SÉNÈQUE (4 av. J.-C.65 apr. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Signification philosophique de l'œuvre

L'œuvre de Sénèque constitue une source précieuse pour la connaissance de la philosophie d'époque hellénistique et impériale. Pour toute la période qui va de la fondation de l'école stoïcienne, vers 300 avant J.-C., jusqu'au ier siècle après J.-C., ses écrits représentent la seule œuvre d'envergure composée par un stoïcien qui nous soit parvenue presque intégralement, sans être réduite à l'état de fragments.

Pourtant, on a parfois contesté la valeur de ce témoignage : les écrits de Sénèque n'auraient pas la structure systématique d'un exposé de doctrine philosophique ; on y trouverait presque exclusivement des développements consacrés à l'éthique ; les répétitions, les déclamations rhétoriques, le style sentencieux nuiraient à la rigueur philosophique.

Les interprétations les plus diverses ont d'ailleurs été proposées en ce qui concerne les doctrines de Sénèque. Les uns le considèrent comme un stoïcien orthodoxe, les autres rattachent son œuvre à la doctrine du « moyen stoïcisme », conformément auquel il aurait refusé le rigorisme de l'ancien stoïcisme. D'autres encore découvrent chez lui une évolution par laquelle il serait passé du monisme propre au stoïcisme orthodoxe au dualisme caractéristique du moyen stoïcisme. Certains enfin le considèrent comme un éclectique.

Ces divergences d'interprétation ont de quoi surprendre. D'une part, on possède une partie relativement considérable de l'œuvre de Sénèque. Dans ce vaste ensemble, les différents traités tournent tous, en partant de différents points de vue, autour du même thème fondamental : le « souverain bien » de l'homme, c'est-à-dire, dans la perspective stoïcienne, la conduite morale de la vie. Ces traités se complètent mutuellement et peuvent offrir une image assez riche des idées morales de Sénèque. On ne devrait donc pas s'attendre à rencontrer de grandes difficultés dans l'interprétation de sa pensée. En fait, ces difficultés résultent des problèmes plus généraux que pose l'histoire du stoïcisme.

Une des causes principales de ces divergences d'interprétation est, sans aucun doute, l'opposition fondamentale que des historiens comme A. Schmekel et K. Reinhardt ont voulu introduire entre l'ancien et le moyen stoïcisme (l'Antiquité ne connaissait pas une telle distinction). C'est en s'efforçant de reconstruire l'œuvre de Panetius et celle de Posidonius, toutes deux presque complètement perdues, que les historiens ont été conduits à cette hypothèse. Mais la critique contemporaine (P. Boyancé) a démontré que bien des attributions de Reinhardt n'étaient pas exactes ; par suite, l'ensemble de sa thèse peut être remise en question. En outre, de nouvelles recherches d'ensemble sur l'histoire du stoïcisme ont rendu problématiques les résultats de Schmekel. Aujourd'hui se fait jour une tendance à considérer comme homogène l'évolution de l'école stoïcienne. Plusieurs travaux récents (I. G. Kidd, O. Luschnat, I. Hadot) ont montré que la doctrine de l'ancien stoïcisme a contenu dès l'origine des éléments caractéristiques que l'on croyait être des innovations radicales datant de l'époque du « moyen stoïcisme ». Il a bien existé, vers le milieu du iie siècle avant J.-C., sous l'impulsion de Diogène de Babylone, une tendance doctrinale particulière au sein de l'école stoïcienne, celle-là même que l'on voudrait appeler le moyen stoïcisme. Mais son originalité semble, en fait, se réduire à déplacer l'accent lors de l'interprétation de certains dogmes fondamentaux du stoïcisme, sous l'influence de l'aristotélisme et du platonisme. La tendance issue de Diogène n'a joué qu'un rôle éphémère dans l'histoire du stoïcisme, d'autant que, même à ce moment, certains stoïciens ont défendu l'interprétation traditionnelle, la transmettant ainsi, sans rupture de continuité, à l'école stoïcienne de l'époque impériale. Ainsi se trouve considérablement réduite l'importance de ce courant auquel on aurait voulu donner le nom de « moyen stoïcisme », considérablement réduite aussi l'opposition que l'on voulait découvrir entre « ancien » et « moyen » stoïcisme. Les discussions sur l'orthodoxie du stoïcisme de Sénèque devraient donc prendre fin.

