UNIVERSAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Laupheim, dans le sud de l'Allemagne – une petite ville dont il sera le bienfaiteur jusqu'à l'avènement du nazisme –, Carl Laemmle (1867-1939) ouvre son premier nickel-odeon à Chicago en 1906, et constitue rapidement un réseau de salles, complété par une agence de location de films. Il crée ensuite une société de production, Independent Motion Picture, dont le premier film, Hiawatha, dure onze minutes. Passé au long-métrage, il embauche à grand frais quelques actrices populaires, et regroupe plusieurs producteurs indépendants au sein d'une structure de distribution commune, qu'il nomme Universal. Après en avoir pris le contrôle, il s'installe près de Los Angeles. Là, sur une centaine d'hectares, il construit en 1915 un grand studio qui a continué d'exister jusqu'à nos jours, avec une superficie encore plus grande. C'est Universal City, devenue bien vite une attraction touristique.

Universal est la première grande compagnie intégrée, la première « major », une de celles qui dominent le marché cinématographique des années 1920. Elle inaugure une série de films d'horreur avec Lon Chaney (Le Bossu de Notre-Dame, Le Fantôme de l'Opéra et bien d'autres), qui travaille pour la firme jusqu'en 1925. Cette veine se prolonge dans les années 1930 avec la fameuse collection de films gothiques sur les thèmes de Frankenstein, de Dracula, de l'homme invisible ou du loup-garou. Universal cultive également le western à petits budgets avec sa vedette Tom Mix, auquel succède Buck Jones au temps du parlant, et plus tard Ronald Reagan. À de rares exceptions (Folies de femmes d'Eric von Stroheim, vite congédié, ou À l'Ouest rien de nouveau, produit sur l'initiative de Carl Laemmle Jr.), les productions sont peu coûteuses et peu ambitieuses : comédies musicales en noir et blanc avec Deanna Durbin, séries comiques avec Abbott et Costello (connus en France comme « les deux nigauds »), serials adaptés de bandes dessinées (Flash Gordon) ou de romans populaires (Sherlock Holmes). Et le réalisateur John Stahl inaugure la longue série de mélodrames caractéristiques du studio. Back Street (1932) sera le plus fameux.

Peu après la mise à l'écart du fondateur, en 1936, la production évolue. La production comique s'étoffe avec W. C. Fields et quelques œuvres singulières comme Helzapoppin' (1941). Le studio accueille également Hitchcock (qui reviendra dans les dernières années de sa carrière) et des réalisateurs de films noirs tels Fritz Lang, Robert Siodmak, Jules Dassin. C'est la période Universal International, né de la fusion avec International Pictures, dont les dirigeants réorganisent le studio, notamment en réduisant la production de films de série B. Cette diversification va s'accentuer après le rachat du studio, en 1952, par Decca, importante firme musicale d'origine britannique. Des genres traditionnels subsistent le mélodrame avec Douglas Sirk, les films à contenu musical et le western dont les acteurs vedettes sont cette fois Audie Murphy (« le soldat le plus décoré de la guerre mondiale ») et surtout James Stewart, généralement dirigé par Anthony Mann. Le studio s'engage dans la production télévisée : « Hitchcock présente », plus tard « Dragnet », puis « Columbo ». Decca Universal est progressivement absorbée, de 1958 à 1962, par M.C.A. (Music Corporation of America), qui a aussi des intérêts dans le tourisme, la presse, les transports. Sous la présidence du patron de M.C.A., Lew Wasserman (1913-2002), « le dernier des moguls », la filmographie abonde en films devenus classiques et en succès commerciaux : de Spartacus, produit par Kirk Douglas et réalisé par Stanley Kubrick, ou La Soif du mal, d'Orson Welles, aux comédies avec Doris Day, des films catastrophes à Out of Africa de Sydney Pollack, en passant par Sweet Charity, L'Arnaque, Le Choix de Sophie, American Graffitti, Jesus-Christ Superstar, Voyage au bout de l'enfer, etc.

