VALÉRY PAUL (1871-1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Et la lassitude et la gloire

Les alentours de 1920 marquent ainsi chez Valéry une inflexion existentielle dont témoigne également un nouveau statut d'homme de lettres. La publication des grandes œuvres poétiques, qu'accompagne la réédition par Gaston Gallimard, en 1919, de l'Introduction et de La Soirée, dessine à un large public les contours d'une œuvre jusqu'alors presque confidentielle et qui soudain, par effet d'édition, prend sa dimension vraie. Au moment où la mort d'Édouard Lebey, en 1922, le détache de toute astreinte professionnelle, Valéry devient rapidement cet homme de lettres célébré et sans cesse sollicité, dont la réputation trouve un éclat supplémentaire dans l'élection, en 1925, à l'Académie française. Sous l'effet très souvent de la commande – déterminante en toute sa vie –, il se trouve en effet amené à élargir diversement son œuvre par la rédaction d'articles, préfaces ou conférences qui lui sont autant d'occasions de livrer publiquement des réflexions antérieurement mûries, et qui vont informer aussi peu à peu les volumes de Tel quel (1941 et 1943) ou de Mauvaises Pensées et autres (1942). Les nombreuses contributions esthétiques, littéraires, philosophiques ou politiques qui vont successivement se regrouper dans Regards sur le monde actuel (1931), Variété (1924-1944), Pièces sur l'art (1938), Vues (1948) offrent, de leur côté, des pages assez lisses pour que ne s'y laissent guère deviner le caustique ou l'amer tranchant, bien souvent, de comparables pages des Cahiers ou des notes préparatoires, mais assez vives pourtant, et parfois assez négatrices pour qu'ait pu trouver toute son efficace la fonction d'ébranlement, narquoise ou persifleuse, qu'exerça Valéry dans l'univers intellectuel de son époque, fondé sur des valeurs pour lui essentiellement verbales auxquelles il se refuse à accorder cette confiance dont les Cahiers théorisent, sous le nom de Fiducia, les excessives exigences. Car la même défiance à l'égard du langage qui l'a conduit à dénier à la littérature toute fonction de représentation, et à reconnaître à la poésie la puissance créatrice d'un réel sensible où les mots sont les choses – cette même défiance fonde sa remise en cause de ces valeurs qu'il nomme mythiques parce que le seul langage pour lui les constitue. En même temps qu'elle conforte son admiration pour la science, susceptible d'un système rigoureux d'expression, cette conception entraîne, chez Valéry, une sévère critique des philosophes : par l'usage, en effet, qu'ils s'autorisent de mots abstraits dont il reste impossible de proposer une commune définition qui n'ouvre pas à l'imaginaire, ils établissent des raisonnements coupés du monde, s'attachent à des problèmes qu'abolirait l'emploi d'un langage adéquat, et par une écriture dont les ressources sont celles de la littérature, composent d'inavouées œuvres d'art dont la lecture, selon la distinction de Valéry, est plus un excitant qu'un aliment. À la différence, en effet, du savoir toujours vérifiable de la science, dont il se fait une conception clairement opérationaliste – elle est « l'ensemble des recettes et procédés qui réussissent toujours » –, la philosophie se dérobe aux vérifications qui fonderaient son utilité. D'où la sévérité de cette Variation sur une pensée (1923) qui reproche à Pascal de substituer au travail même de la raison celui d'une perfection d'écriture qui vise d'abord à séduire, et entretient le pernicieux de toute métaphysique dans une phrase : « le silence éternel de ces espaces infinis m'effraie », où Valéry voit un poème. D'où, à l'inverse, l'admiration constamment éprouvée pour Descartes, l'inventeur de cette géométrie analytique où s'unissent admirablement le sensible et l'intelligible – homme de courage, aussi, qui le premier sut garantir la pratique philosophique par l'engagement d'un Je. Les nombreuses notes que Valéry lui consacre dans les Cahiers, les cinq études de Variété ou l'ébauche de Traité de 1937, Cartesius redivivus, montrent quel intérêt constamment renouvelé fut porté à celui qui, de manière si valéryenne, choisit de tout reprendre à l'origine, et formuler ses vérités plutôt que de les recevoir des autres afin d'entreprendre un travail fondateur. Mais si Descartes a lié science et philosophie, c'est en fidélité pourtant à sa démarche que Valéry perçoit l'exigence de les séparer désormais. Ce qui sollicite en effet de manière très aiguë sa p [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, docteur d'État, maître de conférences de littérature française à l'université de Toulouse-II

Classification

Autres références

«  VALÉRY PAUL (1871-1945)  » est également traité dans :

MONSIEUR TESTE, Paul Valéry - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 954 mots
  •  • 1 média

