SUCCESSION IMPÉRIALE, Rome

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Auguste avait établi sa puissance sur la force et la fidélité de son armée et sur la reconnaissance de ses pouvoirs par le Sénat et par le peuple. Cet aspect « républicain » se devait de subsister et, pour tous les successeurs, existèrent, pas toujours en même temps ni dans le même ordre, la reconnaissance par l'armée, l'investiture du Sénat et la confirmation par le peuple (lex de imperio). Mais ce ne pouvait être suffisant pour garantir la stabilité du pouvoir, but qu'Auguste poursuivait pour assurer la sécurité de Rome ; il ne pouvait désigner ouvertement son successeur, mais il sut utiliser l'idée que la protection divine s'étendait sur lui-même et sur sa famille. Il était admis que seul un membre de la gens d'Auguste pouvait lui succéder ; de là les indications successives en faveur de son neveu Marcellus, de ses petits-fils Caius et Lucius, de son gendre Tibère. C'est à cette idée dynastique que sont dues l'arrivée au pouvoir de Caligula, de Claude, de Néron et l'existence des dynasties flavienne, sévérienne ou constantinienne.

Cependant, la mort de Néron et la disparition des derniers descendants de la lignée julio-claudienne firent réapparaître une notion déjà ancienne, celle du choix du meilleur, réalisé par l'armée, le Sénat ou l'empereur régnant lui-même, suivant les cas. Ainsi fut fait avec l'arrivée au pouvoir de Galba et le choix qu'il fit de Pison, avec celle de Nerva et la désignation de Trajan, avec celle de Pertinax et, surtout, avec la création de la tétrarchie par Dioclétien. Ce ne furent là que des exceptions ; l'idée dynastique resta toujours la plus forte, même cachée, comme sous les Antonins qui, à part Marc Aurèle, n'eurent pas de fils et furent obligés de trouver des substituts à l'hérédité par l'adoption dans le cadre de leur famille. La nécessité d'attacher son pouvoir à une lignée était si puissante que Septime Sévère pratiqua une adoption posthume qui le fit le fils de Marc Aurèle et que, au cours de la crise du iiie siècle, chaque empereur chercha à assurer son propre pouvoir en désignant son fils à sa succession. Au ive siècle, l'idée dynastique ne fut plus discutée.

—  Jean-Pierre MARTIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SUCCESSION IMPÉRIALE, Rome  » est également traité dans :

ANNÉE DES SEPT EMPEREURS

  • Écrit par 
  • Antony HOSTEIN
  •  • 209 mots

238 constitue une année particulière dans l'histoire de l'Empire romain. En quelques mois, sept empereurs se succédèrent, au cours d'usurpations sanglantes. Au début de 238, Maximin le Thrace et son fils Maxime, premiers princes issus de l'armée, étaient sur le Rhin pour combattre les Germains. Leur politique fiscale f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/annee-des-sept-empereurs/#i_42322

ANNÉE DES TROIS EMPEREURS

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 242 mots

L'année 69 est marquée par la première guerre civile de l'Empire romain, durant laquelle trois prétendants (Galba, Othon, Vitellius) se succèdent au poste d'empereur, avant l'avènement d'une nouvelle dynastie. Tout commence en juin 68, lorsque l'empereur régnant, Néron, se suicide face au soulèvement d'une partie de l'Empire. Galba, gouverneur de la province e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/annee-des-trois-empereurs/#i_42322

AGRIPPINE L'AÎNÉE (14 av. J.-C. env.-33)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 362 mots

Agrippine l'Aînée est l'une de ces femmes énergiques et vertueuses dont la Rome antique a toujours été fière. Mais elle fut sans doute la dernière, avant que les marâtres, les courtisanes et les impératrices dépravées tiennent dans l'Empire la première place. La destinée semble lui avoir été pour un temps favorable. Elle appartenait, par sa mère Julie, fille d'Auguste, à la dynastie impériale. Ell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agrippine-l-ainee/#i_42322

AGRIPPINE LA JEUNE (16-59)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 336 mots

Vouée à l'exécration par les historiens latins, en particulier par Tacite et par Suétone, Agrippine la Jeune ne ressemblait guère à sa mère, l'épouse de Germanicus. Mais il ne suffit pas de la juger sur ses intrigues et sur ses crimes ; il convient de la replacer dans l'histoire de son temps, histoire difficile où le salut de l'Empire romain reposait souvent entre les mains de quelques personnes. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agrippine-la-jeune/#i_42322

