MAXIME (mort en 388) empereur romain (383-388)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la fin du ive siècle, l'empereur d'Orient Théodose et les deux empereurs d'Occident Gratien et Valentinien II, tous deux fils de Valentinien Ier et proclamés augustes, le premier en 367 et le second en 375, doivent affronter non seulement l'invasion barbare, mais aussi une anarchie endémique. Ils sont incapables de faire face à leurs énormes responsabilités, et leurs faiblesses suscitent des vocations d'usurpateurs. Magnus Clemens Maximus, né en Espagne, a servi sous les ordres de Théodose, alors commandant d'une armée romaine en Bretagne, dans les campagnes contre les peuples d'Écosse (368). Nommé commandant en chef des armées de Bretagne, Maxime a su se rendre populaire auprès de ses troupes, parce qu'il a fait montre d'une extrême bravoure sur les champs de bataille et d'une intelligente bienveillance dans les camps. Converti au christianisme, Maxime voit avec jalousie Théodose, son ancien compagnon d'armes, monter sur le trône d'Orient en 379. Il profite de l'enthousiasme de ses légions, au retour d'une campagne triomphale contre les Écossais et les Irlandais, pour se faire lui aussi proclamer empereur (381). Traversant la Manche en 383, il envahit la Gaule, met en fuite l'empereur Gratien aux environs de Lutèce, le poursuit jusqu'à Lyon. Son maître de cavalerie tue Gratien ; ce crime est désavoué par Maxime. Théodose temporise et charge l'évêque de Milan, Ambroise, d'entamer des négociations avec Maxime. Il accepte de reconnaître celui-ci comme auguste en 383. Maxime s'installe à Trèves ; mais, dévoré par une ambition excessive, il cherche à s'emparer de l'Illyrie, de l'Afrique et surtout de l'Italie où il souhaite devenir le protecteur du jeune Valentinien II, âgé de treize ans, et de sa mère, Justine, qui exerce la régence. Théodose ne peut accepter cette nouvelle usurpation, et l'évêque Ambroise excommunie Maxime. De Thessalonique où il est installé, Théodose dépêche des troupes contre Maxime, qui vient de soumettre l'Italie septentrionale. Les forces loyalistes investissent Aquilée où s'est réfugié Maxime. Fait prisonnier, Maxime est décapité ainsi que son fils Victor qu'il avait proclamé césar (388).

L'usurpation de Maxime eut des conséquences néfastes pour la sécurité de l'Empire : pendant que Théodose et Maxime s'observent puis se combattent, les Francs et les Saxons pillent Cologne, et le mur d'Hadrien en Bretagne est définitivement abandonné. Les empereurs romains, en cette fin du ive siècle, font passer leurs ambitions personnelles avant la sécurité de l'Empire.

—  Joël SCHMIDT

Écrit par :

  • : diplômé d'études supérieures d'histoire, directeur de collections historiques

Classification

Autres références

«  MAXIME (mort en 388) empereur romain (383-388)  » est également traité dans :

GAULE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE, 
  • Jean-Jacques HATT
  •  • 26 409 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les barbares »  : […] Grâce à la vigilance des empereurs de Trèves, Valentinien et Gratien, la Gaule connut, entre 360 et 383, ses dernières périodes de prospérité ; une invasion franque fut repoussée en 365 par le maître de la cavalerie Jovin, un Rémois. Le redressement opéré par Julien, Gratien et Valentinien fut toutefois compromis par l'usurpation de Maxime, après 383. Ce dernier régna quatre ans en Gaule, où il c […] Lire la suite

GRATIEN (359-383) empereur romain (375-383)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 353 mots

Empereur romain né en 359 à Sirmium, province de Pannonie (auj. Sremska Mitrovica, en Serbie), mort le 25 août 383 à Lugdunum (auj. Lyon). À l'âge de huit ans, Gratien (Flavius Gratianus Augustus) est proclamé auguste par son père, Valentinien I er , qui espère assurer sa succession au trône sans accroc. Gratien partage ainsi le pouvoir avec son père, qui règne sur l'Occident de 364 à 375 et s […] Lire la suite

PRISCILLIEN (335 ou 345-385)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 522 mots

Espagnol (de Bétique), laïque riche et cultivé, Priscillien mène vers 370 environ une vie d'ascétisme sévère, qui lui vaut une grande réputation et lui attire de nombreux disciples : des femmes, des clercs, et même des évêques. Il est difficile de dire avec précision quelle était sa doctrine, qui semble apparentée au dualisme gnostique et manichéen. On lui reprochera de s'abstenir de la communion, […] Lire la suite

Les derniers événements

Ukraine. Dissolution du Parlement. 17-20 mai 2019

Le 17, le Front populaire de Maxime Bourbak annonce son retrait de la coalition gouvernementale à laquelle il participait aux côtés du Bloc Petro Porochenko, la formation du précédent président. Le 20, le président Volodymyr Zelensky, élu en avril, est investi. Il annonce aussitôt la dissolution […] Lire la suite

Belgique. Démission de Benoît Lutgen de la présidence du CDH. 15-26 janvier 2019

Le 15, Benoît Lutgen annonce sa démission de la présidence du Centre démocrate humaniste (CDH). Son second mandat devait s’achever à la fin de l’année. Le 26, le congrès du CDH élit le député wallon et bourgmestre de Namur Maxime Prévot à la présidence du parti, par 85 p. 100 des suffrages. […] Lire la suite

Canada. Présentation du nouveau parti de Maxime Bernier. 14 septembre 2018

L’ancien candidat à la chefferie du Parti conservateur, le député de Beauce (Québec) Maxime Bernier, qui avait démissionné de sa formation en août, présente son nouveau parti, le Parti populaire du Canada, d’inspiration libertarienne, estimant qu’il est « temps de remettre le pouvoir entre les mains des gens ». […] Lire la suite

Canada. Retrait de Maxime Bernier du Parti conservateur. 23 août 2018

Le député de Beauce (Québec) Maxime Bernier, qui risquait l’exclusion du Parti conservateur, annonce son retrait de celui-ci, l’estimant « trop corrompu intellectuellement et moralement pour être réformé ». Candidat malheureux à la présidence du parti en mai 2017, il met en cause Andrew Scheer, qui avait remporté le scrutin, et annonce son intention de fonder son propre parti. […] Lire la suite

Vanuatu. Élection de Tallis Obed Moses à la présidence. 6 juillet 2017

À la suite du décès du président Baldwin Lonsdale en juin, le collège électoral constitué des parlementaires et des présidents des six provinces élit à la présidence un pasteur presbytérien, Tallis Obed Moses, au quatrième tour de scrutin, par 39 voix contre 17 pour l’ancien Premier ministre conservateur francophone Maxime Carlot Korman. Le rôle du président est honorifique. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël SCHMIDT, « MAXIME (mort en 388) empereur romain (383-388) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maxime-mort-en-388-empereur-romain-383-388/