AGRIPPINE L'AÎNÉE (-14 env.-33)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Agrippine l'Aînée est l'une de ces femmes énergiques et vertueuses dont la Rome antique a toujours été fière. Mais elle fut sans doute la dernière, avant que les marâtres, les courtisanes et les impératrices dépravées tiennent dans l'Empire la première place. La destinée semble lui avoir été pour un temps favorable. Elle appartenait, par sa mère Julie, fille d'Auguste, à la dynastie impériale. Elle avait épousé Germanicus, homme fort populaire à Rome, qui commandait les légions du Rhin et qui pouvait prétendre succéder un jour à l'empereur Tibère. Épouse modèle, elle suivait Germanicus dans toutes ses campagnes militaires. Elle n'hésitait pas, rapporte Suétone, à payer de sa personne, à distribuer vêtements et remèdes aux soldats, à leur adresser des exhortations, à les complimenter pour leur courage. Cette femme de caractère excita la jalousie de Livie, l'épouse de Tibère, qui ne fut pas étrangère à la demi-disgrâce de Germanicus, éloigné de ses légions, envoyé en Syrie et peut-être empoisonné par Pison, le légat de cette province, sur ordre de Tibère, en 19. C'est dans un profond désespoir qu'Agrippine l'Aînée transporta à Rome les cendres de son époux, obtint la condamnation de Pison, poussa celui-ci au suicide et tenta avant tout de faire rétablir ses nombreux enfants dans leurs droits. Cependant, derrière Tibère, empereur soupçonneux et torturé par la manie de la persécution, complote Séjan. Il s'acharne contre Agrippine et contre ses enfants dont il craint les ambitions. Il la fait exiler dans une île, avec un de ses fils, Drusus, et la laisse périr de faim en 33. Un autre fils d'Agrippine, Néron, est assassiné. Les anciens amis de Germanicus sont persécutés. Mère de l'empereur Caligula et de la future impératrice Agrippine, dite la Jeune, qui sera l'épouse de Claude, Agrippine l'Aînée est au centre des drames et des révolutions de palais qui troublent le règne de Tibère et secouent un Empire romain encore aux prises avec les problèmes de succession dynastique.

—  Joël SCHMIDT

Écrit par :

  • : diplômé d'études supérieures d'histoire, directeur de collections historiques

Classification


Autres références

«  AGRIPPINE L'AÎNÉE (~14 env.-33)  » est également traité dans :

GERMANICUS JULIUS CAESAR (-15-19)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 459 mots
  •  • 1 média

Un des chefs militaires les plus populaires, et sans doute aussi l'un des plus doués, de toute l'histoire romaine. Tacite, dans ses Annales , et d'autres historiens latins, comme Suétone, ont loué Germanicus, prince issu de la famille impériale julio-claudienne. Fils, en effet, de Drusus et d'Antonia, elle-même nièce d'Auguste, Germanicus est adopt […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julius-caesar-germanicus/#i_42328

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 194 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les Julio-Claudiens »  : […] Tibère, fils d'un premier lit de Livie, appartenait à la famille des Claudes ; jusqu'en 68 (mort de Néron), les empereurs ont un arbre généalogique compliqué qui les apparente à Auguste, à César, à Drusus, à Germanicus et même au triumvir Marc Antoine, dont les filles, nées de son mariage avec Octavie, sœur d'Auguste, sont les grand-mères de Caligu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-le-haut-empire/#i_42328

Pour citer l’article

Joël SCHMIDT, « AGRIPPINE L'AÎNÉE (-14 env.-33) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/agrippine-l-ainee/