UNIVERS (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Observer et dénombrer les constituants de l’Univers, comprendre son organisation, son fonctionnement et retracer son histoire font partie des aspirations que l’homme a toujours voulu satisfaire. Depuis cinquante ans, ses connaissances ont considérablement progressé, grâce à la maîtrise de nouvelles techniques. Mais bien des questions restent posées car les récentes découvertes apportent aussi leur lot d’énigmes à résoudre.

Théories de l’Univers : de la mythologie à l'astronomie

De tout temps, les hommes ont eu besoin de représenter le monde pour affirmer leur place dans l’Univers. Le recours aux mythes a été le fondement des antiques cosmogonies, puis l’observation des astres a été la source de cosmographies et d’une réflexion sur la structure de l’Univers fondatrice de systèmes physiques : les cosmologies.

Cosmogonies antiques (Mésopotamie, Égypte)

Les mythes antiques de la création du monde procèdent de la division d’une matière primordiale indifférenciée (œuf, chaos, unité Ciel-Terre, limon tiré de l’Océan), du démembrement d’un géant ou d’un monstre aquatique, de la parole ou de l’échauffement d’un dieu. Les récits peuvent combiner ces différents thèmes. Toutes ces cosmogonies conçoivent l’Univers comme une totalité organisée et constamment menacée par le retour du chaos.

En Mésopotamie, en Sumer (IIImillénaire av. J.-C.), Enlil, dieu auto-engendré fondateur du monde par séparation de ces éléments constitutifs, a pour compagnon Enki, dieu de l’eau et de la sagesse, l’ordonnateur et le dispensateur de la vie. De la parole et du geste, Enki éveille les dieux, les arbres et les plantes, les animaux et enfin les hommes. Au pays voisin d’Akkad, le monde naît par différenciation des eaux mêlées et non de l’intervention d’un démiurge. Celui-ci apparaît dans la religion néo-babylonienne au xiie siècle av. J.-C. avec le dieu Mardouk, ordonnateur du monde après un combat fratricide entre les dieux dont il sort vainqueur.

En Égypte, le soleil à son zénith, le dieu Rê, tire le monde de lui-même par la parole. Il fonde le monde à partir de l’Océan primordial, Noun, contenant la matière à l’état informe, et engendre le couple air-humidité (Shou et Tefnout) qui enfante le Ciel, Nout, et la Terre, Geb.

Cosmogonies de l’Antiquité grecque et du Moyen Âge

En Grèce, au visiècle av. J.-C., les penseurs précédant Socrate et les sophistes, appelés physiciens, substituent aux récits mythiques traditionnels un premier discours spéculatif, fondé sur la nature (physis) du principe élémentaire à l’origine du monde : l’eau (Thalès), l’air (Anaximène), le feu (Héraclite) et l’illimité (Anaximandre).

Au ivsiècle av. J.-C., Aristote abandonne la question de l’origine et édifie un système sur lequel s’appuiera la science occidentale durant deux mille ans : le géocentrisme. Il postule l’existence d’un Ciel éternel de forme sphérique, où se meuvent les astres sur des orbites circulaires, avec une Terre immobile placée au centre de l’Univers fini.

Au iie siècle apr. J.-C., Claude Ptolémée perfectionne ce système en remarquant que les planètes décrivent des petits cercles, ou épicycles, dans un mouvement uniforme, tandis que le centre de l’épicycle est entraîné sur une orbite circulaire, le déférent.

En s’appuyant sur ces paramètres, on pouvait rendre compte de façon satisfaisante des particularités du déplacement apparent des planètes. Ce système qui allie géométrie et mathématique est à la base de toutes les tables astronomiques du Moyen Âge jusqu’à la fin du xvie siècle.

Aristote

Photographie : Aristote

De la «Physique» à la «Métaphysique», Aristote (385 env.-322 avant J.-C.) dresse l'inventaire exhaustif d'un monde où la réalité s'ordonne selon les catégories logiques de la pensée. Juste de Gand, Portrait d'Aristote, Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Photos.com/ Jupiterimages

Afficher

La révolution copernicienne

Il faut attendre le milieu du xvie siècle, avec Copernic (1473-1543), pour qu’un nouvel ordre du monde soit proposé : l’héliocentrisme. La sphère des étoiles fixes englobe toujours l’Univers, mais c’est le Soleil qui est placé en son centre. Planète parmi les autres, la Terre tourne autour de l’astre en même temps que sur elle-même.

Contraire à l’évidence sensible, cette nouvelle cosmologie remettait aussi en cause la physique d’Aristote récupérée par les théologiens. Le géocentrisme fixiste aristotélicien était compatible avec la révélation biblique, alors que l’héliocentrisme était hérétique : il détrônait la Terre et l’homme de leur place centrale dans la création divine.

C’est sur ce point que les astronomes durent affronter l’Église. Ayant étayé l’hypothèse héliocentriste par ses propres observations au moyen d’une lunette et l’ayant érigée en vérité physique, Galilée (1564-1642) est condamné par le Saint-Office en 1633.

L’autonomie scientifique face aux vérités de foi l’emporte pourtant : les théories de l’Univers ou représentations du monde se construisent désormais à partir d’hypothèses et par l’expérimentation. Johannes Kepler (1571-1630) découvre les lois régissant le mouvement réel des planètes autour du soleil à partir de leur mouvement apparent.

La révolution copernicienne

Vidéo : La révolution copernicienne

Au début du XVIe siècle, Copernic, le premier, conçoit l'hypothèse héliocentrique pour remplacer le système géocentrique hérité d'Aristote et de Ptolémée. Le Soleil est substitué à la Terre au centre du cosmos, sans que le mouvement parfaitement circulaire des planètes et des... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Aristote

Aristote
Crédits : Photos.com/ Jupiterimages

photographie

La révolution copernicienne

La révolution copernicienne
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Nuage du Cygne

Nuage du Cygne
Crédits : NASA

photographie

Décrypter l'Univers lointain (2), P. Léna

Décrypter l'Univers lointain (2), P. Léna
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 17 médias de l'article


Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

« UNIVERS (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/univers-notions-de-base/