KARA-KOUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Occupant près de 72 p. 100 de la superficie du territoire du Turkménistan, le Kara-Koum (« sables noirs ») est le plus étendu des déserts vrais de l'Asie centrale.

Le nord du Kara-Koum est occupé par le plateau Trans-Oungouz, au sous-sol formé de sédiments gréseux que les vents du Quaternaire ont façonnés en désert pierreux (hamada), accumulant dans les dépressions les argiles craquelées par la sécheresse (takyr). Ce plateau se termine au sud par un escarpement de côte à regard méridional, au pied duquel un chapelet de nappes lacustres salées signale un ancien cours de l'Amou-Daria conduisant alors vers la Caspienne.

Le sable, qui occupe les rares intervalles séparant les hamadas dans le plateau Trans-Oungouz, revêt d'un manteau uniforme toute la région comprise entre l'ancien cours de l'Amou-Daria et le piémont du Kopet-Dag au sud. Presque toujours, ces sables sont façonnés en dunes fossiles, fixées par une végétation ligneuse, entre lesquelles se logent des dépressions occupées par des eaux saumâtres, les chor. Les sables libres ne couvrent de vastes espaces que dans l'extrême sud du Kara-Koum, où, soulevés par des vents violents, ils restent fort mobiles et menacent d'enfouissement toutes les installations humaines qui s'aventurent dans leur domaine.

N'offrant aux hommes que de médiocres pâturages, utilisés par les troupeaux transhumants durant le semestre froid, le Kara-Koum est resté pratiquement vide d'établissements permanents tant que n'ont pas été découvertes puis exploitées les ressources de son sous-sol : gisements de soufre et nappes de pétrole et de gaz naturel. Cependant, dès les temps préhistoriques, les terrasses moyennes et inférieures de l'Amou-Daria, facilement irrigables, formaient un ruban de paysage hospitalier au milieu des déserts et semi-déserts traversés par le fleuve du sud au nord. Le canal du Kara-Koum permet d'irriguer 600 000 hectares consacrés à la culture du coton, de fruits et de légumes. L'élevage ovin s'est développé.

—  Pierre CARRIÈRE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  KARA-KOUM  » est également traité dans :

ACHGABAT, anc. ACHKHABAD

  • Écrit par 
  • Julien THOREZ
  •  • 488 mots
  •  • 1 média

Achgabat (ex-Achkhabad, de l'arabe achk , « amour », et du persan abad , « ville, lieu prospère ») est la capitale du Turkménistan , république d'Asie centrale ayant accédé à l'indépendance en 1991. Localisée sur le piémont septentrional du Kopet Dag et bordée au nord par le désert du Kara-Koum, la ville est située en périphérie du territoire national, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/achgabat-achkhabad/#i_39118

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 833 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les climats arides »  : […] Dans la plus grande partie de l'Asie moyenne, les conditions offertes au développement de la vie végétale sont bien précaires. L'hiver voit prédominer les situations anticycloniques claires qui engendrent des gelées sévères, redoutées jusqu'au cœur du printemps. Cette dernière saison, marquée par la recrudescence des activités cycloniques, recueille la plus grande partie des précipitations annuell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-structure-et-milieu-geographie-physique/#i_39118

TURKMÉNISTAN

  • Écrit par 
  • Isabelle OHAYON, 
  • Arnaud RUFFIER, 
  • Denis SINOR, 
  • Julien THOREZ
  • , Universalis
  •  • 5 204 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Déserts touraniens, oasis turkestanaises et littoral caspien »  : […] Au moment de son indépendance, le Turkménistan a hérité d'un territoire compact quoique effilé, qui fut tracé dans les années 1920 dans le cadre de la politique d'aménagement du territoire menée par l'État soviétique en Asie centrale. Environ 1 200 kilomètres séparent d'ouest en est les rives de la mer Caspienne des sommets du Kugitangtau (mont Airybaba, 3 137 m), tandis que, du nord au sud, les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turkmenistan/#i_39118

Pour citer l’article

Pierre CARRIÈRE, « KARA-KOUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/kara-koum/