COLANTONIO (1re moitié XVe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'analyse des affinités et des échanges artistiques que l'on peut déceler vers 1450 entre l'Espagne, la Provence, les Flandres et l'Italie méridionale fait apparaître une tentative commune d'assimiler la manière flamande, et spécialement celle de Van Eyck. À Naples, où celui-ci est considéré, ainsi que Van der Weyden, comme l'un des hommes les plus célèbres du temps (s'il faut en croire l'humaniste B. Fazio) et où ses œuvres sont recherchées par les amateurs, son exemple stimule nombre de peintres locaux, tels l'auteur de La Croix de Piazza Armerina, ou Marco Constanzo et surtout Colantonio, la personnalité la plus puissante du groupe. Les auteurs napolitains du xviie siècle attribuent même à Colantonio la gloire d'avoir réinventé la peinture à l'huile, « contrairement à ce que disent les peintres lombards et autres qui ne savaient utiliser ni le lapis ni le pinceau et furent des barbouilleurs plus que des peintres » (C. Tutini). Le Saint Jérôme guérissant le lion ou le Saint François donnant la règle aux Frères mineurs et aux Clarisses (pinacothèque de Capodimonte), plus encore l'important retable de Saint Vincent Ferrier (église Saint-Pierre-Martyr, Naples) montrent qu'il a retenu de l'art de Van Eyck non seulement les modelés lisses sur lesquels glisse la fine luminosité des Nordiques, mais aussi le sens de la densité des formes, de la texture des surfaces. Les onze petits panneaux relatant l'histoire du saint qui entourent la figure principale trahissent un maître attentif à rendre les modulations de l'ombre entre les piliers d'une église (Apparition du Christ à saint Vincent) comme les cassures rugueuses des rochers ou le miroitement de la mer (Sauvetage d'un navire en perdition). C'est à son illustre élève Antonello de Messine qu'il appartiendra d'assurer le rayonnement de cet art jusqu'à Venise, où il va susciter une évolution décisive.

—  Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  COLANTONIO (1 re moitié XV e s.)  » est également traité dans :

ANTONELLO DE MESSINE (1430 env.-1479)

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 795 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Géopolitique et contacts culturels »  : […] Antonello de Messine fut un sujet de la couronne d'Aragon. Après le bref règne du roi René I er d'Anjou (1435-1442), Naples et la Sicile voient se développer le mécénat d'Alphonse V d'Aragon (1442-1458) et de son fils Ferrante I er . La lettre de renseignements sur l'histoire de la peinture méridionale adressée par l'humaniste napolitain Pietro Summonte, en 1524, à un amateur d'art vénitien, Marc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antonello-de-messine/#i_1597

CAMPANIE

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 2 806 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les « Renaissances » »  : […] Il semble que cette histoire si fragmentée ait empêché la Campanie d'être créatrice. Jusqu'au xvii e  siècle, ce sont des artistes étrangers ou venus d'autres régions de l'Italie qui vont déterminer sa physionomie. Aux xiii e et xiv e  siècles, les Français règnent en maîtres sur l'architecture (dôme d'Aversa, abside de San Lorenzo à Naples, plan provençal de Santa Chiara). Les Anjou invitent les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/campanie/#i_1597

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « COLANTONIO (1re moitié XVe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/colantonio/