition satisfaisante...

  • OCÉANIE - Ethnographie

    • Écrit par Daniel de COPPET, Jean-Paul LATOUCHE
    • 9 573 mots
    • 1 média
    ...avec le plus grand nombre de partenaires possible ; ces échanges ont la particularité de ne jamais être équilibrés, car, dans ce cas, ils pourraient être interrompus ;il faut toujours que la dette soit pendante, mais sans être trop forte pour décourager un partenaire trop manifestement surclassé.
  • POTLATCH

    • Écrit par Claude MEILLASSOUX
    • 2 938 mots
    • 1 média
    ...puis retournés avec le même intérêt et ainsi de suite. Le potlatch, écrit Boas, « a deux choses en vue, [...] sages et dignes de louange : [...] payer sesdettes, [...] placer les fruits de son travail de façon à en tirer le plus grand profit pour soi aussi bien que pour ses enfants » (Boas, 1898).

Voir aussi