STENDHAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le romancier

Chez Stendhal comme chez Balzac, Gautier, Baudelaire, l'expérience et la réflexion esthétiques ne se séparent pas de l'écriture. Stendhal, plus nettement que tout autre, est passé par cette méditation sur les arts pour élargir son idéal de beauté et de style : en apparence, il s'éloigne de la littérature, il la réduit à sa personne (le journal), il la déborde en découvrant les effets qui le passionnent dans la peinture et la musique. En fait, l'artiste-écrivain aspire à une nouvelle littérature, et souffre dès le début d'une insuffisance du « classicisme » qui le conduit à revenir à la littérature enrichi et fortifié par son passage par l'esthétique ; celle-ci suppose une autonomie nette de l'art, un pouvoir global de signification et, surtout, de suggestion, plus de confiance aussi dans les capacités créatrices de l'imagination. À rebours du classicisme, ce que Stendhal appelle « le style », le sien, suppose un brisement des continuités (d'où l'importance du fragment, de la parataxe, de l'ellipse, du détail), un refus de la construction et une préférence pour l'implicite et sa capacité illimitée de sens. Stratégie d'inachèvement, polyphonie ludique : l'« effet Cimarosa » ou l'« effet Corrège » sont chez Stendhal des données stylistiques.

Conteur, anecdotier, Stendhal a pratiqué le récit, sans jamais songé à écrire un roman. Il s'y met pour des motifs personnels : dans Armance, il conçoit le personnage d'Octave, héros impuissant, en plein désespoir amoureux, en pleine défaite de lui-même. Le roman est alors une manière impersonnelle de dire le moi. Ses souvenirs jamais avoués de la passion pour Métilde sont dans Lucien Leuwen. Le plus intime de sa vie, les impressions de l'arrivée à Milan, impossibles dans Henry Brulard, sont permises dans La Chartreuse. Et puis, en 1827, le roman est un genre dont les romantiques s'emparent. Stendhal y vient par le romanesque, patrie utopique de ceux qui rêvent de passions et d'héroïsme, d'exploits et de bonheur absolu. C'est son monde, cel [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  STENDHAL (1783-1842)  » est également traité dans :

STENDHAL - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 352 mots

23 janvier 1783 Naissance de Henri Beyle à Grenoble.1789-1799 Révolution française.1800 Arrivé à Paris en novembre 1799, Henry Beyle travaille avec son cousin Pierre Daru au ministère de la Guerre. Le 7 mai, il part pour l'Italie. Il est nommé sous-lieutenant au VIe dragons.18 mai 180 […] Lire la suite

LA CHARTREUSE DE PARME, Stendhal - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 991 mots
  •  • 1 média

La Chartreuse de Parme est, après Armance (1827) et Le Rouge et le Noir (1830), le troisième et dernier roman achevé de Stendhal (1783-1842). Si l'histoire semble inspirée d'une chronique italienne relatant la jeunesse du pape Alexandre Farnese, il ne subsiste aucune trace de la genèse du livre, do […] Lire la suite

LE ROUGE ET LE NOIR (Stendhal) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 252 mots
  •  • 1 média

Julien Gracq a magnifiquement évoqué la « tranquille insurrection intellectuelle et affective » qui s'empare de quiconque ouvre Le Rouge et le Noir. Grand classique du roman du xixe siècle, le livre dépasse largement le cadre du réalisme qui semble le caractériser alors même que Stendhal (17 […] Lire la suite

VIE DE HENRY BRULARD, Stendhal - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 922 mots

Entre les deux principaux ouvrages autobiographiques de Stendhal, il existe moins une différence de degré que de nature : comme l'indique clairement son titre, les Souvenirs d'égotisme (1832) présentent un Henri Beyle mémorialiste de lui-même sous la Restauration – dix jours d'écriture pour dix an […] Lire la suite

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 548 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Présupposés et stratégies de l'autobiographie »  : […] La vulgarisation et la valorisation médiatique du discours autobiographique permettent de souligner son rôle social de reproduction. « Parler d'histoire de vie, c'est présupposer au moins, et ce n'est pas rien, que la vie est une histoire » (P. Bourdieu, Actes de la recherche en sciences sociales , juin 1986). Quelle autobiographie serait en mesure de présenter ou représenter cet ensemble d'événem […] Lire la suite

CRÉATION LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 11 584 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Les filles de mémoire »  : […] La troisième fonction, ou le troisième impératif, de la création littéraire est en effet d' arracher quelque chose d'humain, vécu et écrit par l'homme, aux usures du temps et à la pourriture de la mort. Bien des critiques (G. Poulet, Études sur le temps humain  ; J. Pouillon, Temps et roman ) se sont penchés sur les singularités de ce « temps » de l'œuvre d'art et de la littérature, qui échappe n […] Lire la suite

DEL LITTO VITTORIO (1911-2004)

  • Écrit par 
  • Michel CROUZET
  •  • 809 mots

Vittorio Del Litto aura marqué un moment capital du « stendhalisme », qu'il aura incarné sous tous ses aspects par ses écrits qui vont de 1935 à 1997, et par l'exercice de ce qu'il faut bien appeler au meilleur sens du mot, un pontificat : il y avait son Stendhal-Club , paru de 1958 à 1995, son rôle d'animateur œcuménique (colloques, publications, thèses dirigées, etc.). Exemple peut-être inintell […] Lire la suite

DRAME - Drame romantique

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 4 631 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les théories »  : […] La théorie du drame romantique connaît son début en Allemagne en plein xviii e siècle avec Lessing et sa Dramaturgie de Hambourg ( Laocoon , 1766) qui annonce d'abord le drame bourgeois. Ces textes décisifs marquent une rupture violente avec les idéaux du classicisme français et sont un plaidoyer énergique pour la liberté dans l'art et pour la vérité du contenu et du style, contre les convention […] Lire la suite

DU BOS abbé JEAN-BAPTISTE (1670-1742)

  • Écrit par 
  • Arnauld BREJON DE LAVERGNÉE
  •  • 742 mots

Après des études en théologie à Beauvais, sa ville natale, Jean-Baptiste Du Bos s'établit à Paris. Son mérite l'ayant fait bientôt remarquer, il remplit diverses missions diplomatiques. Il est principalement connu pour ses écrits, les Réflexions critiques sur la poésie et la peinture (1734) et une Histoire critique de l'établissement de la monarchie française dans les Gaules (1719, 2 vol.). Réfle […] Lire la suite

EDWARDS MICHAEL (1938- )

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 1 030 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « À l’écoute des langues »  : […] D’une manière plus audacieuse encore, il a repris le titre du livre de Stendhal, Racine et Shakespeare , et renouvelé la comparaison que celui-ci avait faite en 1823-1825. Publié en 2004, son essai n’est plus « un pamphlet sur le romantisme dirigé particulièrement contre l’Académie » (c’est ainsi que Delecluse présentait le texte de Stendhal dans sa seconde version), mais le fruit d’une véritable […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel CROUZET, « STENDHAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/stendhal/