Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PEINTURE Les techniques

Il existe une technique de la peinture, dans la mesure où l'on utilise certains types de matériaux associés dans un rapport exact d'interdépendance. L'expression « technique de la peinture » peut néanmoins prêter à confusion, car elle désigne à la fois la pratique des matériaux utilisés et le faire de l'artiste – expression matérielle propre à sa création. Par exemple, la technique de Rembrandt ne se limite pas au simple maniement de couleurs broyées à l'huile et posées sur un support correspondant.

De même, bien que dans un ordre différent, un Sesshū Tōyō (peintre japonais de la fin du xve siècle) a pu traiter différemment sa propre technique à l'encre, en lui apportant un jeu infini de nuances comme on peut le voir dans la « peinture » de l'écriture elle-même. Et la première recommandation des règles de peinture de Xie He, peintre chinois actif de 500 à 535, qui insiste sur la nécessité pour le peintre d'accorder son propre rythme vital et spirituel avec celui de la vie, permet de comprendre combien l'expression finale – graphique et peinte – est, au moins pour les plus grands, beaucoup plus que le résultat d'une savante pratique. Ainsi, comme l'avait remarqué Henri Focillon, la main animée par l'esprit demeure la conductrice éminente, trahissant ou traduisant les pulsions propres de l'artiste en une sorte de dialectique psychique, souvent constatée par les auteurs japonais, chinois ou indiens aussi bien que par Léonard de Vinci. Il est frappant de voir qu'à côté de ce que l'on pourrait appeler un « rituel de la peinture » il existe toujours un ensemble de conseils se rapportant à la direction mentale et spirituelle. Dans certaines sectes bouddhiques, l'acte de peindre a pu être considéré comme devant être dominé par une vision intérieure et n'être dans son expression finale qu'une sorte de signe intermédiaire entre la nature et son organisation spirituelle. Ce que certains des peintres abstraits du xxe siècle ont voulu reprendre à leur compte jusque dans l'automatisme pictural auquel ils faisaient appel. Il y a la règle du jeu et la façon de jouer ! Et, bien souvent, l'histoire de la peinture montre que cette règle elle-même a pu se modifier sous l'influence de la diversité des jeux.

On ne saurait toutefois totalement s'abstraire des contingences imposées par les moyens, l'usage même de ceux-ci étant souvent régi par un choix délibéré au niveau de l'expression : préférer la transparence de l'aquarelle à la matité de la gouache ou l'inverse n'est pas indifférent. Les moyens techniques portent en eux, en effet, une partie de la finalité de l'œuvre : ainsi Gauguin a-t-il subi, un moment, par obligation, la loi des textures de ses toiles de jute, et les Vénitiens ont-ils tiré des grosses toiles à chevrons des effets nés d'une nouvelle contrainte. De même, en Extrême-Orient, le papier de riz n'a pas mené aux mêmes effets que le support de soie.

Le matériau, choisi ou subi, joue donc un rôle essentiel et, en fait, toute l'histoire de l'œuvre peinte se déroule à partir de cinq matériaux : un support, des pigments de couleur enrobés dans un liquide – le liant ou le médium – le plus souvent étendu grâce à un autre liquide plus fluide – le diluant ou véhicule – sur un enduit, intermédiaire entre le support et la couche picturale. Depuis la plus lointaine antiquité jusqu'à nos jours, ces éléments sont restés les bases permanentes de toute opération picturale, la variation de l'un d'entre eux – le liant et le diluant surtout – pouvant entraîner une importante variation dans la technique.

Mais cette interdépendance des moyens est elle-même soumise à une hiérarchie interne. C'est en effet le rapport du véhicule et du liant avec le support[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : attachée au musée Guimet
  • : ancien maître de recherche au CNRS, professeure honoraire à l'École du Louvre, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet
  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres et sciences humaines, professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, peintre et écrivain
  • : reader, Department of Chinese, Australian National University

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

<it>Femme Assise au genou replié</it>, E. Schiele - crédits :  Bridgeman Images

Femme Assise au genou replié, E. Schiele

<it>Danseuses bleues</it>, E. Degas - crédits :  Bridgeman Images

Danseuses bleues, E. Degas

<it>Le Baptême du Christ</it>, Piero della Francesca - crédits :  Bridgeman Images

Le Baptême du Christ, Piero della Francesca

Autres références

  • ALLEMAND ART

    • Écrit par Pierre VAISSE
    • 1 322 mots

    Parler d'art allemand, comme d'art italien ou d'art français, n'a rien qui surprenne aujourd'hui, tant ces catégories semblent évidentes. Apparues avec l'essor de l'histoire de l'art au xixe siècle, elles sont pourtant relatives et problématiques, car cet essor,...

  • ANNEXES - DE L'ŒUVRE D'ART (J.-C. Lebensztejn) - Fiche de lecture

    • Écrit par Gilles A. TIBERGHIEN
    • 972 mots

    Les éditionsLa Part de l'Œil, ont eu l'heureuse idée de publier, en 1999, dans la collection « Théorie », un recueil de textes de Jean-Claude Lebensztejn. Ces Annexes caractérisent bien la manière de Lebensztejn, car même ses grands livres – L'Art de la tache (éditions...

  • ART (Le discours sur l'art) - Sémiologie de l'art

    • Écrit par Louis MARIN
    • 3 569 mots
    On prendra comme exemple privilégiél'objet pictural : le tableau est un texte figuratif et un système de lecture. Il se voit globalement, comme une totalité qui implique non seulement un point de vue qu'éventuellement un code perspectif peut déterminer, mais aussi le retranchement de l'espace du...
  • ART & THÉOLOGIE

    • Écrit par Georges DIDI-HUBERMAN
    • 6 741 mots
    • 1 média
    ...époque nouvelle où tente de se fixer une iconographie – iconographie d'où la création artistique tendra progressivement à s'échapper. Lorsqu'on regarde attentivement une séquence biblique de Giotto, un Arbre de la croix de Taddeo Gaddi, un Christ mort de Lorenzetti, une Trinité...
  • Afficher les 27 références

Voir aussi