KIERKEGAARD SØREN (1813-1855)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Kierkegaard a eu une grosse influence sur un bon nombre de philosophes contemporains, qu'ils soient croyants ou non : Karl Jaspers, Martin Heidegger, Gabriel Marcel, Jean-Paul Sartre. Certains termes du philosophe danois comme « nausée », « angoisse », « existant » sont tombés aujourd'hui dans le langage courant. Mais, plutôt que de faire de Kierkegaard « le père de l'existentialisme », selon une formule consacrée, il importe de souligner qu'il a voulu être l'exception à laquelle l'homme actuel doit toujours se confronter. Il invite celui-ci à ne pas réduire le malheur de la conscience à une maladie, à ne pas prendre les sauvetages pour des saluts, à ne pas confondre les libérations avec la délivrance. En maintenant le pôle de l'Individu et celui de la Transcendance, il préserve le respect de la personne humaine, devenue aujourd'hui l'objet de manipulations de toute sorte, et il sauvegarde la notion de sacré en mettant le sujet à l'abri de toutes les caricatures qui prétendent la remplacer. Il donne à comprendre que l'existence est une tension entre ce qu'est l'homme et ce qu'il n'est pas, tension qui demeure par-delà toutes les synthèses dialectiques ou historiques. Bref il invite à méditer sans cesse sur ce paradoxe et sur ce scandale absolu que constitue le Dieu incarné dans la personne du Christ venant apporter à l'homme un message sans lequel celui-ci ne serait plus qu'un être errant.

Kierkegaard

Photographie : Kierkegaard

Le philosophe danois Soren Kierkegaard (1813-1855). Son influence fut grande sur de nombreux philosophes contemporains et on le considère comme le père de l'existentialisme. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Le témoin du christianisme

Le « tremblement de terre »

Søren Aabye Kierkegaard naquit à Copenhague ; il était le benjamin d'une famille de sept enfants dont beaucoup moururent jeunes. S'il ne mentionne jamais sa mère, les références à la personnalité marquante de son père sont nombreuses dans ses œuvres et dans son Journal. Michael Kierkegaard, le père de Søren, appartenait à une pauvre famille de neuf enfants ; un jour où il gardait des moutons dans la lande lugubre du Jutland, transi de faim et de froid, il osa maudire Dieu ; conscient du sacrilège qu'il avait commis, il pensa que toute sa famille subirait un effroyable châtiment et il éleva ses enfants dans cette crainte. Mais la chance finit par lui sourire et il fit fortune dans la bonneterie ; à quarante ans, retiré des affaires, il s'adonna à la réflexion philosophique et à la méditation religieuse. Ami des frères moraves, lecteur assidu des philosophes allemands, doué d'une imagination débordante, redoutable dialecticien, il faisait l'admiration de son fils qu'il éleva dans le respect d'un christianisme tragique, celui du Christ ensanglanté, abandonné sur le Golgotha et hurlant : « Mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? » Lorsque Søren entra à l'université, il commença par mener une vie joyeuse avec ses compagnons d'études, fréquentant les cafés et les cercles de discussions. En 1834, il voit mourir sa mère et l'une de ses sœurs ; c'est le moment où il commence de rédiger son Journal, qui sera le compagnon de toute sa vie. Cette année est également celle d'un épisode mystérieux que Kierkegaard appelle « le tremblement de terre » et dont on a proposé de nombreuses interprétations. Il semble que celle de J. Hohlenberg soit la plus satisfaisante. Le père de Kierkegaard avait considéré son second mariage comme une sorte d'infidélité à l'égard de sa première femme qu'il aimait beaucoup ; celle qu'il avait épousée en secondes noces avait été sa servante et il en eut un premier enfant seulement cinq mois après le mariage. À la lumière de certains passages du Journal de Kierkegaard, Hohlenberg pense que les relations du père et de la servante débutèrent par un viol, secret dont le père aurait fait part à son fils un jour qu'il était ivre.

Bien que le naturel mélancolique de Søren Kierkegaard aille en s'accentuant, il continue de participer à la joyeuse vie nocturne de Copenhague ; un jour, pris de boisson, il est probablement entraîné dans un lieu de débauches, et il gardera de cette équipée un souvenir assez précis pour décider de modifier totalement son train de vie et, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur de philosophie à l'université de Dijon

Classification

Autres références

«  KIERKEGAARD SØREN (1813-1855)  » est également traité dans :

CRAINTE ET TREMBLEMENT, Søren Kierkegaard - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 801 mots
  •  • 1 média

C'est en 1841, la même année que Marx, que Søren Kierkegaard (1813-1855) soutient sa thèse de doctorat, sur Le Concept d'ironie chez Socrate. En 1843, quelques mois après L'Alternative, paraissent, le même jour, le 16 octobre, […] Lire la suite

