AQUEDUCS, Antiquité

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans le vocabulaire courant, le terme aqueduc évoque essentiellement les arches du pont qu'empruntait le canal d'amenée de l'eau, comme un viaduc est un pont permettant le passage d'une voie ferrée ou d'une voie routière. Ces arches ne sont que la partie la plus spectaculaire d'ouvrages qui pouvaient être très longs et avoir 10, 20, 100 et même 132 kilomètres dans le cas de l'aqueduc de Carthage. D'ailleurs, un aqueduc ne comporte pas forcément des ponts, il en est même d'entièrement souterrains comme l'aqueduc de Bologne. L'essentiel est évidemment le canal lui-même, qui était couvert dans le cas étudié ici d'un aqueduc urbain, découvert lorsqu'il s'agissait d'un ouvrage d'irrigation. La longueur du canal peut être un chiffre trompeur traduisant plutôt une limite financière ou une incapacité technique à construire des ouvrages d'art obligeant à faire de longs détours : ce qui compte, c'est la distance de la source au point d'arrivée. Un exemple concret le montre bien : en 145 avant J.-C., le consul Marcius Rex entreprit la construction d'un aqueduc auquel il laissa son nom, l'Aqua Marcia, qui mesurait 97,27 km de long. Deux siècles plus tard, en 50 après J.-C., l'empereur Claude fit construire un nouveau canal dont la tête se trouvait à seulement 150 mètres du précédent ; il ne mesurait que 68,93 km. Enfin, lorsqu'en 1870 le pape Pie IX dota Rome d'un aqueduc, il utilisa les mêmes sources ; mais l'ouvrage ne nécessita alors que 52 kilomètres de canalisation. De telles différences s'expliquent simplement par les progrès techniques accomplis.

Construction : aqueducs

Vidéo : Construction : aqueducs

Principes de construction.Les aqueducs sont des canalisations artificielles destinées à alimenter en eau la cité. Les plus connus sont ceux qui furent construits par les Romains.La source d'alimentation devait se trouver à un niveau plus élevé que celui de l'agglomération, et la... 

Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Afficher

Qu'est-ce qu'un aqueduc ?

Le canal commence par un captage des eaux qui varie selon la nature du terrain : captage d'une source vauclusienne, drains dans un terrain aquifère, captage dans une rivière, ou dans un barrage... Contrairement à une idée répandue explicable par la célébrité du Nymphée de Zaghouan en Tunisie, le captage n'est pas systématiquement « monumentalisé » par un sanctuaire des eaux. C'est à l'arrivée de l'aqueduc dans la ville que l'on construisit de préférence, comme aux xviie et xviiie siècles, ces fontaines monumentales que sont les nymphées.

Dans le cas le plus simple, celui où il est possible de suivre les courbes de niveau, le canal est placé dans une tranchée protectrice dont les abords sont frappés d'une servitude. On y accède par des regards placés à intervalles réguliers qui permettent de pénétrer dans la canalisation pour la nettoyer ; mais, dans la réalité, leur répartition paraît moins régulière que ne le prescrit Vitruve. C'est le rivus subterraneus de Frontin. La construction d'un mur de soutènement (substructiones) est nécessaire lorsque le versant devient trop pentu ou lorsque le canal doit franchir un accident de terrain : vallée, dépression ou abaissement de la ligne de crête. Le plus souvent, le mur de soutènement est plein et construit selon la technique du blocage, l'opus caementicum des Romains : à l'intérieur d'un espace délimité par deux murs (parements) ou par un coffrage de planches, on coule des couches de pierres et de mortier, parfois sans compression. Lorsque ce mur atteint une certaine hauteur, en général de l'ordre de 2 mètres, il devient nécessaire d'alléger la maçonnerie ; des arches (opus arcuatum) prennent alors le relais des murs de soutènement.

Le canal ou specus, où circule l'eau, est la partie essentielle de l'ouvrage. Une plate-forme en maçonnerie de mortier de chaux et de petits agrégats, le radier, est aménagée sur le mur de soutènement qui vient d'être décrit ou bien au fond d'une tranchée creusée soit à flanc de colline, soit sur un terrain plat. Normalement au bord du radier, on monte les deux pieds-droits. Le canal ainsi constitué peut affecter des formes diverses : rectangulaire, trapézoïdale, ovoïde ou elliptique. Il est ensuite repris afin d'en assurer l'étanchéité. À cette fin, radier et pieds-droits sont revêtus de deux ou de plusieurs couches de mortier de tuileau à composante plus ou moins fine. L'angle formé par les pieds-droits et le radier est renforcé d'un bourrelet d'étanchéité, un solin en « quart de rond ».

Le mortier dit « de tuileau » est utilisé dans l'Antiquité pour réaliser l'étanchéité des ouvrages hydrauliques. Il doit son nom à sa composition : un mélange de chaux grasse, obtenue à partir de calcaire blanc pur et d'argile cuite pulvérisée (c'est-à-dire des débris concassés de briqu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Construction : aqueducs

Construction : aqueducs
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Aqueduc de Ségovie

Aqueduc de Ségovie
Crédits : David Barnes/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Aqueduc oriental de Caesarea

Aqueduc oriental de Caesarea
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Provence (Antiquités nationales)

Classification

Autres références

«  AQUEDUCS, Antiquité  » est également traité dans :

EUPALINOS DE MÉGARE (milieu VIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 527 mots

Ingénieur grec né à Mégare, auteur à Samos d'un aqueduc souterrain décrit par Hérodote ( Histoires , III, 60) comme l'un des ouvrages d'art les plus remarquables construits par les Grecs. Redécouvert en 1882, le tunnel qui en constitue la section centrale a été complètement dégagé (1971-1973) et étudié par les archéologues allemands travaillant au sanctuaire d'Héra. Long de 1 036 mètres, il faisa […] Lire la suite

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 412 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les grands travaux d'équipement »  : […] À cet équipement monumental des villes et des campagnes sont liées deux catégories de travaux d'utilité publique : les adductions d'eau et les routes. Les grands thermes urbains devaient être desservis par d'immenses aqueducs qui ont laissé des vestiges souvent impressionnants (pont du Gard  ; piles de Jouy-aux-Arches, près de Metz). L'alimentation en eau de source fut un des soucis majeurs des Ro […] Lire la suite

MINES, Antiquité gréco-romaine

  • Écrit par 
  • Claude DOMERGUE
  •  • 12 790 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les techniques minières de surface : l'exemple de l'or »  : […] Les informations manquent sur l'exploitation antique des dépôts alluviaux stannifères. Les vestiges ont dû être détruits par les reprises modernes, à la recherche du wolfram (minerai de tungstène) présent dans ces mêmes gisements. En revanche, la documentation sur les « minières » d'or est abondante. Ces minières datent principalement de l'époque romaine. On en trouve dans le Piémont (La Bessa), […] Lire la suite

POMPÉI

  • Écrit par 
  • Hélène DESSALES
  •  • 4 789 mots
  •  • 31 médias

Dans le chapitre « Administration civique et édifices publics »  : […] Quand Pompéi devient une colonie, un sénat local ( ordo decurionum ) est constitué. Il se compose de décurions, nommés parmi l'aristocratie locale. Parmi eux étaient élus les magistrats  : deux duumvirs aux attributions administratives et judiciaires, à la charge annuelle ( duoviri iure dicundo ) et prenant le titre envié de quinquennales tous les cinq ans pour procéder au recensement et établi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe LEVEAU, « AQUEDUCS, Antiquité », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aqueducs-antiquite/