MARINE, genre pictural

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La peinture de marine, en tant que genre indépendant, se définit lentement dans la peinture occidentale, plus tard que le paysage et bien après le portrait ou la nature morte. Elle se développe pourtant à la faveur de la même évolution — naissance du tableau de chevalet, intérêt progressif pour les thèmes profanes — à laquelle s'ajoutent des facteurs spécifiques, de caractères historique, social et économique : guerres maritimes (et d'abord les croisades), explorations, essor de la navigation commerciale, qui tournent vers la mer l'attention des amateurs et des artistes.

Chez les peintres italiens du xive siècle, la mer est généralement un simple décor, indiqué en traits schématiques pour situer un épisode de la Bible ou de la vie des saints (la Navicella de Giotto, la Vocation des Apôtres de Duccio, par exemple). Ambrogio Lorenzetti fait exception : telle scène de la Vie de saint Nicolas réserve la plus grande partie du panneau à la mer, sur laquelle les bateaux s'échelonnent jusqu'au lointain ; et la Ville au bord de la mer, qui est sans doute l'un des premiers « paysages » de la peinture européenne, est, en même temps, le premier paysage « marin » qui nous ait été conservé. Mais cette innovation toute personnelle n'aura pas d'écho chez les contemporains ou les émules du grand Siennois.

Comme le paysage, la peinture de genre et la nature morte, la peinture de marine naît chez les Flamands, et grâce aux Van Eyck : dans les Heures de Turin, la représentation des bateaux échoués sur la grève où déferlent les vagues, les remous secouant la barque de saint Julien témoignent d'une sensibilité, d'une attention aux choses de la mer qui seront celles des grands peintres de marine néerlandais. Et Jan van Eyck, avec la Madone du chancelier Rolin (musée du Louvre), crée la formule par laquelle sera franchie la première étape décisive dans l'élaboration du genre : le paysage fluvial, ouvrant la voie à [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MARINE, genre pictural  » est également traité dans :

BOUDIN EUGÈNE (1824-1898)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 455 mots
  •  • 1 média

Fils d'un marin de Honfleur, Eugène Boudin, un des précurseurs de l'impressionnisme, exerce la profession de papetier-encadreur au Havre. En 1849, il se rend à Paris pour y étudier la peinture sous la direction d'Eugène Isabey, qui construisait ses tableaux selon un système chromatique vif et clair. Ce n'est que dix ans plus tard que Boudin expose au Salon de 1859, avec un tableau anecdotique ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-boudin/#i_29977

CONSTABLE JOHN (1776-1837)

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ
  •  • 2 211 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un répertoire restreint de thèmes »  : […] Au moment où Constable parvient à l'âge adulte, le goût du paysage – réel ou représenté – est très vif dans le public : peintres amateurs et professionnels sillonnent le pays en quête de scènes « sublimes » ou simplement « pittoresques ». Constable sacrifie d'abord à cette mode, et se rend en 1801 dans le Derbyshire, puis en 1806 dans la région des lacs, comme tous les grands aquarellistes anglai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-constable/#i_29977

HOMER WINSLOW (1836-1910)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 436 mots
  •  • 3 médias

Peintre et graveur américain. Winslow Homer débute comme lithographe à Boston, puis se rend en 1859 à New York où il étudie la peinture. Il exécute à cette époque un grand nombre de gravures sur bois pour des journaux illustrés. Les motifs, les compositions sont ceux de l'illustration populaire du temps en Europe et en Amérique ; le dessin est sommaire, encore gauchi par la technique du bois gravé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/winslow-homer/#i_29977

JOHN CONSTABLE ET LA CAMPAGNE ANGLAISE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 572 mots

1776 Naissance de Constable à East Bergholt, dans le Suffolk, où son père est propriétaire, en particulier de moulins. Il grandit dans la vallée de la Stour, une petite rivière, où il habitera pendant longtemps à l'âge adulte, et d'où il tirera le sujet de certains de ses tableaux les plus célèbres (comme les nombreuses vues de la campagne de Dedham ou de Flatford). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-constable-et-la-campagne-anglaise-reperes-chronologiques/#i_29977

JONGKIND JOHAN BARTHOLD (1819-1891)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 386 mots
  •  • 2 médias

Huitième enfant d'une famille paysanne, Jongkind entre à l'académie de La Haye à dix-sept ans. Il apprend alors la technique du dessin, mais surtout de l'aquarelle d'après nature. Lors d'un premier séjour en France, il se lie en 1846 avec Isabey qui lui fait découvrir les couleurs et les effets de lumière des plages normandes. En 1862, il rencontre, grâce à Moret, élève d'Isabey, Boudin qui jouera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johan-barthold-jongkind/#i_29977

LACOMBE GEORGES (1868-1916)

