STABILITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Demi-ellipse limite

Demi-ellipse limite
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Centre d'inertie d'un solide

Centre d'inertie d'un solide
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique


Pour un ensemble mécanique (D), dont la situation par rapport à un repère galiléen (g) est caractérisée par la donnée de n paramètres géométriques indépendants (q1, ..., qi, ..., qn), la connaissance des conditions initiales et des champs de forces à distance ainsi que l'intervention d'hypothèses sur les efforts de liaison (lorsque de tels efforts se manifestent) permettent d'établir des prévisions qi = fi() par intégration des équations régissant les mouvements possibles de (D).

Si l'on modifie un peu les conditions initiales, c'est-à-dire les valeurs : qi(0) et (dqi/dt)(0) = qi(0), ou si l'on modifie les champs de forces à distance, tout en conservant les mêmes hypothèses sur les efforts de liaison, on établit des prévisions :

La question est de savoir si tous les εi(t) restent petits dans le déroulement évolutif des phénomènes. S'il en est ainsi, on dira que le mouvement de (D), prévu et caractérisé par qi = fi(t), avec i = 1, ..., n, est stable. Il y a lieu de préciser les locutions : « modifier un peu » et « rester petit » qui ont une signification intuitive, ce qui ne saurait suffire à élaborer une théorie valable.

Le problème présente de l'intérêt, car les conditions initiales et les champs à distance sont connus et fournis à partir de mesures expérimentales, et une prédiction analytique stricte est donc impossible (en particulier, il y a lieu de distinguer entre les conditions initiales voulues et celles qui sont effectivement réalisées).

Souvent, les mouvements sont simples ou bien les variables choisies pour les décrire s'expriment simplement en fonction du temps. Les deux cas les plus fréquents sont les suivants :

– tous les qi sont prévus comme devant rester constants, c'est-à-dire indépendants du temps :

on dit alors que l'on prévoit un équilibre de (D) dans le repère (g), la question qui se pose étant celle de la stabilité de cet équilibre ;

– parmi les qi de l'ensemble configuratif (q), certains sont prévus comme devant rester constants (par exemple les p premiers pour fixer les idées), les autres le sont comme [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : professeur au Conservatoire national des arts et métiers

Classification


Autres références

«  STABILITÉ  » est également traité dans :

ARNOLD VLADIMIR (1937-2010)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 832 mots
  •  • 1 média

Le mathématicien russe Vladimir Igorevich Arnold , décédé le 3 juin 2010 à Paris des suites d'une opération chirurgicale, a marqué le développement des mathématiques dans de nombreux domaines. Né le 12 juin 1937 à Odessa en Ukraine dans une famille dont plusieurs membres étaient d'excellents scientifiques, il montre très tôt un goût et un talent exceptionnels pour les mathématiques. En 1959, il co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vladimir-arnold/#i_12442

AUTOMATIQUE

  • Écrit par 
  • Hisham ABOU-KANDIL, 
  • Henri BOURLÈS
  •  • 12 271 mots

Dans le chapitre « Analyse d'un système bouclé »  : […] Un système bouclé, sous sa forme la plus classique, est représenté sur la figure 3, où P est le système à asservir et où K est le régulateur, dit à « un élément ». Ces deux systèmes sont supposés à temps continu, monovariables et minimaux, donc représentables par leurs fonctions de transfert respectives P ( s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/automatique/#i_12442

CATASTROPHES THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • Jean PETITOT
  •  • 5 119 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Théorie des catastrophes, morphosophie, phénoménologie »  : […] La théorie des catastrophes réalise le passage de la géométrie qualitative à une modélisation de l'universum morphologique. Elle repose d'une part sur un corpus mathématique d'une grande complexité et d'autre part sur un style d'observation et d'expérimentation assez singulier, résolument non réductionniste et non quantitatif (du moins au départ). Ce n'est pas d'ailleurs que ce style soit sans pré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-catastrophes/#i_12442

