FORD JOHN (1894-1973)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

John Ford

John Ford
Crédits : Hulton Getty

photographie

M. Smith au Sénat, de Frank Capra

M. Smith au Sénat, de Frank Capra
Crédits : Columbia Pictures Corporation/ Collection privée

photographie

La Charge héroïque

La Charge héroïque
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Les Raisins de la colère, J. Ford

Les Raisins de la colère, J. Ford
Crédits : Hulton Getty

photographie


John Ford, né Sean Aloysius O'Feeney le 1er février 1894, appartient à ce groupe de réalisateurs, contemporains à la fois de David Wark Griffith et de Jean-Luc Godard, qui terminent leur carrière par des films qui constituent autant de moments rares de l'histoire du cinéma, résultats d'un long processus de distillation et appels en morse vers l'avenir. L'œuvre de Ford, estimée par Eisenstein, Poudovkine, Welles, Kurosawa, Leone, Straub, Oliveira, ne cesse d'apparaître comme capitale. Elle regroupe plus de cent trente films et s'étend de 1917 à 1966. Il est difficile d'en apprécier tous les détours. Il ne reste que dix des cinquante-neuf films des débuts.

John Ford

John Ford

Photographie

Le réalisateur américain John Ford (1894-1973), de son vrai nom Sean Aloysius O'Feeney. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

La formation d'un style

Three Bad Men (Trois Sublimes Canailles, 1926) présente un art de la narration déjà accompli. Ford a derrière lui quarante-trois films, courts ou longs métrages, et une expérience qui s'est constituée à la suite d'une réflexion sur l'exemple de Griffith, d'une collaboration avec son frère Francis Ford, dont il est l'assistant de 1914 à 1916 pour douze films, et d'un travail commun avec l'acteur Harry Carey, qui l'a pris sous sa protection. Ford adopte le pseudonyme de son frère. Griffith lui apprend qu'il faut prêter attention au moindre détail. Les tournages lui montrent qu'il ne suffit pas de mettre un acteur devant la caméra mais qu'il faut pouvoir établir dans les limites du cadre des relations entre des personnages. Harry Carey collabore avec Ford durant vingt-cinq films, dans lesquels il interprète le plus souvent le rôle d'un personnage nommé Cheyenne Harry. Carey propose un jeu (qui se retrouve par la suite chez d'autres acteurs fordiens comme Ben Johnson et John Wayne) et une manière de travailler qui est aussi un art de vivre communautaire : Ford élit domicile pour un temps dans le ranch de Carey, où l'acteur reçoit des amis, comme Ford le fera plus tard sur son voilier The Araner. La notion de groupe, de fam [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FORD JOHN (1894-1973)  » est également traité dans :

L'HOMME QUI TUA LIBERTY VALANCE, film de John Ford

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 958 mots

Si l'on excepte un épisode de La Conquête de l'Ouest (How the West Was Won, 1963), tourné peu après par Ford, c'est le dernier western d'un homme qui en avait réalisé un grand nombre, au cours d'une quarantaine d'années. Le titre, délibérément sans originalité, se calque sur un schème banal, L'Homme qui..., L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-homme-qui-tua-liberty-valance/#i_4667

L'HOMME QUI TUA LIBERTY VALANCE (J. Ford), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 227 mots

John Ford (1894-1973) fut l'un des artisans majeurs de la mythologie du Far West, avec des films comme Le Cheval de fer (1924), La Chevauchée fantastique (1939) ou La Poursuite infernale (1946). Dans L'Homme qui tua Liberty Valance (1962), il reprend la thématique qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-homme-qui-tua-liberty-valance-j-ford-en-bref/#i_4667

CARRADINE JOHN (1906-1988)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 492 mots

Certains réalisateurs souhaitent constituer, à l'instar d'une troupe de répertoire théâtral, une famille d'acteurs qui les accompagnera tout au long de leur carrière cinématographique. Aux États-Unis, John Ford engageait ainsi, aux côtés des vedettes, des acteurs assez typés, tels Ward Bond ou John Carradine, Richmond Reed Carradine de son vrai no […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-carradine/#i_4667

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « L'Amérique humaniste »  : […] Le cinéma américain ne manque pas de personnalités de premier plan. King Vidor signe en 1929 Halleluyah  ; en 1934, Notre Pain quotidien ( Our Daily Bread ) ; en 1939, Le Grand Passage ( Northwest Passage ). C'est à lui que revient l'héritage de Griffith. Il se fait le chantre d'une Amérique en gestation, dont il exorcise les démons et fait valoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_4667

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Mise en scène

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 765 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le cinéma hollywoodien : l'illusion reine »  : […] Bien plus complexe est la stratégie développée par le cinéma hollywoodien pour attirer le public, le séduire et réduire autant que possible sa marge de manœuvre. Elle est essentiellement d'ordre économique. L'organisation du travail, lointainement inspirée du taylorisme, et sa répartition rigoureuse sous l'égide des grands studios ont pour but de c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-realisation-d-un-film-mise-en-scene/#i_4667

ELLIPSE, cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 434 mots

Comme en littérature, l'ellipse est, au cinéma, une figure narrative consistant à supprimer du récit un certain nombre d'éléments, tels que plans, scènes, etc., faisant partie du déroulement logique de la fiction, mais jugés inessentiels à sa compréhension. L'ellipse est classiquement utilisée pour « alléger » le récit, en éliminant ce qui est cons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ellipse-cinema/#i_4667

GABLE CLARK (1901-1960)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 732 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un charme facétieux et viril »  : […] William Clark Gable naît le 1 er  février 1901 à Cadiz (Ohio). Il est âgé d'à peine sept mois lorsque sa mère meurt. Sa tante et son oncle maternels, en Pennsylvanie, l'élèvent, jusqu'à ce qu'il atteigne l'âge de deux ans. Il rejoint ensuite son père, fermier puis chercheur de pétrole, à Cadiz. À seize ans, il quitte le lycée, travaille en usine, e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clark-gable/#i_4667

NEWMAN ALFRED (1900-1970)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 263 mots

Le compositeur américain de musiques de film Alfred Newman, un des plus prolifiques et des plus influents de l'histoire d'Hollywood – il sera directeur musical pour Samuel Goldwyn et United Artists de 1930 à 1938, puis de la Twentieth Century Fox de 1939 à janvier 1960 – naît le 17 mars 1900 à New Haven, dans le Connecticut. Aîné de dix enfants, is […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-newman/#i_4667

PARLANT (CINÉMA) - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 3 247 mots

1899 États-Unis. Th e Astor Tramp , « picture song » de Thomas Edison. Bande filmée destinée à être accompagnée d'une chanson chantée en salle (derrière l'écran) par des artistes invités. 1900 France. Présentation par Clément Maurice du Phono-Cinéma-Théâtre à l’'Exposition universelle. Au programme, une scène d' Ham l et interprétée par Sarah B […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parlant-cinema-reperes-chronologiques/#i_4667

WAYNE JOHN (1907-1979)

  • Écrit par 
  • François JOUFFA
  •  • 585 mots
  •  • 2 médias

La personnalité intime des grands acteurs finit par se calquer sur celle des personnages qui font leur succès auprès du grand public. De même que Bela Lugosi vivait comme le comte Dracula, John Wayne était un vrai cow-boy . Pour l'un de ses metteurs en scène, Howard Hawks, il incarnait tous « les sentiments des pionniers romantiques ». Ce petit-fil […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-wayne/#i_4667

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Louis LEUTRAT, « FORD JOHN - (1894-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ford-john-1894-1973/