VAN EYCK HUBERT (? 1390-1426) ET JAN (1390 env.-1441)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les « primitifs flamands » fascinent toujours, et plus qu'eux tous les deux frères Van Eyck, leurs aînés. On admire l'étonnante minutie d'artistes amoureux de la création, l'éclat et la variété des colorations, la qualité d'une matière picturale qui s'est presque toujours, comme en défiant le temps, admirablement conservée. Mais il faudrait aussi noter la stupéfiante audace de peintres qui abandonnent les élégances et les complications du « style gothique international » pour rechercher l'esprit monumental de formes puissantes, fermement établies dans des espaces rigoureusement construits : la nouveauté du « réalisme » des Van Eyck est à chercher dans cette mise en place de volumes dans une construction spatiale plus que dans une accumulation de détails pittoresques patiemment observés, et c'est bien ce nouvel esprit que l'on peut comparer à celui qui guide, en ce même temps, les grands Florentins.

C'est sur une partie seulement de leur production que l'on jugera de l'art des Van Eyck : de nombreux tableaux, mentionnés dans des textes anciens, ont disparu définitivement. Mais le polyptyque de la cathédrale de Gand, célébré depuis son inauguration comme leur chef-d'œuvre, a été conservé presque intact, et une vingtaine de tableaux, en général de petite taille, parfois bien documentés, dispersés en différents pays d'Europe et aux États-Unis, permettent de comprendre la nouveauté de leur art.

Une biographie imprécise

Bien des incertitudes subsistent sur la carrière et l'œuvre des frères Van Eyck, Hubert et Jan. Le premier surtout reste un artiste énigmatique : on est allé jusqu'à douter de son existence. Des renseignements biographiques plus précis se rapportent à Jan : la date de naissance exacte de celui-ci reste pourtant inconnue. Les historiens s'accordent à la situer dans le Limbourg (Pays-Bas méridionaux), peut-être dans la région de Maastricht, où le nom de Van Eyck est fréquemment cité dans les archives antérieures au xve siècle. On ne sait rien de la date ni du lieu de naissance de Hubert van Eyck, frère de Jan et très probablement son aîné. Les premiers docume [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : adjoint au directeur général de l'Institut national d'histoire de l'art

Classification


Autres références

«  VAN EYCK HUBERT (? 1390-1426) ET JAN (1390 env.-1441)  » est également traité dans :

RETABLE DE L'AGNEAU MYSTIQUE (H. et J. Van Eyck)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 199 mots

Commandé par un riche échevin de Gand à Hubert Van Eyck, le polyptyque de L'Agneau mystique fut en réalité exécuté en grande partie par son frère Jan, après la mort d'Hubert en 1426. Placé dans une chapelle du chœur de l'église Saint-Jean-Baptiste (devenue cathédrale Saint-Bavon au xvie siècle), le Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/retable-de-l-agneau-mystique/#i_13053

APOCALYPSE DE JEAN

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 6 530 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La peinture flamande »  : […] L'auteur des tapisseries d'Angers est originaire de Bruges. Quelques années plus tard, on assiste dans cette ville à la somptueuse éclosion de la peinture flamande, qui rivalise avec l'art de la première Renaissance italienne. Les deux frères Hubert et Jean van Eyck, peintres de la cour de Philippe le Bon, s'inspirent de l'Apocalypse pour composer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apocalypse-de-jean/#i_13053

AUTOPORTRAIT, peinture

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 584 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le regard du peintre : l'autoportrait « situé » »  : […] Dans ses Vite ( Vies des peintres illustres ...), Vasari attire notre attention sur un autre procédé, inauguré par Giotto dans les fresques de l'Annunziata de Gaète (1333), où l'on pouvait voir « sa propre figure au pied d'un grand crucifix splendide ». Ce type d'autoportrait dit in assistenza ou situé, c'est-à-dire intégré à une scène religieuse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autoportrait-peinture/#i_13053

CAMPIN ROBERT ou MAÎTRE DE FLÉMALLE (1380 env.-1444)

  • Écrit par 
  • Françoise HEILBRUN
  •  • 1 617 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le style de Campin »  : […] Les interférences entre sculpture et peinture, fréquentes depuis André Beauneveu, expliquent l'attention portée par les peintres de la nouvelle génération au modelé des figures par le traitement de la lumière, particulièrement sensible dans les portraits, tels ceux du couple peint par Campin (National Gallery, Londres). Avec la Nativité (Dijon), q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/campin-maitre-de-flemalle/#i_13053

CHRISTUS PETRUS (entre 1405 et 1410-1472/73)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 1 037 mots

La vie de Petrus Christus est mal connue. Il est vraisemblablement né à Baerle (en Brabant-Septentrional ou en Flandre-Occidentale). Le fait qu'il reste absolument étranger au style gothique international laisse supposer qu'il n'a pas commencé son apprentissage avant 1425-1435. De ses débuts hollandais, il a gardé le souvenir de miniaturistes, tel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrus-christus/#i_13053

COLANTONIO (1re moitié XVe s.)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 344 mots

L'analyse des affinités et des échanges artistiques que l'on peut déceler vers 1450 entre l'Espagne, la Provence, les Flandres et l'Italie méridionale fait apparaître une tentative commune d'assimiler la manière flamande, et spécialement celle de Van Eyck. À Naples, où celui-ci est considéré, ainsi que Van der Weyden, comme l'un des hommes les plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colantonio/#i_13053