DE LA TÉTRARCHIE DE DIOCLÉTIEN À LA MONARCHIE DE CONSTANTIN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Antony HOSTEIN
  •  • 445 mots

284 Avènement de Dioclétien qui est un officier de l'empereur Carin mort assassiné. La multiplication des fronts l'oblige à prendre comme collègue l'un de ses généraux, Maximien, envoyé en Gaule contre les bagaudes (paysans révoltés). 286 Usurpation en Bretagne de Carausius, lieutenant de Maximien. Dioclétien fait de son collègue Maximien, alors simple césar, un empereur à part entière. 293 Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-la-tetrarchie-de-diocletien-a-la-monarchie-de-constantin-reperes-chronologiques/#i_42322

FLAVIENNE DYNASTIE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 382 mots

Dynastie romaine (69-96) fondée par Vespasien (69-79) et ensuite représentée par ses fils Titus (79-81) et Domitien (81-96), membres de la gens Flavia. La chute de Néron en 68 et l’extinction de la dynastie julio-claudienne sont suivies d’une guerre de succession qui met en évidence les bases militaires du principat et la faiblesse des liens unissant l’empereur à Rome. Les empereurs qui se succ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dynastie-flavienne/#i_42322

PRÉTORIENS

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 445 mots
  •  • 1 média

Depuis Scipion Émilien (~ 184-~ 129), le second « Africain » et le vainqueur de Carthage, les commandants en chef romains ont pris l'habitude de lever une garde personnelle, chargée de leur protection et organisée en neuf cohortes sous Auguste, puis en dix à partir de Dioclétien. Chaque cohorte comprenant cinq cents hommes, c'est une troupe de cinq mille prétoriens qui est ainsi mise à la disposit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pretoriens/#i_42322

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les Flaviens »  : […] La mort de Néron mit fin à la dynastie julio-claudienne et déchaîna une longue crise. Vindex avait rapidement succombé sous les coups des légions du Rhin, hostiles aux vues « libérales » affichées par les Gaulois du Centre et du Sud, mais Galba, mieux armé, était devenu empereur à Rome. Âgé, maladroit et sans générosité, il fut renversé par les prétoriens et la foule, qui regrettaient Néron et cr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/#i_42322

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'Antiquité tardive

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 5 457 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Dioclétien et la tétrarchie (284-305) »  : […] Pour la première fois depuis longtemps un règne allait durer plus de vingt ans et se terminer par une abdication volontaire. Tels furent la chance et le mérite de Dioclétien, cet officier dalmate dont l'esprit organisateur et ingénieux créa les institutions du « Bas-Empire », en systématisant l'œuvre de ses prédécesseurs depuis Septime Sévère. Arrivé au pouvoir dans l'idée de régner seul, il en vi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-l-antiquite-tardive/#i_42322

VERUS LUCIUS AURELIUS CEIONIUS COMMODUS (130-169)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 563 mots

Co-empereur de Rome avec Marc Aurèle entre 161 et 169, Lucius Verus ne ressemble guère à l'auteur des Pensées , ni par le caractère, ni par la destinée. À sa naissance, son père Lucius Ceionius Verus est préteur et familier de la cour impériale. Un historien français, Jérôme Carcopino, prétend qu'il était le « bâtard d'Hadrien » qui le nomme César en 136. Mais la mort d'Hadrien en 138 repose le pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lucius-aurelius-ceionius-commodus-verus/#i_42322

VESPASIEN TITUS FLAVIUS (9-79) empereur romain (69-79)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 919 mots

Né à Reate, l'actuelle Rieti, ville de l'Italie centrale, Vespasien, fils de publicain, appartient au monde des finances de l'Empire romain. Élevé dans une métairie de Toscane, il apprend à connaître les problèmes qui se posent aux paysans. Son origine aisée lui permet de franchir les étapes d'une carrière politique qui le mène, sous l'empereur Caligula, à exercer les fonctions d'édile en 38 et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/titus-flavius-vespasien/#i_42322

Pour citer l’article

Jean-Pierre MARTIN, « SUCCESSION IMPÉRIALE, Rome », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/succession-imperiale-rome/