VALÉRY PAUL (1871-1945)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La maturité poétique

Sur les instances d'André Gide et de Gaston Gallimard, Valéry relut vers 1912 ses poèmes de jeunesse et entreprit de leur apporter les retouches que lui semblait exiger l'éventualité d'une publication aux jeunes éditions de la N.R.F. D'avoir ainsi renoué avec l'expérience poétique lui donna le désir d'une autre œuvre, qui n'excéderait pas quarante vers et sur quoi s'achèverait, croyait-il, ce retour à la poésie. Ce travail, il advint cependant que, pendant cinq ans – à l'exception probable de 1914 –, il en fit le plus long, le plus longuement travaillé, surtout, de ses poèmes. Il advint également que ce projet ouvrit à sa maturité l'éclat d'une décennie de fécondité poétique qui s'acheva par la successive publication de La Jeune Parque, de l'Album de vers anciens (1920) et de Charmes (1922). On ne saurait trop se garder de croire, cependant, que ces œuvres n'entretinrent aucun lien, ni que le renouveau poétique de 1912-1913 ne se fonda sur rien d'antérieur. Un des points d'origine de La Jeune Parque peut en effet se retrouver dans un sonnet de 1891, « Hélène », et si tels poèmes de l'Album, « Anne » ou « Profusion du soir », furent ébauchés entre 1897 et 1900, l'« Air de Sémiramis » ou « César », qui y furent intégrés plus tard, sont quant à eux contemporains de La Jeune Parque – comme « Heure », ultérieurement publié dans les Pièces diverses, en était originellement un développement possible. Et « Le Cimetière marin » lui-même prit sa toute première naissance en 1916.

Écrite au plus dur de la guerre, et contre son angoisse, La Jeune Parque fut conçue comme un exercice propre à mettre en œuvre bien des recherches théoriques des Cahiers, et à initier en retour d'autres réflexions – mais également comme le tombeau d'une langue qui se travaillerait selon les plus strictes contraintes classiques. Soucieux de considérer la littérature comme une application des propriétés du langage, Valéry cherche non à transporter, mais à susciter l'émotion poétique chez un lecteur dont la fonction est de donner, et selon ses exigences propres, forme vive à l'œuvre élevée par sa voix au rang d'événement, et revêtue d'un sens tout nécessairement singulier. C'est un univers qui se crée, sans acception de réalité extérieure, dans le développement d'une forme sensible. Par l'infini déploiement de ses pièces qui cherchent l'ordre le plus efficace de leur fonctionnement au travers de la reprise des cent brouillons et des quatorze états du texte, La Jeune Parque assure son organisation formelle sans souci de l'antécédence d'une idée qui voudrait prendre corps. Ici, point de sujet qui impose un parcours, mais la multiplicité de fragments qui s'écrivent et se déploient dans l'attention d'une composition maîtresse de leur rejointement, selon la mobilité d'une structure musicalement efficace, et jusqu'à l'émergence finale d'une unité. Si la lecture se délivre assez vite de l'apparence néo-classique d'une progression théâtrale, c'est que Valéry est assurément parvenu – d'une manière qui maintient entièrement les déplacements du Sujet – à en faire cette œuvre en dernière instance ininscriptible, qui ne se donne que par la présence de celui qui la dit et en fait, selon le vœu plus général de Valéry, un poème en acte. Si la voix poétique est bien ce qui distingue une œuvre vive d'une écriture morte, si cette voix est en même temps un signe d'authentique origine – car « le Moi, c'est la voix » –, on ne saurait surestimer la présence visible du Je où s'assure la source du langage – mais source qui se déplace dans le procès de l'œuvre et préserve par là du trop simple recours à la psychologie d'une personne qui la définirait. Or ce Je, ni La Jeune Parque ni les poèmes de Charmes ne s'en détournent – l'Ode secrète exceptée – et c'est la référence à l'en deçà sensible du discours – à l'abri de tout égotisme naïf – qui ne cesse de prévaloir ainsi. Récitant tout ensemble et destinataire du poème, le lecteur reconduit par sa propre parole l'allocution à soi d'une Parque qui échappe au récit et à la narration par le prestige d'un corps toujours présent au texte : corps coupé de lui-même en l'alternance de sa voix qui se parle et se laisse écouter, et dont l'énonciation de présence et d'absence parvient à dessiner sensiblement la modulation que Valéry, musicalement, recherchait pour ce poème dont une page des Cahiers nous apprend ce que furent les modèles rêvés, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de lettres, docteur d'État, maître de conférences de littérature française à l'université de Toulouse-II

Classification

Autres références

«  VALÉRY PAUL (1871-1945)  » est également traité dans :

MONSIEUR TESTE, Paul Valéry - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 954 mots
  •  • 1 média