DVOŘÁK MAX (1874-1921)

  • Écrit par 
  • Roland RECHT
  •  • 993 mots

Né à Roudnice, en Tchécoslovaquie, Dvořák fait ses études à l'université de Vienne où il est l'élève de Riegl et de Wickhoff et où il est nommé à son tour titulaire de la chaire d'histoire de l'art. De l'enseignement de ses maîtres, il retient que l'histoire de l'art doit porter sur l'inventaire, l'analyse et la critique de toutes les œuvres. Nommé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/max-dvorak/#i_13053

ENCADREMENT DES ŒUVRES, histoire de l'art occidental

  • Écrit par 
  • Adrien GOETZ
  •  • 2 364 mots

Dans le chapitre « Origines et significations premières de l'encadrement des œuvres d'art »  : […] En 1435, Leon Battista Alberti définit, dans le traité Della Pittura , la peinture comme une fenêtre dont il est nécessaire de tracer d'abord le cadre. La bordure fonctionne dès l'origine, dans cette première théorisation du genre pictural, comme un signal qui indique au spectateur qu'il se trouve non pas face au réel, mais devant une œuvre née de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encadrement-des-oeuvres-histoire-de-l-art-occidental/#i_13053

FOUQUET JEAN (1420 env.-av. 1481)

  • Écrit par 
  • Claude SCHAEFER
  •  • 3 267 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le retour au réalisme »  : […] Le rayonnement du style international, art stylisé, idéaliste, suscita une réaction dès le début du xv e  siècle. Les commanditaires, la cour et les hauts dignitaires ecclésiastiques furent de plus en plus sensibles à une nouvelle esthétique de la figure humaine, où la réalité, ou plutôt la reconstruction de la réalité, jouait un rôle prépondérant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-fouquet/#i_13053

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 842 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La peinture »  : […] L'histoire de la peinture apparaît plus contrastée, avec une réaction qui se veut dramatique contre l'emploi de formules répétées et souvent épuisées. Courajod a donné le nom de «  gothique international » à ce courant, qui se rattache au style courtois de la première moitié du xiv e  siècle et qui fut mis à l'écart entre 1360 et 1380. Il réappara […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-gothique/#i_13053

MARINE, genre pictural

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 890 mots
  •  • 1 média

La peinture de marine, en tant que genre indépendant, se définit lentement dans la peinture occidentale, plus tard que le paysage et bien après le portrait ou la nature morte. Elle se développe pourtant à la faveur de la même évolution — naissance du tableau de chevalet, intérêt progressif pour les thèmes profanes — à laquelle s'ajoutent des facte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marine-genre-pictural/#i_13053

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 707 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Moyen Âge et Renaissance : réalité et symboles »  : […] Disparue pendant près d'un millénaire – l'art byzantin ne lui accorde pratiquement aucune place –, la nature morte réapparaît en Italie, au début du Trecento. Le sens spatial d'un Giotto et le goût siennois du détail réaliste réhabilitent en effet les objets à l'intérieur des compositions à figures, pour donner à celles-ci davantage de vérité et d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-morte/#i_13053

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 164 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La peinture sur panneau »  : […] Ce qui frappe d'abord dans cette nouvelle période, c'est la prédominance de la peinture sur panneau ; les miniaturistes ont dû céder le pas aux peintres. Cela signifie que chaque œuvre dans la nouvelle technique représentait une conquête de l'art. Lorsqu'un artiste comme Jan van Eyck passe de la miniature à la peinture sur panneau , il lui faut ad […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-neerlandaise-et-flamande/#i_13053

PAYSAGE, peinture

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI
  •  • 6 547 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'Europe »  : […] L'Europe et le Proche-Orient ont eu une littérature érémitique et un culte des beautés naturelles comparables à ceux de l'Extrême-Orient. Cela est vrai si l'on en juge par la situation des plus anciens ermitages qui dominent de haut des groupes de montagnes et de vallées, des gorges et des forêts sauvages, des étendues d'eau. Toutefois, pendant to […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paysage-peinture/#i_13053

PEINTURE - Les techniques

  • Écrit par 
  • Marie MATHELIN, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Jean RUDEL, 
  • Pierre RYCKMANS
  •  • 13 202 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les techniques à l'huile »  : […] À partir du xv e siècle, on a préféré l'huile à toutes les recettes antérieures. Cette technique, en effet, répondait mieux aux nouvelles conceptions picturales et elle permettait d'associer d'une manière plus « douce » deux tonalités voisines, surtout dans le cas des effets de clair-obscur. Cette « fusion » entre couleurs participait aussi à cett […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-les-techniques/#i_13053

VAN DER WEYDEN ROGIER (1399 ou 1400-1464)

  • Écrit par 
  • Dominique VANWIJNSBERGHE
  •  • 2 002 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Tournai et l'atelier de Robert Campin »  : […] C'est à Tournai, ville française au xv e  siècle, que Rogier de La Pasture voit le jour en 1399 ou en 1400 (il portera le nom flamandisé de Van der Weyden à partir de son installation à Bruxelles). Si l'on sait peu de chose de ses premières années, on peut légitimement supposer qu'il se forma dans l'atelier tournaisien du peintre Robert Campin, av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rogier-van-der-weyden/#i_13053

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre CUZIN, « VAN EYCK HUBERT (? 1390-1426) ET JAN (1390 env.-1441) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/van-eyck-hubert-et-jan/