CARRADINE JOHN (1906-1988)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Certains réalisateurs souhaitent constituer, à l'instar d'une troupe de répertoire théâtral, une famille d'acteurs qui les accompagnera tout au long de leur carrière cinématographique. Aux États-Unis, John Ford engageait ainsi, aux côtés des vedettes, des acteurs assez typés, tels Ward Bond ou John Carradine, Richmond Reed Carradine de son vrai nom. Né à New York en 1906, cet ancien acteur de théâtre, qui semblait échappé d'une toile de Modigliani, aura illustré toute une période de l'âge d'or d'Hollywood. Interprète d'un nombre considérable de films, il est surtout associé à l'univers de John Ford et au courant fantastique des studios Universal dans les années 1930 et 1940. Ainsi, il aura donné un visage aux héros monstrueux de Mary Shelley et Bram Stoker (La Maison de Dracula, 1945), ou illustré des mythes comme celui du Loup-Garou.

Non sans humour, Carradine utilisait une voix sépulcrale qui conférait plus d'étrangeté encore à sa silhouette efflanquée. C'est toujours vêtu de noir qu'il apparaît, dans L'Homme invisible d'après H. G. Wells (1933), Le Chat noir d'après Edgar Allan Poe (1934), Le Fantôme de la momie (1944) ou Le Chien des Baskerville (1939) d'après Conan Doyle, œuvres bien respectables, somme toute !

Au côté de John Ford, John Carradine allait donner toute sa mesure : tueur impénitent dans La Chevauchée fantastique (1939), prêcheur repenti dans Les Raisins de la colère (1940), on le retrouve aussi dans L'Homme qui tua Liberty Valance (1962), Hurricane (1937), Je n'ai pas tué Lincoln (1936), Les Cheyennes (1964)... Il a toutefois été l'interprète d'autres « grands » d'Hollywood : Fritz Lang (Man Hunt, 1941), Cecil B. De Mille (Le Signe de la croix, 1932 ; Les Dix Commandements, 1956), Henry King. Pur produit des studios hollywoodiens, il tourna au début de sa ca [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

André-Charles COHEN, « CARRADINE JOHN - (1906-1988) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-carradine/