NÉRON (37-68)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Néron a symbolisé pour la postérité ce que l'histoire romaine recèle de plus monstrueux et de plus cruel. Les historiens antiques, Tacite et Suétone, ont tracé un étonnant portrait de l'empereur pervers, fou et sanguinaire ; les chrétiens, dont il fut le premier persécuteur, ont encore noirci ce tableau. On doit constater cependant que le solide édifice impérial créé par Auguste, Tibère et Claude ne fut pas ébranlé par son étrange principat. La recherche contemporaine a nuancé l'image proposée par la tradition : la psychologie permet l'analyse et une meilleure compréhension des traits pathologiques de Néron ; l'archéologie donne une idée positive de l'apport esthétique de son règne ; enfin, les études régionales montrent la faiblesse des conséquences du délire néronien sur la vie des provinces de l'Empire.

Néron avant son avènement (37-54)

Le père de Néron, Cneus Domitius Ahenobarbus, aristocrate connu pour sa cruauté et son absence de sens moral, mourut quand il avait trois ans. Sa mère, Agrippine la Jeune, fille de Germanicus, était l'arrière-petite-fille d'Auguste. Animée d'une insatiable ambition, elle poussa son fils vers le pouvoir impérial. En 48, l'empereur Claude fit mettre à mort son épouse nymphomane Messaline ; Agrippine parvint à le persuader de l'épouser. Claude était son oncle, mais le Sénat, complaisant, déclara légaux, en 49, ces mariages consanguins. Elle voulait assurer à son fils la succession impériale aux dépens du fils de Claude, Britannicus. En 50, Claude adopta Néron et, en 54, pour éviter que l'empereur ne proclamât Britannicus comme son successeur désigné, Agrippine empoisonna son époux. Aidée de Burrus, le préfet du prétoire, elle fit proclamer Néron empereur par les prétoriens. Le Sénat reconnut le fait accompli.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  NÉRON (37-68)  » est également traité dans :

AGRIPPINE LA JEUNE (16-59)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 336 mots

Vouée à l'exécration par les historiens latins, en particulier par Tacite et par Suétone, Agrippine la Jeune ne ressemblait guère à sa mère, l'épouse de Germanicus. Mais il ne suffit pas de la juger sur ses intrigues et sur ses crimes ; il convient de la replacer dans l'histoire de son temps, histoire difficile où le salut de l'Empire romain reposait souvent entre les mains de quelques personnes. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agrippine-la-jeune/#i_30295

ANNÉE DES TROIS EMPEREURS

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 242 mots

L'année 69 est marquée par la première guerre civile de l'Empire romain, durant laquelle trois prétendants (Galba, Othon, Vitellius) se succèdent au poste d'empereur, avant l'avènement d'une nouvelle dynastie. Tout commence en juin 68, lorsque l'empereur régnant, Néron, se suicide face au soulèvement d'une partie de l'Empire. Galba, gouverneur de la province espagnole de Tarraconaise et représenta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/annee-des-trois-empereurs/#i_30295

BRITANNICUS, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 138 mots

Joué pour la première fois à l'Hôtel de Bourgogne, le 13 décembre 1669, Britannicus , tragédie en cinq actes et en vers de Jean Racine (1639-1699), est une réflexion sur l’histoire, la politique, les calculs de cour, autrement dit un texte qui rencontre directement les questions de légitimité, de souveraineté, et de tyrannie. Britannicus est d’abord l’h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/britannicus/#i_30295

DOMUS AUREA

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 438 mots

Les ruines de la Domus Aurea, résidence construite à Rome par Néron, subsistent sur le flanc méridional de l'Esquilin. À l'avènement de Néron, la résidence impériale principale était la Domus Tiberiana sur le Palatin (pratiquement inconnue puisqu'elle est recouverte par les jardins Farnèse), qui était probablement massive et assez austère. Néron, dès le début de son règne, projette de la relier au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/domus-aurea/#i_30295

JUDAÏSME - Histoire des Hébreux

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 020 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La domination romaine »  : […] La Judée garde son grand prêtre, chef théorique de l'État, elle a parfois même un roi : Hérode le Grand (37-4) ; mais ce sont des créatures de Rome agissant sous le contrôle du gouverneur provincial de Syrie-Palestine. De 6 à 67 après J.-C., c'est l'administration directe qui prévaut, la Judée obéit aux procurateurs Coponius (6-9), Marcus Ambilulus (9-12), Annius Rufus (12-15), Valerius Gratus (1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judaisme-histoire-des-hebreux/#i_30295

JULIO-CLAUDIENNE DYNASTIE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 430 mots

