MONTCHRESTIEN ANTOINE DE (1576 env.-1621)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un apothicaire, Montchrestien se fait connaître, dès 1596, en faisant jouer sa tragédie La Carthaginoise ou la liberté à Rouen. En 1601, il publie un livre de tragédies (L'Écossaise ou le désastre, Les Lacènes ou la constance, David ou l'adultère, etc.). En 1605 paraît une nouvelle édition, avec une pièce supplémentaire, Hector. À la suite d'un duel meurtrier, il est obligé de s'enfuir en Angleterre, où il prend le titre de seigneur de Vasteville. En 1610 paraît son État de la France. De retour en 1611, il publie en 1615 son fameux Traité d'économie politique, puis fonde, à Châtillon-sur-Loire, dont il est le gouverneur, une usine métallurgique et se spécialise dans la coutellerie. Il participe, en 1621, aux colloques protestants et trouve une fin prématurée dans une obscure échauffourée entre catholiques et protestants.

Économiste averti, Montchrestien reflète, dans les différentes facettes d'une vie mouvementée, une partie des courants qui parcourent la Normandie de son temps. Homme d'action, poète et auteur dramatique, il est l'un des précurseurs de Corneille. La tragédie de Montchrestien annonce le classicisme : elle doit relativement peu à l'Antiquité, recourt facilement à l'histoire récente. L'auteur s'est d'ailleurs beaucoup repris, corrigeant des œuvres en fonction de la réforme malherbienne. Manquant d'action dramatique, ses tragédies sont plutôt des « élégies dramatiques » que des drames. Quant à ses poèmes, les influences les plus variées s'y entrecroisent : mélancolie ronsardienne sur la brièveté de la vie, amours pétrarquisantes, inspiration biblique, goût de la langue châtiée se superposent, en vers harmonieux, aux images arcadiennes de la bergerie, chère au premier xviie siècle.

Qu'est-ce, ô Dieu, que l'homme ? Une fleur passagère / Que la chasleur fléstrit ou que le vent fait choir. / Une vaine fumée, une ombre fort légère / Qui se pare au matin et passe sur le soir.

Ces vers, qui pourraient servir d'exergue à sa trop courte vie, présentent un surprenant contraste avec son œuvre économique. Ayant beaucou [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Rennes

Classification


Autres références

«  MONTCHRESTIEN ANTOINE DE (1576 env.-1621)  » est également traité dans :

TRAITÉ DE L'ŒCONOMIE POLITIQUE, Antoine de Montchrestien - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annie L. COT
  •  • 965 mots

L'« œconomie politique » désigne la science aristotélicienne des richesses domestiques (du grec oïkos, « maisonnée », et nomos, « gouvernement »), appliquée au gouvernement du royaume. Le Traité de l'œconomie politique d'Antoine de Montchrestien (1576 env.-1621) marque le premier usage public […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-de-l-oeconomie-politique/#i_3489

COLONIALISME & ANTICOLONIALISME

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 6 479 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Du mercantilisme à la Révolution française »  : […] Désormais et pour près de trois siècles, la colonisation est liée au mercantilisme. Il faut augmenter le numéraire intérieur en achetant aussi peu que possible à l'extérieur et en favorisant les industries nationales pour développer les exportations. Des débouchés sont nécessaires. Dès lors les mercantilistes sont favorables à l'expansion colonial […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colonialisme-et-anticolonialisme/#i_3489

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Objets et méthodes

  • Écrit par 
  • Henri GUITTON
  •  • 6 469 mots

Dans le chapitre « Connaissance et action »  : […] Il n'est pas possible de dater avec exactitude la naissance de la science économique. Le premier Traité d'économie politique paraît en 1615 ; son auteur est un mercantiliste français, conseiller du pouvoir et non pas théoricien : Antoine de Montchrestien. L'intuition d'une science économique n'apparaît qu'à la fin du xviii e siècle ; sa constituti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie/#i_3489

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Objets et méthodes

  • Écrit par 
  • Henri GUITTON
  •  • 6 469 mots

La science économique est difficile à définir. Cela tient, sans doute, à ce qu'elle est beaucoup plus jeune que les autres sciences. Elle fait partie de l'ensemble des sciences sociales qu'on pourrait appeler sociologie, science qui elle-même n'est pas aisée à circonscrire avec précision.La science […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie/#i_3489

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 5 519 mots

Dans le chapitre «  Les réticences historiques de la France face à l'économie politique »  : […] L'économie n'a jamais vraiment connu en France le statut qu'elle a acquis dans le monde anglo-saxon, même si l'expression « économie politique » a reçu son sens moderne d'un Français, Antoine de Montchrestien. C'est, en effet, en intitulant en 1615 un texte adressé au roi Louis XIII « Traité d'économie politique » que ce gentilhomme normand à la v […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-definition-et-nature-enseignement-de-l-economie/#i_3489

ÉCONOMIE (Définition et nature) - Enseignement de l'économie

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 5 519 mots

L'Université française comptait, en 2011-2012, un peu plus de cent quarante-cinq mille étudiants dans ses filières d'économie et de gestion. Bien que l'économie soit devenue une matière scolaire à part entière dont l'enseignement commence dès le lycée, bien qu'il existe, depuis 1960, un baccalauréat économ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-definition-et-nature-enseignement-de-l-economie/#i_3489

FRANÇAIS EMPIRE COLONIAL

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 16 589 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Premières expériences »  : […] Au départ, il n'y a aucun dessein d'ensemble, et l'orientation s'explique par les changements qui sont intervenus. La paix intérieure est à peu près rétablie grâce à l'édit de Nantes en 1598, ce qui favorise la reprise de la vie économique. La fin des guerres de religion a libéré des gentilshommes avides d'aventures, de terres et de richesses. L'Es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-colonial-francais/#i_3489

Pour citer l’article

Jean MEYER, « MONTCHRESTIEN ANTOINE DE (1576 env.-1621) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-de-montchrestien/