TRAGÉDIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La tragédie au XVIIe siècle français

Genèse et évolution

Quand l'essentiel du théâtre sérieux était représenté en France par les mystères et les moralités, le terme même de tragédie n'évoquait pas autre chose que le récit, sous quelque forme littéraire que ce fût, d'histoires tragiques, consacrées au meurtre, au viol, aux horreurs de la guerre. La tragédie française est née vers 1550 de la conjonction de plusieurs influences : théâtre scolaire néo-latin des Muret et des Buchanan, redécouverte des œuvres et des thèmes de l'Antiquité, soit à travers Sénèque (dont l'influence restera prépondérante jusqu'en plein xviie siècle), soit grâce aux adaptations humanistes, en latin ou en français, de quelques tragédies de Sophocle et d'Euripide, prestige, enfin, de la tragédie italienne, représentée particulièrement par Luigi Alamanni, et des théoriciens italiens du genre, Vida et Trissino, en attendant les commentaires célèbres d'Aristote, dus à Scaliger et à Castelvetro. De la Cléopâtre de Jodelle (1552) aux Juives de Robert Garnier (1583), la tragédie de la Renaissance française demeure consacrée aux infortunes des grands de ce monde, qui, ainsi que l'écrit Vauquelin de La Fresnaye vers 1570, usurpent la louange « aux dieux appartenante » et se trouvent précipités d'une grandeur excessive à une misère insupportable ou à la mort. Le succès du thème des Troyennes, repris notamment en 1579 par Garnier, atteste le goût des hommes de ce temps pour les drames les plus sombres.

Dès les dernières années du xvie siècle, ce type de tragédie a traversé une crise où le genre a failli mourir. Malgré les mérites de l'œuvre mi-humaniste, mi-maniériste d'Antoine de Montchrestien, ou ceux d'Alexandre Hardy qui, malgré ses outrances, demeurait un fervent disciple de la Pléiade, la tragédie tendait alors à se confondre soit avec un drame multiforme mais toujours violent, comparable à la Tragédie espagnole de Thomas Kyd, soit, et de plus en plus, avec une tragi-comédie aventureuse où les périls du héros et de l'héroïne n'avaient plus du tragique que l'apparence, et où les craintes des spectateurs étaient vite surmontées par la satisfaction de l'issue heureuse. Quand, en 1628, Jean de Schelandre reprenait la sombre tragédie qu'il avait donnée en 1608 pour en faire une tragi-comédie, il avait conscience d'aller dans le sens de l'évolution du goût en faisant ressusciter ses héros et en les récompensant par un heureux mariage. Dix années plus tard, préfaçant L'Amour tyrannique de Georges de Scudéry, Jean-François Sarasin faisait, en prétendant s'appuyer sur Aristote, l'apologie de la tragédie à fin heureuse (1639).

L'âge de Corneille substitue à ces hésitations entre la violence débridée et les déguisements tragi-comiques une conception authentiquement tragique du drame, où les héros ne parviennent à leur pleine expression que moyennant le renoncement à tout ce qui paraissait devoir assurer leur bonheur. Ce néo-stoïcisme sereinement vécu par un Rodrigue ou un Polyeucte, poussé par Isaac Du Ryer jusqu'à l'absurde, vécu religieusement par les héros de Mariane ou de La Mort de Sénèque chez Tristan L'Hermite, teinté de néo-platonisme dans l'œuvre de Jean de Rotrou, constitue comme l'armature morale de la tragédie française à l'époque de Louis XIII.

On a souligné avec raison la coupure introduite par la Fronde et les déceptions qui l'ont suivie dans l'évolution des genres dramatiques en France. La tragédie authentique a failli y périr une fois encore au profit d'œuvres purement romanesques ou brillamment vides, comme tant de poèmes de Boyer et de Thomas Corneille. Le grand Corneille lui-même a été tenté par ces formules nouvelles qui sacrifiaient à la sensibilité des spectateurs l'austérité inhérente à la manière tragique.

