ROME, NAPLES ET FLORENCE, StendhalFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rome, Naples et Florence (1826), version très remaniée d'un livre paru neuf ans plus tôt (Rome, Naples et Florence, en 1817) est le deuxième ouvrage d'Henri Beyle (1783-1842) et le premier signé du pseudonyme de Stendhal. À travers ce récit de voyage, l'auteur témoigne de son amour pour un pays avec lequel il entretiendra tout au long de sa vie une relation privilégiée, pour ne pas dire passionnelle.

En 1826, Stendhal n'a encore écrit aucun de ses grands romans (Armance paraîtra en 1827, Le Rouge et le Noir en 1830…). Après une enfance et une adolescence vécues dans la détestation d'une ville (Grenoble) et d'une famille étouffantes, et la découverte peu enthousiaste de Paris, la rencontre avec l'Italie en 1800-1801, dans le sillage de l'armée de Bonaparte, lui a offert une seconde patrie. Par la suite, il y voyagera et y séjournera régulièrement (surtout à Milan, sa ville de prédilection), y connaîtra de mémorables amours (Angela Pietragrua, Matilde Dembowski, Giulia Rinieri…), et lui consacrera plusieurs livres : Histoire de la peinture en Italie (1817), Vie de Rossini (1823), Promenades dans Rome (1829), La Chartreuse de Parme (1839), Chroniques italiennes (posthume, 1955).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Guy BELZANE, « ROME, NAPLES ET FLORENCE, Stendhal - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-naples-et-florence/