DYNAMIQUE

  • Écrit par 
  • Michel CAZIN, 
  • Jeanine MOREL
  •  • 10 004 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Stabilité d'un équilibre »  : […] Par définition, on dit qu'une valeur q i ,e d'équilibre pour un paramètre q i est stable si, et seulement si, quels que soient ε   >  0 et ε ′  >  0 suffisamment petits : Une position d'équilibre d'un ensemble matériel Σ par rapport à un repère (λ) sera dite stable […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dynamique/#i_12442

ÉQUILIBRATION

  • Écrit par 
  • Francis LESTIENNE
  •  • 4 475 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La fonction proprioceptive de la vision »  : […] Il est maintenant admis que le système visuel a une double fonction : fonction extéroceptive de la vision centrale ou fovéale, qui permet l'identification (forme, dimensions) et la localisation précise (distance) d'un objet ; fonction proprioceptive de la vision périphérique, qui renseigne sur les mouvements relatifs d'une scène visuelle, jouant ainsi le rôle d'un tachymètre. Cette fonction prop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibration/#i_12442

HASARD & NÉCESSITÉ

  • Écrit par 
  • Ilya PRIGOGINE, 
  • Isabelle STENGERS
  • , Universalis
  •  • 9 586 mots

Dans le chapitre « Les risques de la définition »  : […] L'enjeu de la question du hasard et de la nécessité était de savoir si le fait d'appartenir à une tradition qui ne se satisfait pas d'une recherche de connaissances « purement pragmatiques » et associe aux sciences les valeurs d'une recherche d'intelligibilité implique une relation privilégiée entre science et déterminisme. Jusqu'ici, on a pu constater ce privilège de fait et mesurer le prix dont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hasard-et-necessite/#i_12442

MÉCANIQUE SPATIALE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CARROU
  •  • 6 668 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le contrôle d'attitude »  : […] Vouloir assurer des missions spatiales nécessite non seulement de respecter les contraintes liées à la position du centre de gravité au cours du temps, mais aussi de tenir compte de celles qui influent sur le mouvement du satellite autour du centre de gravité : il s'agit du mouvement d' attitude. Les satellites sont soumis à des perturbations d'origine externe – aérodynamiques, magnétiques, radiat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mecanique-spatiale/#i_12442

MÉTASTABILITÉ

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 077 mots

«  Ce qui se manifeste , c'est aussi, en premier et le plus souvent, l'apparente stabilité des choses visibles, leur extraordinaire entêtement à demeurer en leur état » (J. T. Desanti, Natura Rerum : ordre ou désordre ? ). La stabilité désigne la condition de possibilité de la réalité phénoménale. Mais signifie-t-elle pour autant la propriété essentielle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metastabilite/#i_12442

NAVIRES - Architecture navale

  • Écrit par 
  • Michel BENICOURT, 
  • Raymond SERVIÈRES
  •  • 5 289 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre «  Équilibre du navire immobile et choix des formes »  : […] La résultante des pressions hydrostatiques s'exerçant sur la carène d'un navire immobile est une poussée verticale, dirigée vers le haut, égale au déplacement et appliquée au centre de carène (principe d'Archimède). En position d'équilibre (fig. 2a) , le centre de gravité G et le centre de carène C 0 sont sur une même verticale, et la poussée π est égale au poids Δ. Le relevé des tirants d'eau, q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/navires-architecture-navale/#i_12442

NAVIRES - Navires de guerre

  • Écrit par 
  • Régis BEAUGRAND, 
  • André BERNARDINI, 
  • Jean LE TALLEC, 
  • Marc MENEZ, 
  • Jean TOUFFAIT
  •  • 12 476 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Équilibre du bâtiment »  : […] Un sous-marin navigue à la surface en maintenant vides des capacités appelées « ballasts ». Pour plonger, il s'alourdit en y admettant de l'eau de mer. Le retour en surface s'obtient en effectuant l'opération inverse. Un certain nombre de « déplacements » de sous-marins ont été définis. Les définitions en usage en France sont les suivantes : – déplacement réglementaire en plongée : on appelle dép […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/navires-navires-de-guerre/#i_12442

