TUNNELS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Demi-sections supérieures et soutènement

Demi-sections supérieures et soutènement
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Abattage à l'explosif : tunnel de Chamoise

Abattage à l'explosif : tunnel de Chamoise
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tunnelier pour roches dures

Tunnelier pour roches dures
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tunnelier bouclier pour roches tendres

Tunnelier bouclier pour roches tendres
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Phases de la construction des ouvrages souterrains

C'est la stabilité du terrain pendant la construction qui impose le choix des procédés de construction. Deux situations se présentent :

– Au cours du creusement, les variations de contraintes sont telles que le sol cohérent, ou le massif rocheux, reste stable dans son ensemble. Les dimensions de l'excavation ne sont alors limitées que par des conditions géométriques, telles que la proximité de la surface, l'épaisseur de la couche favorable, la présence de grandes fractures. Des instabilités locales de surface, dues à la fracturation, peuvent néanmoins se produire. Une protection de l'intrados doit donc être assurée vis-à-vis du chantier et, ultérieurement, en fonction de l'utilisation de la cavité. Les coûts les plus faibles sont obtenus lorsque le terrain est insensible à l'eau ou n'évolue pas à long terme. Cela est fréquent dans les calcaires ou les roches cristallines massives, jusqu'à une certaine profondeur.

– Le creusement perturbe les conditions d'équilibre du terrain encaissant, de telle sorte que la surface de l'excavation devient instable, soit localement, soit sur toute sa périphérie, ou encore au front de taille. Cette instabilité est toujours aggravée par la présence d'eau. Elle est de règle dans les sols sans cohésion (sables ou graviers). Elle se produit à partir d'une certaine profondeur en fonction de la résistance mécanique du terrain. Dans la plupart des cas (à l'exception notamment des sols aquifères sans cohésion), il existe un délai pendant lequel la paroi de l'excavation reste stable. Ce temps de stabilité décroît quand les dimensions de la cavité augmentent. On adapte donc les dimensions des sections creusées en fonction de ce temps et de celui qui est nécessaire pour stabiliser l'excavation avec le soutènement provisoire constitué, dans le cas de massifs rocheux, de boulons ou de béton projeté et, dans le cas de sols, de cintres ou même du revêtement définitif (voussoirs ou béton coulé par plots). Si le temps de stabilité est trop court ou nul, on procède [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages




Écrit par :

  • : Ingénieur général des Ponts et Chaussées. Directeur du Centre d'Etudes des Tunnels (C.E.T.U.).
  • : ingénieur général des Ponts et Chaussées; directeur du Centre d'études des tunnels (Cétu), du ministère de l'Équipement, Bron

Classification


Autres références

«  TUNNELS  » est également traité dans :

AFFAISSEMENTS DU SOL

  • Écrit par 
  • Pierre DUFFAUT
  •  • 2 163 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Exemples d'affaissements »  : […] La compaction des sédiments fins est la cause principale des affaissements naturels (les mécaniciens des sols l'appellent consolidation). Le seul poids des terrains situés au-dessus compacte les dépôts fins des deltas et autres accumulations épaisses. C'est ainsi que la ville de Sybaris, colonie grecque sur le golfe de Tarente en Italie, s'est affaissée de 10 mètres en 2 500 ans. Les cavités de d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affaissements-du-sol/#i_45351

AQUEDUCS, Antiquité

  • Écrit par 
  • Philippe LEVEAU
  •  • 4 674 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les tunnels »  : […] La technique de percement d'un tunnel était connue depuis l'âge du bronze. Malgré la célébrité que lui assure son inscription, le tunnel de 428 m que Nonius Datus construisit pour l'aqueduc amenant l'eau de Toudja à Bougie sous le col d'El Abel en Algérie n'est pas exceptionnel : très tôt, grâce aux techniques minières, la technologie des galeries fut maîtrisée et, à la fin du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aqueducs-antiquite/#i_45351

TUNNEL DU MONT-BLANC CATASTROPHE DU

  • Écrit par 
  • Philippe SARDIN
  • , Universalis
  •  • 362 mots
  •  • 1 média

Le 24 mars 1999, à la suite d'une fuite de carburant et de l'échauffement du moteur, la cabine d'un semi-remorque frigorifique s'enflamme alors que le véhicule est au milieu du tunnel du Mont-Blanc (d'une longueur de 11,6 km). Vingt-six véhicules sont détruits dans cet incendie qui fait trente-neuf victimes dont trente-sept par asphyxie . Cette catastrophe est tout à fait unique dans l'histoire d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catastrophe-du-tunnel-du-mont-blanc/#i_45351

EUPALINOS DE MÉGARE (milieu VIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 527 mots

Ingénieur grec né à Mégare, auteur à Samos d'un aqueduc souterrain décrit par Hérodote ( Histoires , III, 60) comme l'un des ouvrages d'art les plus remarquables construits par les Grecs. Redécouvert en 1882, le tunnel qui en constitue la section centrale a été complètement dégagé (1971-1973) et étudié par les archéologues allemands travaillant au sanctuaire d'Héra. Long de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eupalinos-de-megare/#i_45351

