DOUGLAS KIRK (1916-2020)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Kirk Douglas, c’est avant tout un visage triangulaire au front haut, aux traits anguleux, au menton volontaire percé d’une fossette, animé par des yeux au regard vif et intense. Il est parfois illuminé par un sourire brillant, tour à tour affable, cynique ou méchant, révélant deux pommettes qui adoucissent un temps sa dureté. C’est aussi un corps d’athlète forgé par la pratique de la lutte à l’université et dans les spectacles forains. De ce physique émane un formidable magnétisme. Ce visage incroyablement mobile peut s’ouvrir et s’illuminer, se fermer et se durcir, ou se transformer en un masque de douleur. Ce corps est toujours en mouvement. Kirk Douglas joue « en force », dans un registre tendu consécutif à l’extraordinaire vitalité qui l’habite. De fait, qu’ils soient des ambitieux sans scrupules, des idéalistes engagés dans un combat altruiste, des artistes dévorés par leur quête, ses personnages se caractérisent par leur énergie.

Kirk Douglas, de son vrai nom Issur Danielovitch, est né de parents juifs russes le 9 décembre 1916 à Amsterdam, dans l’État de New York. Comme son père, alcoolique et violent, est chiffonnier, c’est-à-dire le plus pauvre d’entre les pauvres, lui-même n’est aux yeux des autres que « le fils du chiffonnier », titre du premier volume de son autobiographie (The Ragman's Son, 1988). Pour subvenir aux besoins de sa mère et de ses six sœurs, il est contraint à travailler fort jeune, comme livreur de journaux, jardinier, serveur… Il fait néanmoins des études, à l’université de St Lawrence (1935-1939) puis à l’American Academy of Dramatic Art à New York (1939-1941). Il se produit sur scène dès 1939, puis débute à Broadway en 1941. Pendant la guerre, il sert sur un chasseur de sous-marins avec le grade de lieutenant. Blessé, il est libéré en 1944. Il joue alors dans des dramatiques radiophoniques et au théâtre. En 1946, il débute au cinéma dans The Strange Love of Martha Ivers (L’Emprise du crime) de Lewis Milestone. Après six films, dont I Walk Alone (L’Homme aux abois) de Byron Haskin (1947), face à Burt Lancaster, avec lequel il entretiendra une profonde amitié et dont il sera le partenaire six autres fois, il accède au vedettariat avec Champion de Mark Robson (1949) ; son interprétation du boxeur implacable lui vaut la première de ses trois citations pour l’oscar du meilleur acteur, cet oscar qu’il n’obtiendra jamais. (Un oscar d’honneur pour l’ensemble de sa carrière lui sera néanmoins décerné en 1996.)

Champion, M. Robson

Photographie : Champion, M. Robson

Inspiré de la vie du boxeur Midge Kelly, Champion (1949), de Mark Robson, est un des premiers films marquants de la carrière de Kirk Douglas, ici avec Marilyn Maxwell. 

Crédits : United Artists Corporation/ Collection privée

Afficher

La carrière de Kirk Douglas connaît en ces années une période faste. Par la qualité des films dans lesquels il joue, généralement réalisés par des cinéastes majeurs, notamment Michael Curtiz, Raoul Walsh, William Wyler, Howard Hawks, King Vidor, Robert Aldrich, John Huston et Otto Preminger. Mais aussi par celle des personnages qu’il interprète et qui lui inspirent d’admirables performances : le journaliste cynique de Ace in the Hole (Le Gouffre aux chimères) de Billy Wilder (1951), le joueur tuberculeux de Gunfight at the OK Corral (Règlement de comptes à OK Corral) de John Sturges (1957), le guerrier jouisseur de The Vikings (Les Vikings) de Richard Fleischer (1958), le gladiateur révolté de Spartacus de Stanley Kubrick (1960), le cavalier solitaire de Lonely are the Brave (Seuls sont les indomptés) de David Miller (1962) et, surtout, le peintre à la marge de la folie de Lust for Life (La Vie passionnée de Vincent Van Gogh) de Vincente Minnelli (1956). Entre 1955 et 1971, il produit aussi des films dont il est l’interprète et qui, pour la plupart, tiennent un discours humaniste et progressiste, dont Paths of Glory (Les Sentiers de la gloire) de Stanley Kubrick (1957) et Seven Days in May (Sept jours en mai) de John Frankenheimer (1964). À partir du milieu des années 1960, la qualité des films et des rôles baiss [...]

Harry James et Kirk Douglas

Photographie : Harry James et Kirk Douglas

Pour les besoins du film de Michael Curtiz, Young Man with a Horn (1950), l'acteur Kirk Douglas prend des leçons de trompette auprès du musicien de jazz Harry James. 

Crédits : Keystone/ Getty Images

Afficher

Histoire de détective, W. Wyler

Photographie : Histoire de détective, W. Wyler

Dans Histoire de détective (1951), de William Wyler, la colère, le désespoir et la tristesse qui l'anime et qui s'entrechoquent en lui font du policier Jim McLeod un des personnages les plus humains qu'ait interprétés Kirk Douglas (à gauche). Ici, l'acteur avec George Macready (à... 

Crédits : Paramount Pictures Corporation/ Collection privée

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Champion, M. Robson

Champion, M. Robson
Crédits : United Artists Corporation/ Collection privée

photographie

Harry James et Kirk Douglas

Harry James et Kirk Douglas
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Histoire de détective, W. Wyler

Histoire de détective, W. Wyler
Crédits : Paramount Pictures Corporation/ Collection privée

photographie

Spartacus, S. Kubrick

Spartacus, S. Kubrick
Crédits : Silver Screen Collection/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article

Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, professeur d'histoire du cinéma

Classification

Autres références

«  DOUGLAS KIRK (1916-2020)  » est également traité dans :

KUBRICK STANLEY

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 2 909 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Des débuts difficiles »  : […] Né le 26 juillet 1928 à New York, dans le quartier populaire du Bronx, Stanley Kubrick a d'abord été journaliste, notamment pour le magazine Life . Très tôt passionné de photo, il tourne avant 1953 des courts métrages d'amateur, puis « fait la quête » autour de lui et rassemble 50 000 dollars pour produire son premier vrai film, joué par des acteurs amis. Il en est aussi le scénariste, le photogra […] Lire la suite

MINNELLI VINCENTE (1903-1986)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 1 694 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La « tentation du rêve » et la menace de la folie »  : […] Minnelli a déclaré qu'il adoptait la même approche pour un drame que pour une comédie musicale. Ce parti pris permet de mieux comprendre l'ensemble de ses films comme une « peinture de la vie rêvée ». Ses héros transforment leur existence en rêve vécu (ainsi Madame Bovary ) ou ils tentent de le faire, par l'art notamment (ainsi dans Lust for Life , qui retrace la vie de Van Gogh, de meilleure faço […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alain GAREL, « DOUGLAS KIRK - (1916-2020) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kirk-douglas/