Composite, fragmentaire, énigmatique, Monsieur Teste a tout du livre culte : il ne donne pas seulement à lire une œuvre, ni même à méditer une pensée, mais bien à suivre une éthique, celle qui porte à négliger l'œuvre au profit de la vie, ou plus exactement à « faire de sa vie une œuvre d'art ». De là l'importance du livre pour les surréa […] Lire la suite

PAUL VALÉRY (M. Jarrety)

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 099 mots

Avec ses mille deux cents pages de texte serré et ses quelque deux cents pages de notes et d'index, le Paul Valéry de Michel Jarrety (Fayard, Paris, 2008) n'est pas une simple biographie. C'est un monument. On avait rarement connu pareille entreprise visant à tenter de tout dire de la vie d'un homme, semaine après semaine et souvent jo […] Lire la suite

ARCHITECTURE & MUSIQUE

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 7 421 mots

Dans le chapitre « Position du problème : la correspondance des arts »  : […] Dans un monde imbu de mythes, les relations de l'architecture et de la musique s'exprimaient sous une forme allégorique ; la philosophie, dans bien des cas, s'est voulue une réflexion sur ces allégories. On connaît l'histoire d'Amphion : le fils d'Antiope et de Jupiter bâtit les murs de Thèbes en jouant de la lyre ; au gré des sons, les pierres venaient prendre chacune sa place. À quoi fait écho l […] Lire la suite

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 918 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une synthèse essentielle : Baudelaire »  : […] En écrivant l' Art romantique , en affirmant que la poésie doit être à la fois liée à la vie moderne et au beau idéal, Baudelaire définit un programme qu'il accomplit exactement, alors que ses contemporains versent tantôt dans le culte parnassien de la plastique tantôt dans le mépris du style. Mais surtout il écrit les Correspondances et réalise ainsi l'intuition de Jouffroy selon laquelle la po […] Lire la suite

AUTOFICTION

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME
  •  • 2 434 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Aux sources d'un genre »  : […] On peut replacer l'émergence de l'autofiction telle que la montre Fils dans l'évolution de la figure de l'auteur au cours du xx e  siècle écoulé. Au début du siècle, Paul Valéry avait donné la règle d'or de la lecture littéraire : « Ne jamais confondre le véritable homme qui a fait l'ouvrage avec l'homme que l'ouvrage fait supposer. » Il aurait pu ajouter : « Ne jamais confondre la personne ré […] Lire la suite

CHARMES, Paul Valéry - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Claude-Henry du BORD
  •  • 843 mots
  •  • 1 média

Après le succès remporté par La Jeune Parque (1917), Paul Valéry , plébiscité en 1921 comme le plus grand poète contemporain, publie Charmes le 25 juin 1922 ; le titre du recueil est un hommage aux poèmes de l'Antiquité romaine, les carmina . Après remaniement de l'ordre des 21 poèmes, une nouvelle édition paraît en 1926. […] Lire la suite

COMMERCE, revue littéraire

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 562 mots

La revue Commerce , « Cahiers trimestriels publiés par les soins de Paul Valéry, Léon-Paul Fargue, Valery Larbaud », donna vingt-neuf livraisons, de 1924 à 1932. Cette revue littéraire naît à l'ombre de la princesse de Bassiano et de ses proches. Outre les trois « phares » susnommés, Commerce comptera quelques autres collaborateurs influents : Saint-John Perse, Giuseppe Ungaretti, Bernard Groethu […] Lire la suite

CONSCIENCE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 718 mots

Dans le chapitre « Conscience et individualité  »  : […] Cette vie intérieure a une seconde caractéristique. Elle est strictement personnelle et échappe à tout autre que moi. Nul ne peut pénétrer dans cette forteresse qu’est mon « Moi », nul ne peut prétendre avoir accès à ce dont je suis le seul à faire l’expérience. Paul Valéry (1871-1945) a exprimé simplement ce lien entre conscience et individualité : « Le cogito me fait l’effet d’un appel sonné p […] Lire la suite

DESCRIPTION

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ADAM
  •  • 3 160 mots

Dans le chapitre « Le système descriptif »  : […] Pour l'esthétique classique que Blair, Albalat et quelques autres représentent, le défaut majeur de la description réside dans le fait qu'elle ne comporte en elle-même ni ordre ni limite et semble soumise, dès lors, aux bonnes grâces de l'auteur. C'est la critique de Viollet-le-Duc (1835) et de Valéry : « Toute description se réduit à l'énumération des parties ou des aspects d'une chose vue, et c […] Lire la suite

DESCRIPTION (esthétique)

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 1 143 mots

L'histoire de l'art ne peut se construire qu'à partir de l'examen attentif de l'apparence, aussi la description est-elle l'un de ses outils d'investigation fondamentaux. Des travaux, comme ceux de Philippe Hamon ( La Description littéraire : anthologie de textes théoriques et critiques , 1991) et de Roland Recht ( Le Texte de l'œuvre d'art : la description , 1998), ou, encore, les actes du colloqu […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel JARRETY, « VALÉRY PAUL - (1871-1945) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/valery-paul-1871-1945/