GÉNIE CIVIL

  • Écrit par 
  • Bernard TARDIEU
  •  • 5 801 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les tunnels et ouvrages souterrains »  : […] La construction des tunnels a connu un développement considérable au xix e  siècle. L'essor du réseau ferroviaire, qui ne tolère ni les pentes importantes ni les courbes prononcées, a conduit à édifier, en France, plus de 1 600 tunnels dans les zones montagneuses. Plus généralement, toutes les infrastructures de transport (voies ferrées, autoroute […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genie-civil/#i_45351

GÉOLOGIE - Géologie de l'ingénieur

  • Écrit par 
  • Léon CALEMBERT
  •  • 2 525 mots

Dans le chapitre « Sources »  : […] La géologie de l'ingénieur se fonde sur les données des sciences minérales, de la géologie et du génie civil. Après l'inventaire des documents disponibles (publications, archives, cartes géologiques, géotechniques, hydrogéologiques, pédologiques...), elle tend à réunir tous les éléments qui caractérisent la nature, la texture et la structure des sols et des roches, et la nature, les propriétés et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/geologie-geologie-de-l-ingenieur/#i_45351

ITALIE - Géographie

  • Écrit par 
  • Dominique RIVIÈRE
  •  • 9 054 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Des liens privilégiés avec l'Europe »  : […] Ces mutations de la géographie productive participent aussi à la consolidation d'un véritable tropisme septentrional pour l'Italie. En effet, l'Union européenne représente l’essentiel de ses exportations et de ses importations. Certes, la mondialisation nuance ce primat du marché européen : depuis les années 2000, c'est la Chine qui enregistre les plus fortes hausses des exportations italiennes ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie/#i_45351

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 13 244 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Un archipel composite »  : […] Le premier recensement rigoureux du nombre d'îles japonaises n'est effectué qu'après 1945. Il est réalisé par les autorités japonaises à la demande des États-Unis qui veulent connaître exactement la composition du pays qu'ils occupent de 1945 à 1952. Ses critères étant jugés insuffisants, il faut attendre 1987 et une autre enquête officielle pour obtenir le nombre de 6 852 îles, sur la base d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-geographie/#i_45351

SAINT-BERNARD COL DU GRAND-

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 808 mots
  •  • 1 média

Entre le Valais et le val d'Aoste, le Grand-Saint-Bernard est l'un des plus anciens passages de l'arc alpin. Il s'ouvre, à 2 472 mètres, entre les massifs du Mont-Blanc et du Grand-Combin, unissant les vallées du Buthier, tributaire de la Doire Baltée et du Pô, et d'Entremont, affluent du Rhône. L'impératif de franchissement a dû triompher de conditions physiques difficiles. De Bourg-Saint-Pierre, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/col-du-grand-saint-bernard/#i_45351

SAINT-GOTHARD COL DU

  • Écrit par 
  • Paul GUICHONNET
  •  • 829 mots
  •  • 1 média

« Portier des Alpes », le col du Saint-Gothard surclasse tous les autres passages par le volume de son trafic ferroviaire et routier et par la liaison directe qu'il établit entre la plaine centrale du Pô et l'Europe du Nord. Deux éléments géopolitiques ont fait sa fortune : d'abord la naissance de la Confédération helvétique autour du lac des Quatre-Cantons et son extension vers le Tessin ; en sec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/col-du-saint-gothard/#i_45351

TRANSPORTS - Transports et risques

  • Écrit par 
  • Michel QUATRE
  •  • 8 620 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les déplacements personnels, la sécurité routière »  : […] Le partage de la voirie par les usagers divers – piétons, cyclistes, motocyclistes, automobilistes, cars et poids lourds – a conduit les pouvoirs publics à réglementer les conditions d'usage de celle-ci par des dispositions générales comme le code de la route en France et des applications locales comme les sens uniques et les limitations de vitesse. Certes la navigation de plaisance ou l'aviation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transports-transports-et-risques/#i_45351

TUNNEL DE BASE DU SAINT-GOTHARD

  • Écrit par 
  • Michel TOURNEBISE
  •  • 1 240 mots
  •  • 1 média

Inauguré le 1 er  juin 2016, le tunnel de base du Saint-Gothard, localisé dans le centre de la Suisse, est le plus long et le plus profond tunnel ferroviaire au monde. Il est la pièce maîtresse du corridor Rhin-Alpes-Milan, un des axes de transport les plus empruntés (notamment pour le fret), reliant le nord et le sud de l’Europe. Faisant partie intégrante des nouvelles l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tunnel-de-base-du-saint-gothard/#i_45351

TUNNEL SOUS LA MANCHE

  • Écrit par 
  • Laurent BONNAUD
  •  • 9 370 mots
  •  • 9 médias

Avec une longueur de quelque 50,5 kilomètres, le tunnel sous la Manche figure parmi les plus importantes constructions du xx e  siècle, au même titre que le canal de Panamá (ouvert en 1914), le Golden Gate (achevé en 1937) et le haut barrage d’Assouan (mis en service en 1973). Avec 37,9 kilomètres percés sous la mer, cette réalisation possède la s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tunnel-sous-la-manche/#i_45351

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean PÉRA, Michel MAREC, « TUNNELS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tunnels/