Composite, fragmentaire, énigmatique, Monsieur Teste a tout du livre culte : il ne donne pas seulement à lire une œuvre, ni même à méditer une pensée, mais bien à suivre une éthique, celle qui porte à négliger l'œuvre au profit de la vie, ou plus exactement à « faire de sa vie une œuvre d'art ». De là l'importance du livre pour les surréa […] Lire la suite

PAUL VALÉRY (M. Jarrety)

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 099 mots

Avec ses mille deux cents pages de texte serré et ses quelque deux cents pages de notes et d'index, le Paul Valéry de Michel Jarrety (Fayard, Paris, 2008) n'est pas une simple biographie. C'est un monument. On avait rarement connu pareille entreprise visant à tenter de tout dire de la vie d'un homme, semaine après semaine et souvent jo […] Lire la suite

ARCHITECTURE & MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 7 421 mots

Dans le chapitre « Position du problème : la correspondance des arts »  : […] Dans un monde imbu de mythes, les relations de l'architecture et de la musique s'exprimaient sous une forme allégorique ; la philosophie, dans bien des cas, s'est voulue une réflexion sur ces allégories. On connaît l'histoire d'Amphion : le fils d'Antiope et de Jupiter bâtit les murs de Thèbes en jouant de la lyre ; au gré des sons, les pierres venaient prendre chacune sa place. À quoi fait écho l […] Lire la suite

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 918 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une synthèse essentielle : Baudelaire »  : […] En écrivant l' Art romantique , en affirmant que la poésie doit être à la fois liée à la vie moderne et au beau idéal, Baudelaire définit un programme qu'il accomplit exactement, alors que ses contemporains versent tantôt dans le culte parnassien de la plastique tantôt dans le mépris du style. Mais surtout il écrit les Correspondances et réalise ainsi l'intuition de Jouffroy selon laquelle la po […] Lire la suite

AUTOFICTION

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME
  •  • 2 434 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aux sources d'un genre »  : […] On peut replacer l'émergence de l'autofiction telle que la montre Fils dans l'évolution de la figure de l'auteur au cours du xx e  siècle écoulé. Au début du siècle, Paul Valéry avait donné la règle d'or de la lecture littéraire : « Ne jamais confondre le véritable homme qui a fait l'ouvrage avec l'homme que l'ouvrage fait supposer. » Il aurait pu ajouter : « Ne jamais confondre la personne ré […] Lire la suite

CHARMES, Paul Valéry - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude-Henry du BORD
  •  • 843 mots
  •  • 1 média

Après le succès remporté par La Jeune Parque (1917), Paul Valéry , plébiscité en 1921 comme le plus grand poète contemporain, publie Charmes le 25 juin 1922 ; le titre du recueil est un hommage aux poèmes de l'Antiquité romaine, les carmina . Après remaniement de l'ordre des 21 poèmes, une nouvelle édition paraît en 1926. […] Lire la suite

COMMERCE, revue littéraire

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 562 mots

La revue Commerce , « Cahiers trimestriels publiés par les soins de Paul Valéry, Léon-Paul Fargue, Valery Larbaud », donna vingt-neuf livraisons, de 1924 à 1932. Cette revue littéraire naît à l'ombre de la princesse de Bassiano et de ses proches. Outre les trois « phares » susnommés, Commerce comptera quelques autres collaborateurs influents : Saint-John Perse, Giuseppe Ungaretti, Bernard Groethu […] Lire la suite

CONSCIENCE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 718 mots

Dans le chapitre « Conscience et individualité  »  : […] Cette vie intérieure a une seconde caractéristique. Elle est strictement personnelle et échappe à tout autre que moi. Nul ne peut pénétrer dans cette forteresse qu’est mon « Moi », nul ne peut prétendre avoir accès à ce dont je suis le seul à faire l’expérience. Paul Valéry (1871-1945) a exprimé simplement ce lien entre conscience et individualité : « Le cogito me fait l’effet d’un appel sonné p […] Lire la suite

DESCRIPTION

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ADAM
  •  • 3 160 mots

Dans le chapitre « Le système descriptif »  : […] Pour l'esthétique classique que Blair, Albalat et quelques autres représentent, le défaut majeur de la description réside dans le fait qu'elle ne comporte en elle-même ni ordre ni limite et semble soumise, dès lors, aux bonnes grâces de l'auteur. C'est la critique de Viollet-le-Duc (1835) et de Valéry : « Toute description se réduit à l'énumération des parties ou des aspects d'une chose vue, et c […] Lire la suite

DESCRIPTION (esthétique)

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 1 143 mots

L'histoire de l'art ne peut se construire qu'à partir de l'examen attentif de l'apparence, aussi la description est-elle l'un de ses outils d'investigation fondamentaux. Des travaux, comme ceux de Philippe Hamon ( La Description littéraire : anthologie de textes théoriques et critiques , 1991) et de Roland Recht ( Le Texte de l'œuvre d'art : la description , 1998), ou, encore, les actes du colloqu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel JARRETY, « VALÉRY PAUL - (1871-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/valery-paul-1871-1945/