La dynastie julio-claudienne (14-68) regroupe, après Auguste (27 av. J.-C.-14 apr. J.-C.), fondateur du principat, les quatre empereurs qui succèdent à ce dernier : Tibère (14-37), Caligula (37-41), Claude (41-54) et Néron (54-68). Elle ne suit pas une ligne directe. Auguste, petit-neveu et fils adoptif de Jules César, se rattache à la gens Julia, tandis que Tibère, beau-fi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dynastie-julio-claudienne/#i_30295

LIVRET, musique

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Elizabeth GIULIANI, 
  • Jean-Paul HOLSTEIN, 
  • Danielle PORTE, 
  • Gilles de VAN
  •  • 10 877 mots

Dans le chapitre « Mythologie et histoire ancienne »  : […] Le règne de l'Antique est éternel. Comme la nature humaine qui, dans ses comportements les plus opposés, lui demande toujours sa caution : en plein vérisme, Pietro Mascagni écrira encore un Nerone (1935), comme l'avaient déjà fait Monteverdi ( Le Couronnement de Poppée , 1642 ou 1643), aux premiers temps de l'opéra, et, à l'époque de Verdi, Arrigo Boito […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livret-musique/#i_30295

PALATIN, Rome, archéologie

  • Écrit par 
  • Manuel ROYO
  •  • 3 889 mots

Dans le chapitre « Le Palatin impérial et la formation des palais »  : […] Le contexte légendaire explique l'installation d'Auguste à l'angle sud-ouest de la colline plutôt que dans sa maison natale, située ailleurs sur le Palatin. Dès 40 avant J.-C., le futur empereur, qui cherche bientôt à apparaître comme un nouveau fondateur de Rome, fait acheter ou confisque plusieurs domus qu'il transforme tout en préservant l'autonomie de certaines. Ainsi la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palatin-rome-archeologie/#i_30295

PREMIÈRE GUERRE CIVILE DE L'EMPIRE ROMAIN - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Xavier LAPRAY
  •  • 391 mots

Mars 68 Insurrection de Judex en Gaule, contre Néron ; elle est écrasée par le commandant Verginius Rufus, à qui ses troupes proposent l'Empire et qui le refuse ; cette révolte, qui a pourtant échoué, marque le début du soulèvement d'une grande partie des provinces contre l'empereur régnant, dernier représentant de la première dynastie de l'Empire, les Julio-Claudiens. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/premiere-guerre-civile-de-l-empire-romain-reperes-chronologiques/#i_30295

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les Julio-Claudiens »  : […] Tibère, fils d'un premier lit de Livie, appartenait à la famille des Claudes ; jusqu'en 68 (mort de Néron), les empereurs ont un arbre généalogique compliqué qui les apparente à Auguste, à César, à Drusus, à Germanicus et même au triumvir Marc Antoine, dont les filles, nées de son mariage avec Octavie, sœur d'Auguste, sont les grand-mères de Caligula et de Néron. Tous les Julio-Claudiens sont donc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/#i_30295

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'art romain

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 14 633 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « L'essor de l'architecture romaine »  : […] C'est vers le milieu du ii e  siècle avant J.-C. que l'architecture romaine acquiert les moyens qui vont lui permettre de s'affirmer comme fondamentalement différente de l'architecture grecque. Ces moyens sont d'abord d'ordre technique. Désormais, le matériau de base sera le blocage, composé d'un ciment très dur dans lequel sont noyés des moellon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-l-art-romain/#i_30295

SÉNÈQUE (4 av. J.-C. - 65 apr. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Ilsetraut HADOT
  •  • 4 285 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les œuvres en prose »  : […] La date de composition de la Consolation à Marcia , adressée à la fille de l'historien romain Cremutius Cordus, condamné sous Tibère à cause de ses idées républicaines, ne peut se placer qu'après la mort de cet empereur, c'est-à-dire après l'avènement de Caligula (37 apr. J.-C.). C'est pendant le temps de l'exil de Sénèque (41-49) qu'il faut situer la consolation adressée à s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/seneque/#i_30295

VESPASIEN TITUS FLAVIUS (9-79) empereur romain (69-79)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 919 mots

Né à Reate, l'actuelle Rieti, ville de l'Italie centrale, Vespasien, fils de publicain, appartient au monde des finances de l'Empire romain. Élevé dans une métairie de Toscane, il apprend à connaître les problèmes qui se posent aux paysans. Son origine aisée lui permet de franchir les étapes d'une carrière politique qui le mène, sous l'empereur Caligula, à exercer les fonctions d'édile en 38 et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/titus-flavius-vespasien/#i_30295

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude LEPELLEY, « NÉRON (37-68) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/neron/