AGRIPPINE LA JEUNE (16-59)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vouée à l'exécration par les historiens latins, en particulier par Tacite et par Suétone, Agrippine la Jeune ne ressemblait guère à sa mère, l'épouse de Germanicus. Mais il ne suffit pas de la juger sur ses intrigues et sur ses crimes ; il convient de la replacer dans l'histoire de son temps, histoire difficile où le salut de l'Empire romain reposait souvent entre les mains de quelques personnes. Agrippine n'eut qu'une seule ambition, voir son fils Néron, qu'elle avait eu d'un premier mariage avec Domitius Ahenobarbus, monter sur le trône impérial. Fine politique, elle savait que les droits de Néron à la succession impériale étaient réels : n'était-il pas l'arrière-petit-fils d'Auguste ? Aussi la vie publique et privée d'Agrippine fut-elle guidée par l'ambition exclusive de rapprocher, étape par étape, Néron des marches du trône. Première étape : elle divorce de Domitius Ahenobarbus, fait assassiner son second époux afin de se rendre libre pour épouser, après l'assassinat de l'impératrice Messaline, l'empereur Claude, dont elle est la nièce. Deuxième étape : avec l'appui de quelques affranchis impériaux, dont le redoutable Pallas, son amant, elle réussit, à force de patience, de ruse et de traîtrise, à faire adopter Néron par l'empereur Claude qui, pourtant, avait un fils, Britannicus. Troisième étape : elle fait empoisonner Claude, dernier obstacle à la réalisation de ses desseins. Celle que Néron avait surnommée la « meilleure des mères » avait réussi. Néron fut intronisé empereur en 54. Mais l'autorité abusive d'Agrippine, dont l'exemple lui avait appris que le crime paie, finit par le lasser. En 59, il la fait assassiner. Au centurion qui s'approchait d'elle, le poignard à la main, Agrippine cria : « Frappe au ventre », ce ventre qui avait conçu un fils dénaturé, le dernier empereur de la dynastie julio-claudienne.

—  Joël SCHMIDT

Écrit par :

  • : diplômé d'études supérieures d'histoire, directeur de collections historiques

Classification


Autres références

«  AGRIPPINE LA JEUNE (16-59)  » est également traité dans :

BRITANNICUS, Jean Racine - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 138 mots

Dans le chapitre « « Néron jouit de tout » »  : […] Jusqu'ici, les tragédies de Racine s'étaient appliquées au monde grec. En choisissant un épisode célèbre inspiré des Annales de Tacite, l'histoire d'un empereur prenant le pouvoir illégitimement, comme Auguste dans Cinna (1643), qui, au lieu de se sauver par l'exercice du pouvoir, s'enfonce dans la tyrannie, asservi par ses passions, il se plaçait cett […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/britannicus/#i_28703

CLAUDE, lat. TIBERIUS CLAUDIUS NERO DRUSUS (10 av. J.-C. - 54 apr. J.-C.) empereur romain (41-54)

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC
  •  • 850 mots

L'historiographie, qui a longtemps méprisé Claude, tend actuellement à le réhabiliter ; l'essentiel n'est d'ailleurs pas de le juger, mais de savoir qui il était et surtout ce qu'il a fait et ce qui s'est passé pendant son règne. Né à Lyon en ~ 10, il appartenait à la gens Claudia, elle-même apparentée à la famille d'Auguste : il était le fils de Drusus et d'Antonia, le frèr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/claude-lat-tiberius-claudius-nero-drusus-empereur-romain/#i_28703

NÉRON (37-68)

  • Écrit par 
  • Claude LEPELLEY
  •  • 1 233 mots

Dans le chapitre « Néron avant son avènement (37-54) »  : […] Le père de Néron, Cneus Domitius Ahenobarbus, aristocrate connu pour sa cruauté et son absence de sens moral, mourut quand il avait trois ans. Sa mère, Agrippine la Jeune, fille de Germanicus, était l'arrière-petite-fille d'Auguste. Animée d'une insatiable ambition, elle poussa son fils vers le pouvoir impérial. En 48, l'empereur Claude fit mettre à mort son épouse nymphomane Messaline ; Agrippin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neron/#i_28703

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les Julio-Claudiens »  : […] Tibère, fils d'un premier lit de Livie, appartenait à la famille des Claudes ; jusqu'en 68 (mort de Néron), les empereurs ont un arbre généalogique compliqué qui les apparente à Auguste, à César, à Drusus, à Germanicus et même au triumvir Marc Antoine, dont les filles, nées de son mariage avec Octavie, sœur d'Auguste, sont les grand-mères de Caligula et de Néron. Tous les Julio-Claudiens sont donc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/#i_28703

Pour citer l’article

Joël SCHMIDT, « AGRIPPINE LA JEUNE (16-59) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/agrippine-la-jeune/