NAVIRES - Navires de plaisance

  • Écrit par 
  • Jean-Charles NAHON
  •  • 4 816 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les systèmes de stabilisation »  : […] Les yachts à moteurs sont en général utilisés dans des conditions de mer moyennes ou belles. Cependant, il importe que les propriétaires puissent profiter de tout le confort du navire, d'où l'importance croissante du contrôle de son comportement par des systèmes de stabilisation. Seul le mouvement de roulis peut être contrôlé sur les yachts monocoques classiques. Les systèmes utilisés pour contre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/navires-navires-de-plaisance/#i_12442

POINCARÉ HENRI (1854-1912)

  • Écrit par 
  • Gérard BESSON, 
  • Christian HOUZEL, 
  • Michel PATY
  •  • 6 143 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Mécanique céleste et systèmes dynamiques »  : […] Étudiant, en 1885, le comportement d'une masse fluide en rotation dans un champ de forces, Poincaré analysa de manière systématique les conditions d'équilibre, en utilisant le développement en séries des périodes d'une fonction elliptique. Il put mettre en évidence que, dans une même série, ces figures dépendent d'un paramètre variable, qui détermine le type de la figure d'équilibre. À chaque fig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-poincare/#i_12442

SINGULARITÉS DES FONCTIONS DIFFÉRENTIABLES, la théorie mathématique et ses applications

  • Écrit par 
  • Alain CHENCINER
  •  • 10 511 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Le cas des applications »  : […] Étant donné deux variétés N et P de classe C , avec N compacte, une application f  : N → P de classe C est dite stable si son orbite locale, sous l'action du groupe Diff N × Diff P est ouverte. Lorsque P =  R , nous avons vu que les applications stables forment un ouvert dense de C […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/singularites-des-fonctions-differentiables-la-theorie-mathematique-et-ses-applications/#i_12442

THERMODYNAMIQUE - Lois fondamentales

  • Écrit par 
  • Paul GLANSDORFF, 
  • Ilya PRIGOGINE
  •  • 3 735 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les potentiels thermodynamiques, les états d'équilibre et la stabilité de l'équilibre »  : […] L'élimination de la différentielle non exacte d Q entre les expressions données plus haut du premier et du second principe conduit aux relations : On en déduit les critères d'évolution suivants : pour un système maintenu à V et à S constants, l'énergie E décroît ( d E ≤ 0) et il en est de même à p et à S const […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-lois-fondamentales/#i_12442

THERMODYNAMIQUE - Processus irréversibles non linéaires

  • Écrit par 
  • Agnès BABLOYANTZ, 
  • Paul GLANSDORFF, 
  • Albert GOLDBETER, 
  • Grégoire NICOLIS, 
  • Ilya PRIGOGINE
  •  • 9 748 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Principales transitions dans les systèmes non linéaires hors d'équilibre »  : […] Examinons de plus près les propriétés qualitatives des solutions du système d'équations non linéaires (35), une fois que le seuil critique d'écart à l'équilibre a été franchi. Une étude détaillée montre que l'apparition d'un comportement complexe repose sur deux phénomènes d'une extrême généralité : l' échange de stabilité entre solutions, ainsi que la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-processus-irreversibles-non-lineaires/#i_12442

VERTICAL & HORIZONTAL

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 1 299 mots

La croisée d'un axe vertical et d'un axe horizontal constitue l'épure symbolique de l'expérience humaine. La croix est l'archétype du partage. Aussi la retrouve-t-on investie dans les valeurs de justice, de connaissance et d'éthique. C'est elle qui articule les schèmes cognitifs ou symboliques de partition, répartition, position, opposition. Elle détermine un partage ontologique de l'être entre l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertical-et-horizontal/#i_12442

VOILIERS

  • Écrit par 
  • André MAURIC, 
  • Jean-Charles NAHON
  •  • 5 863 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La stabilité »  : […] Il est permis de dire, par une formule raccourcie très expressive, que la stabilité est la force propulsive du voilier. En effet, un voilier ne peut supporter de surface de voilure, ou ne peut donc disposer de force propulsive, que dans la mesure où sa stabilité le lui permet. La stabilité se mesure et s'exprime par le moment du couple de redressement, c'est-à-dire par le produit du poids du navir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/voiliers/#i_12442

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel CAZIN, « STABILITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/stabilite/