VIX TOMBE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Échanges, trafics, commerce ?

Il restait à s'interroger sur les modalités de la circulation des objets méditerranéens, en particulier dans des cas aussi exceptionnels que celui du cratère de Vix. L'anthropologie a paru fournir des modèles adéquats. On a fait appel à la notion du don et du contre-don, élaborée par Marcel Mauss. L'échange de cadeaux, comme on le voit très bien dans l'Odyssée, est au centre des relations entre les princes. L'un prouve sa richesse et sa position sociale en offrant à son hôte un objet de grand prix. Celui qui l'a reçu doit, sous peine de perdre son prestige et son rang, répondre par un contre-don encore plus prestigieux. L'ethnologie connaît beaucoup d'exemples de ce potlatch. De la même façon, mais cette fois de la part des commerçants marseillais à l'égard des princes de Vix, on a, dès le début, vu dans le cratère une sorte de cadeau diplomatique à ceux qui tenaient la clé de la voie de l'étain.

Le problème de fond, pour lequel les réponses ont été longtemps, plus encore pour le monde grec archaïque que pour les civilisations périphériques, liées à la fidélité plus ou moins grande des divers auteurs aux schémas marxistes, est de savoir si on a le droit d'employer le terme moderne de « commerce » pour ce type de trafics et dans ce type de société, qui ignore l'usage de la monnaie. De toute façon, la continuité des échanges à longue distance et des routes suivies montre, dans un monde qui semble avoir été pacifique, des circuits réellement organisés. Nous en avons probablement deux sites-étapes : Vaise, au nord de Lyon, et Bragny, au confluent de la Saône et du Rhône. Dans les deux cas, en bord de rivière, sur un point important qui a pu être un carrefour, on a deux des types d'objets que l'on trouve sur les sites princiers : les amphores de Marseille et la céramique attique. Sur plusieurs autres sites, jusqu'en Franche-Comté, les restes de vases à boire provençaux de qualité très commune – la céramique dite grise ondée – sont la vaisselle d'usage de ceux qui accompagnaient les amphores jusqu'en Bourgogne et en rapportaient, entre autres, l'étain. Les importantes découvertes faites à Arles dans les années 1980, où la céramique attique apparaît, comme au mont Lassois, vers 550 ou 540, ne sont pas publiées : on a été tenté de faire d'Arles, qui occupe une position stratégique, le premier de ces relais ou étapes dans les relations de Marseille avec la Gaule intérieure.

Dans les années 1990, les découvertes et les réflexions sur ces points concernent la voie du Rhône et les relations de Vix et de Marseille. Mais ni l'étain de Cornouailles, ni l'activité de Marseille ne rendent compte des résidences et des tombes princières du Bade-Wurtemberg, déjà liées à l'Italie du Nord une génération au moins avant les débuts du site princier du mont Lassois. La seconde matière première du Nord lointain qu'évoque Hérodote à côté de l'étain, l'ambre, dont il ne savait pas qu'il venait de la Baltique, n'a pas assez d'importance économique pour expliquer la richesse de toute la partie du domaine hallstattien occidental située à l'est du Rhin. On a donc pensé à d'autres marchandises, le sel, les peaux, les esclaves.

Le livre de Patrice Brun (1987) tente d'appliquer au monde hallstattien le modèle de l'« économie-monde » de Fernand Braudel en définissant, à partir de la Méditerranée, trois cercles concentriques où l'influence culturelle des Grecs et des Étrusques, avec ses aspects économiques et ses conséquences sociales, détermine trois zones distinctes, jusqu'à l'Europe du Nord ; la clarification conceptuelle qui en découle dissimule probablement la complexité des situations locales.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Médias de l’article

Tombe de Vix (Côte d'Or)

Tombe de Vix (Côte d'Or)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Torque provenant de la tombe de Vix (Côte-d'Or)

Torque provenant de la tombe de Vix (Côte-d'Or)
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  VIX TOMBE DE  » est également traité dans :

EUROPE, préhistoire et protohistoire

  • Écrit par 
  • Gérard BAILLOUD, 
  • Jean GUILAINE, 
  • Michèle JULIEN, 
  • Bruno MAUREILLE, 
  • Michel ORLIAC, 
  • Alain TURQ
  • , Universalis
  •  • 21 355 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Civilisations du fer »  : […] On distingue deux périodes classiques : Hallstatt et La Tène, mais il faut remarquer que les civilisations de La Tène et de Hallstatt ne correspondent pas exactement à l'utilisation chronologique des termes La Tène et Hallstatt appliqués à d'autres civilisations d'Europe. Le site de Hallstatt en haute Autriche révèle en 1846 un grand cimetière où les premières armes en fer concurrençaient les po […] Lire la suite

JOFFROY RENÉ (1915-1986)

  • Écrit par 
  • Henri DELPORTE
  •  • 1 024 mots

Né à Chaumont (Haute-Marne) le 10 juin 1915, René Joffroy est décédé à Châtillon-sur-Seine (Côte-d'Or) le 5 février 1986. Dès l'université, René Joffroy se révéla très éclectique, à l'image de 1'« honnête homme » de l'époque classique. Latiniste et helléniste mais ayant aussi étudié la langue peul, historien et ethnologue, entomologiste à l'occasion, il était titulaire de plusieurs certificats de […] Lire la suite

STATUAIRE CELTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 200 mots

À la fin de la civilisation de Hallstatt, vers — 500, de grandes statues de pierre furent sculptées. Ainsi, celle qui surmontait le tumulus princier de Hirschlanden (Bade-Wurtemberg, Allemagne) représente un guerrier nu portant un chapeau conique. D'autres fragments de statues ont été trouvés à proximité de la tombe de Vix, en Bourgogne. Cette tradition se poursuit au v e  siècle avec la civilisat […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude ROLLEY, « VIX TOMBE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tombe-de-vix/