  • Écrit par 
  • Antoine TERRASSE
  •  • 310 mots

Trois rencontres auront marqué la vie de Georges Lacombe : celles de Sérusier en 1892, de Gauguin un an plus tard, de Théo van Risselberghe en 1904. Lacombe adopta très vite les idées de Paul Sérusier et s'intégra aux nabis. Ses tableaux s'inspirent de la technique des teintes plates cernées de lignes décoratives, dans l'esprit des paysages de Pont-Aven ; il y montre toutefois, surtout dans le des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-lacombe/#i_29977

MORLEY MALCOLM (1931-2018)

  • Écrit par 
  • Jacinto LAGEIRA
  •  • 704 mots
  •  • 1 média

C’est durant les années 1960 que se fixent les grandes lignes de l’œuvre de Malcolm Morley (né le 7 juin 1931, à Highgate, Angleterre, mort le 2 juin 2018 à Long Island, État de New York), tant dans le choix des sujets – batailles navales, marines, vues d’océan, plages, croisières, vacances – que dans le traitement pictural : le recours au procédé de la grille pour « mettre au carreau » l’image à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/malcolm-morley/#i_29977

PUGET PIERRE (1620-1694)

  • Écrit par 
  • Claude MIGNOT
  •  • 2 776 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la sculpture à la peinture, une carrière provinciale »  : […] Né le 16 octobre 1620, à Marseille, orphelin deux ans plus tard de son père maître maçon, Pierre Puget fut élevé par ses deux frères Jean et Gaspard, tailleurs de pierre et maîtres maçons (le second finit par s'imposer comme architecte de la ville de Marseille). Après un apprentissage de quatre ans, à Marseille, auprès du sculpteur Jean Roman (nov. 1634-nov. 1638), Puget partit, comme tant d'artis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-puget/#i_29977

ROSA SALVATOR (1615-1673)

  • Écrit par 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 342 mots
  •  • 1 média

Peintre napolitain, qui fut aussi graveur, musicien et poète. Salvator Rosa fit l'essentiel de sa carrière à Rome. Personnalité originale, instable et tourmentée, il connut un grand succès en peignant « des petites figures et des toiles pas très grandes, merveilleusement brossées » représentant « des fripons, des galériens, des matelots » (Passeri), mais c'est surtout comme paysagiste qu'il conqui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salvator-rosa/#i_29977

RUISDAEL JACOB VAN (1628 env.-1682)

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 2 852 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les chefs-d'œuvre »  : […] Jacob Isaacksz. van Ruisdael était le fils d'un frère de Salomon. Il naquit à Haarlem et devint en 1648 membre de la Guilde des peintres de cette ville. En 1657, il déménagea à Amsterdam où il demeura jusqu'à sa mort en 1682 ; il fut enterré à Haarlem. On suppose que, pendant les dernières années de sa vie, ce peintre a été moins actif et que c'est lui le Van Ruisdael qui a soutenu en 1676 une thè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacob-van-ruisdael/#i_29977

RUYSDAEL SALOMON VAN (1600 env.-1670)

  • Écrit par 
  • Françoise HEILBRUN
  •  • 691 mots

Oncle de Jacob van Ruisdael et père de Jacob Salomonsz van Ruisdael, né à Naarden, membre de la gilde de Haarlem en 1626, mort dans la même ville en 1670, Salomon van Ruysdael est, avec son contemporain le Leydois Jan van Goyen dont l'œuvre présente un développement parallèle, un des premiers grands peintres de paysages et de marines hollandais. Comme Van Goyen lors de son passage à Haarlem, Ruysd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salomon-van-ruysdael/#i_29977

VAN DE VELDE LES

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 1 186 mots

Dynastie de peintres hollandais. Né à Amsterdam, Esaias van de Velde (env. 1590-1630) était probablement le fils du peintre Anthony van de Velde et le cousin de Jan van de Velde le graveur. Dès 1610, on le trouve à Haarlem où il entre dans la gilde en 1612. En 1618, il est inscrit comme membre à la gilde de La Haye où il a été honoré des commandes des stadhouders Maurice et Frédéric-Henri. Selon H […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-van-de-velde/#i_29977

VAN GOYEN JAN (1596-1656)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 998 mots

Né à Leyde et mort à La Haye, Jan van Goyen donne, avec Salomon van Ruysdael et Pieter Molijn, une orientation nouvelle et décisive à l'art du paysage néerlandais, et qui atteindra son apogée vers le milieu du xvii e  siècle, en abandonnant le goût maniériste du pittoresque et du décoratif, des couleurs vives, des forts contrastes d'éclairage et d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-van-goyen/#i_29977

VERNET JOSEPH (1714-1789)

  • Écrit par 
  • Viviane MARKHAM
  •  • 198 mots

Fils du peintre et décorateur Antoine Vernet, Joseph Vernet s'imposa rapidement comme peintre de marines. En 1734, il accomplit son premier voyage en Italie où il admire l'art ample et lumineux de Claude Lorrain et les œuvres dramatiques et pittoresques de Salvator Rosa. Après différents séjours à Rome et à Naples, il quitte définitivement l'Italie en 1753. Ses scènes de naufrages, de couchers de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-vernet/#i_29977

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « MARINE, genre pictural », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marine-genre-pictural/