Il a fallu que Corne [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Albert Camus

Albert Camus
Crédits : Kurt Hutton/ Getty Images

photographie

Beckett

Beckett
Crédits : Rosemarie Clausen/ Ullstein Bild/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle (études théâtrales), professeur au Conservatoire national supérieur d'art dramatique (dramaturgie)
  • : auteur
  • : professeur honoraire au Collège de France

Classification

Autres références

«  TRAGÉDIE  » est également traité dans :

ALFIERI VITTORIO (1749-1803)

  • Écrit par 
  • Jacques JOLY
  •  • 2 596 mots
  •  • 1 média

Vittorio Alfieri , dramaturge et poète italien, est né à Asti (Piémont) en 1749 et mort à Florence en 1803. Descendant d'une ancienne famille de la noblesse piémontaise, il abandonne à dix-sept ans la carrière militaire pour courir l'Europe. Paris, La Haye, Vienne, Berlin, Saint-Pétersbourg, Londres, Lisbonne ouvrent son esprit au mouvement des « Lumières », en même temps qu'ils lui découvrent ce […] Lire la suite

ATHALIE, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 174 mots

À Versailles, devant Louis XIV et le dauphin, le 5 janvier 1691, on vit pour la première fois Athalie , tragédie en cinq actes et en vers de Jean Racine (1639-1699). Sans costumes ni décor, cette tragédie biblique inspirée du Livre des Rois et du Livre des Chroniques fut représentée par les demoiselles de Saint-Cyr, chères à madame de Maintenon, l'épouse morganatique et dévote du roi vieillissant […] Lire la suite

BAJAZET, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 447 mots

Britannicus (1669) était, selon certains, trop immoral et trop complexe, Bérénice (1670) trop élégiaque et trop simple. Bajazet (1672) sera violent, sans abandonner ni le romanesque ni le goût galant. Racine (1639-1699), adulé par le public mondain, finalement reconnu par les dramaturges, écrit maintenant une pièce par an sur le modèle qu'il a lui-même défini comme « un tragique qui naît du gal […] Lire la suite

BARKER HOWARD (1946- )

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ
  •  • 785 mots
  •  • 1 média

Né à Dulwich en 1946, en Angleterre, Howard Barker est l'auteur d'une œuvre impressionnante : plus de cinquante pièces de théâtre, des recueils de poèmes, des ouvrages théoriques (notamment Arguments fo r a Theatre , 1989), des livrets d’opéra, une pièce pour marionnettes, deux films. Il n'a que peu marché sur les traces de ses aînés, Edward Bond, John Arden ou encore Harold Pinter. Bien que nourr […] Lire la suite

BÉRÉNICE, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 968 mots
  •  • 1 média

Concurrent de Pierre Corneille – qui, au même moment, écrit Tite et Bérénice  –, Jean Racine (1639-1699) signe avec Bérénice (1670) l'un de ses plus grands succès. L'œuvre est une tragédie expérimentale : peu de vers (1 506), peu de scènes (29), trois personnages majeurs, une intrigue qui trouve sa source chez Suétone : «  dimisit invitus invitam  » (« il la renvoya malgré lui, malgré elle »). […] Lire la suite

GENRES DRAMATIQUES

  • Écrit par 
  • Elsa MARPEAU
  •  • 1 607 mots

Dans le chapitre « Une distinction première »  : […] Cet horizon d'attente est particulièrement prégnant dans les genres dramatiques, en raison de la distinction fondatrice entre la comédie et la tragédie. Dans sa Poétique (env. 340 av. J.-C.), Aristote pose en effet une bipartition entre deux genres, selon le type d'action et de personnages qu'ils imitent. La tragédie représente en effet une action noble, où les personnages sont généralement de ha […] Lire la suite

BOND EDWARD (1934- )