Universal est probablement le st [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  UNIVERSAL  » est également traité dans :

CARRADINE JOHN (1906-1988)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 492 mots

Certains réalisateurs souhaitent constituer, à l'instar d'une troupe de répertoire théâtral, une famille d'acteurs qui les accompagnera tout au long de leur carrière cinématographique. Aux États-Unis, John Ford engageait ainsi, aux côtés des vedettes, des acteurs assez typés, tels Ward Bond ou John Carradine, Richmond Reed Carradine de son vrai nom. Né à New York en 1906, cet ancien acteur de thé […] Lire la suite

GARDNER AVA (1922-1990)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 651 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une présence singulière »  : […] Née le 24 décembre 1922, dans une plantation de tabac de Caroline du Nord, à Grabtown, Ava Gardner y grandit en garçon manqué, crapahutant partout pieds nus. Son beau-frère, photographe, affiche à la vitrine de son magasin un portrait qu'il a fait de la jeune fille de dix-huit ans. Un « découvreur de talents » de la M.G.M. le remarque et fait engager Ava, qui va alors suivre le parcours du combatt […] Lire la suite

HOLLYWOOD

  • Écrit par 
  • Joël AUGROS, 
  • Francis BORDAT
  •  • 7 748 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une ère nouvelle de l’image »  : […] Le début du xxi e   siècle est caractérisé par plusieurs tendances lourdes : la baisse du marché vidéo, le renforcement de l’oligopole des majors, la numérisation de l’ensemble des médias et la montée en puissance des marchés étrangers, notamment chinois. À partir de 2007, le marché vidéo entame une phase de décroissance que ne compense pas le développement du marché de la vidéo en ligne. L’oligo […] Lire la suite

Les derniers événements

19 janvier 2012 États-Unis. Fermeture du site Internet « Megaupload »

, du département américain de la Justice et de la maison de disques Universal Music, notamment.  […] Lire la suite

21 janvier 2011 France. Condamnation de Jean-Marie Messier

du groupe de médias et de communication Vivendi Universal, à trois ans de prison avec sursis et 150 000 euros d'amende pour « diffusion d'informations fausses ou trompeuses aux marchés » et « abus de biens sociaux ». Il est reconnu coupable d'avoir trompé les actionnaires de sa société sur la réalité de sa situation financière et de s'être fait octroyer un « parachute doré » sans l'avis du conseil d'administration ni le vote de l'assemblée générale, au moment de sa démission, en juillet 2002. […] Lire la suite

19 mai 2004 France. Projet de vente d'Éditis à Wendel Investissement

Déjà propriétaire d'Hachette, Lagardère avait racheté en octobre 2002 le pôle édition de Vivendi Universal, V.U.P., devenu Éditis. En décembre 2003, face à l'avis réservé de la Commission européenne soucieuse de préserver les droits de la concurrence, il avait décidé de n'en conserver que 40 p. 100.  […] Lire la suite

2 décembre 2003 France. Revirement du groupe Lagardère dans le rachat d'Éditis

Le groupe Lagardère opère un revirement dans le dossier du rachat d'Éditis, l'ex-Vivendi Universal Publishing (V.U.P.), effectué en octobre 2002. La Commission européenne ayant exprimé ses « griefs » concernant les atteintes à la concurrence qu'entraînerait la fusion d'Éditis et de Hachette Livre, les deux principaux groupes d'édition français, Lagardère décide de ne conserver que l'équivalent d'environ 40 p. […] Lire la suite

6 mars 2003 France. Pertes record pour Vivendi Universal

Le groupe de communication Vivendi Universal (V.U.) annonce, pour l'exercice 2002, des pertes sans précédent dans l'histoire des entreprises françaises: 23,3 milliards d'euros, dont 18,4 milliards de dépréciations d'actifs et 2,9 milliards de provisions. Cette rectification comptable porte principalement sur Vivendi Universal Entertainment, sur Canal Plus et sur Universal Music. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Daniel SAUVAGET, « UNIVERSAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/universal/