ANGOISSE EXISTENTIELLE

  • Écrit par 
  • Jean BRUN
  •  • 2 548 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'angoisse de l'être »  : […] Ce qui nous angoisse, c'est donc l'environnement du monde dans son ensemble et, en même temps, l'absolue inconsistance de celui-ci. Telle est l'idée essentielle sur laquelle a insisté Heidegger en précisant que « ce qui angoisse l'angoisse est l'être-au-monde comme tel ». Il est bien remarquable, note-t-il, que, lorsque l'angoisse est passée, nous disons volontiers : Ce n'était rien du tout, car […] Lire la suite

DANEMARK

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Frederik Julius BILLESKOV-JANSEN, 
  • Jean Maurice BIZIÈRE, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  • , Universalis
  •  • 19 545 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Le romantisme danois »  : […] Au seuil du xix e  siècle, le mouvement romantique atteint les pays scandinaves : comprenons que l'influence allemande se substitue à la française. Il faut distinguer ici deux vagues. La première est d'inspiration allemande. La Romantik de Tieck, de Hoffmann, de Novalis, libéra d'abord l'imagination, et permit ensuite l'influence des grands classiques allemands, Goethe et Schiller. Le chef de l' […] Lire la suite

DIEU - Problématique philosophique

  • Écrit par 
  • Jacques COLETTE
  •  • 5 672 mots

Dans le chapitre « Dieu et le « cogito » »  : […] L'ensemble des philosophèmes véhiculés depuis le début de l'ère chrétienne par la littérature patristique puis, après saint Augustin, par les théologiens représente le trésor conceptuel dont se nourrira la philosophie moderne. Il se compose ou dérive autant des termes hérités de la philosophie grecque que des formules bibliques. Ainsi « le nom qui est au-dessus de tout nom » (Philipp., ii , 9) la […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 894 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Kierkegaard »  : […] De la pensée de Kierkegaard , on peut dire qu'elle s'oppose à celle de Hegel avec autant d'âpreté que celle de Nietzsche s'oppose à celle de Kant. Dans l'esthétisme tel que le dépeint l'auteur d' Ou bien... ou bien (1843), l'histoire devient mythe : la subjectivité ne rejoint pas la totalité, mais s'émiette en instants discontinus ; il y a là un style de vie, comparable aux perspectives nietzsch […] Lire la suite

EXISTENCE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 066 mots

Dans le chapitre « La fin des grands systèmes philosophiques »  : […] Un siècle avant l’essor de l’athéisme, Emmanuel Kant (1724-1804), à la fin du xviii e  siècle, et bien que croyant convaincu, porta un coup fatal aux thèses essentialistes en réfutant la célèbre preuve ontologique de l’existence de Dieu. Cette « preuve », attribuée à saint Anselme (1033-1109) et reprise par toute la philosophie classique, faisait de l’existence une perfection. L’Être suprême é […] Lire la suite

EXISTENCE PHILOSOPHIES DE L'

  • Écrit par 
  • Jean WAHL
  •  • 6 150 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La découverte de l'existence »  : […] L'existence précède l'essence, telle est, d'après Jean-Paul Sartre, la formule qui permet de comprendre la formation des philosophies de l'existence. Cette formule peut servir de point de départ. Il convient cependant de remarquer qu'il serait faux de résumer les philosophies auxquelles celles de l'existence veulent s'opposer par la formule inverse : « l'essence précède l'existence ». Martin Heide […] Lire la suite

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT, 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 11 820 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'esprit contre la lettre »  : […] Appliquée d'abord aux élèves de Hegel, la dénomination de jeunes hégéliens ( Hegelinge ) est bientôt donnée à ceux d'entre eux qui manifestent des velléités révolutionnaires tant en philosophie qu'en matières religieuse et politique. Distingués des « hégélites » (ou descendants de Hegel), ils se voient appliquer par ceux-ci une dénomination dont le caractère péjoratif sort des ouvrages mêmes de He […] Lire la suite

HOMME - La réalité humaine

  • Écrit par 
  • Alphonse DE WAELHENS
  •  • 14 324 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le retournement hégélien »  : […] Tout autre est la signification du moment hégélien. Du point de vue qui a été adopté, ici, on dira que Hegel cherche tout à la fois à renouer le lien du sujet et du monde, et à maintenir le primat de la pensée théorique, voire à le renforcer. Il y réussira en identifiant savoir et discours, et en niant, au nom de cette identification, que la science positive, modèle paradigmatique, avoué ou secre […] Lire la suite

HUMOUR

  • Écrit par 
  • Marie-Claude LAMBOTTE
  •  • 1 111 mots

Le concept d'humour, dont le champ d'application s'est considérablement élargi depuis son utilisation dans la littérature anglaise des xvii e et xviii e siècles, n'a pas pour autant subi de multiples variations sémantiques ni cessé de se rattacher implicitement à son étymologie latine : humor ( moisture ). Il s'agit, en effet, plutôt d'une évolution concernant l'extension du domaine de définiti […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean BRUN, « KIERKEGAARD SØREN - (1813-1855) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/soren-kierkegaard/