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 243 mots

Dans le chapitre « Un théâtre du cataclysme »  : […] Edward Bond est né en 1934 à Holloway. Lié dans un premier temps au Royal Court Theatre de Londres, connu comme un laboratoire d'avant-garde, Bond fut associé au Royal Court Writer's Group. Il y acquit, au contact de metteurs en scène comme William Gaskill ou George Devine, une expérience concrète de la scène et du jeu théâtral, dimension qu'il développera par la suite au cours de nombreux atelie […] Lire la suite

OTHELLO, William Shakespeare - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Line COTTEGNIES
  •  • 1 329 mots
  •  • 1 média

Jouée pour la première fois sans doute en 1604 et publiée en 1622, cette tragédie de William Shakespeare (1564-1616) emprunte les éléments principaux de son intrigue à une nouvelle italienne du xvi e  siècle parue à Venise en 1565. Il semble impossible de déterminer si le dramaturge anglais avait eu connaissance de l'original italien, paru dans De gli Ecatommiti de Giambattista Giraldi Cinthio, o […] Lire la suite

BRECHT BERTOLT

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 5 505 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Genèse du théâtre épique »  : […] Le théâtre épique n'est pas sorti tout armé du cerveau de son auteur. D'œuvre en œuvre s'annonce, s'enrichit, se complète et se diversifie une révolution qui marquera profondément l'histoire du théâtre européen. Dans Édouard II (1924), adapté de Marlowe, Brecht tente de hisser son ambition au niveau de l'histoire, tout en désacralisant le théâtre pseudo-moyenâgeux, cher à la tradition romantique. […] Lire la suite

BRITANNICUS, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 138 mots

Joué pour la première fois à l'Hôtel de Bourgogne, le 13 décembre 1669, Britannicus , tragédie en cinq actes et en vers de Jean Racine (1639-1699), est une réflexion sur l’histoire, la politique, les calculs de cour, autrement dit un texte qui rencontre directement les questions de légitimité, de souveraineté, et de tyrannie. Britannicus est d’abord l’histoire d’un « monstre naissant », Néron, em […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

25-31 juillet 2019 Roumanie. Démission du ministre de l'Intérieur.

De son côté, le président Klaus Iohannis – qui est dans l’opposition – accuse le gouvernement d’être « l’auteur moral de cette tragédie ». Le 31, Nicolae Moga annonce sa démission. […] Lire la suite

29 octobre 2018 Tunisie. Attentat-suicide à Tunis.

Le président Béji Caïd Essebsi qualifie l’attentat de « tragédie », tandis que le Premier ministre Youssef Chahed, en conflit avec ce dernier, en minimise la portée. […] Lire la suite

1er-27 avril 2014 Israël – Autorité palestinienne. Accord de réconciliation interpalestinien et faillite des négociations de paix

Le 27, Mahmoud Abbas déclare, à la faveur de la commémoration du souvenir de l'Holocauste, que cette tragédie constitue « le crime le plus odieux que l'humanité ait connu au cours de l'ère moderne », exprimant ainsi la position la plus nette jamais prise par un responsable palestinien à ce sujet.  […] Lire la suite

23 avril 2014 Turquie. Condoléances du gouvernement pour les massacres d'Arméniens en 1915

Cette reconnaissance des massacres de près d'un million d'Arméniens en 1915 est publiée la veille du jour de la commémoration annuelle de cette tragédie. Toutefois, ni le caractère génocidaire ni les responsabilités de ces massacres ne sont évoqués.  […] Lire la suite

17 octobre 2012 France. Reconnaissance officielle du massacre d'Algériens en octobre 1961

Cinquante et un ans après cette tragédie, je rends hommage à la mémoire des victimes. » La reconnaissance par un chef d'État français de cette répression qui avait fait plusieurs dizaines de morts est sans précédent. Le président du groupe U.M.P. à l'Assemblée nationale, Christian Jacob, déclare qu'« il est intolérable de mettre en cause la police républicaine et, avec elle, la République tout entière » et d'engager ainsi « la responsabilité du général de Gaulle, qui était président de la République en 1961 ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard DORT, Jacques MOREL, Jean-Pierre VERNANT, « TRAGÉDIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tragedie/