Si d'autres historiens ont rangé Sénèque parmi les éclectiques, la raison en est surtout que l'on trouve dans les trois Consolationes écrites par Sénèque des é [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SÉNÈQUE (4 av. J.-C. - 65 apr. J.-C.)  » est également traité dans :

LETTRES À LUCILIUS, Sénèque - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 797 mots
  •  • 1 média

Composées au cours des trois dernières années de la vie de Sénèque (4 av. J.-C.-65), ces 124 lettres qui nous sont parvenues, adressées à l'ami et poète Lucilius, constituent un manuel complet de philosophie. Entre Sénèque et le […] Lire la suite

CINNA CNAEUS CORNELIUS (Ier s.)

  • Écrit par 
  • Joël SCHMIDT
  •  • 165 mots

Personnage qui n'aurait sans doute jamais passé à la postérité s'il n'avait été utilisé par Sénèque dans son traité De clementia pour montrer que l'empereur Auguste savait pardonner. Cnæus Cornelius Cinna, arrière-petit-fils du grand Pompée, prend en effet le parti de Marc Antoine contre Octave, le futur empereur Auguste. Celui-ci ne lui en tient pas rigueur et lui permet de faire carrière ; Cinn […] Lire la suite

ÉLISABÉTHAIN THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 10 629 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sénèque »  : […] Cependant, tandis que moralités et interludes s'acheminaient peu à peu vers une expression dramatique à la fois plus proche de la vie et plus complexe, une influence capitale vint stimuler le développement du théâtre élisabéthain, dont la forme et l'esprit furent tributaires, dès le milieu du xvi e siècle et jusqu'à son extinction, de l'œuvre dramatique de Sénèque. C'est, en effet, le théâtre de […] Lire la suite

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature

  • Écrit par 
  • Pierre GRIMAL
  •  • 8 571 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Où l'art devient culture »  : […] Pendant les dernières années du règne d'Auguste (qui se termine en 14 apr. J.-C.), il se fait, à Rome, un grand silence dans le domaine des lettres. Virgile, Horace éblouissent. Quelques grands poèmes encore sont écrits, comme le De morte de Varius, un épicurien épigone de Lucrèce, et des tragédies, probablement récitées devant un public restreint plutôt que jouées au théâtre. C'est à ce moment q […] Lire la suite

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature chrétienne

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 6 339 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La tradition latine classique »  : […] Dès son apparition, la littérature latine chrétienne atteint une sorte de perfection. Chacun dans son genre, Tertullien, Cyprien, Minucius Felix sont des écrivains remarquables. Une des raisons de ce phénomène est probablement le retard du développement de la littérature chrétienne en Occident par rapport à celui de cette même littérature en milieu grec. L'ensemble des premiers écrivains chrétiens […] Lire la suite

MORT - Les sociétés devant la mort

  • Écrit par 
  • Louis-Vincent THOMAS
  •  • 8 190 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Dédramatisation de la mort »  : […] Attitude philosophique, certes, mais qui ne manque pas de se manifester dans le comportement, la dédramatisation de la mort fut hautement illustrée dans l'Antiquité. N'est-ce pas la position de Socrate qui choisit de mourir en absorbant le poison pour convaincre ses disciples que la mort n'a rien de redoutable : « Je crois aux dieux athéniens, comme n'y croit aucun de mes accusateurs. Et puisque D […] Lire la suite

NÉRON (37-68)

  • Écrit par 
  • Claude LEPELLEY
  •  • 1 233 mots

Dans le chapitre « Le début du règne : la tutelle de Burrus et de Sénèque (54-62) »  : […] Néron n'avait pas dix-sept ans. Sénèque et Burrus exercèrent le pouvoir, s'appuyant, le premier sur le Sénat, le second sur l'armée. Le nouveau règne était, selon eux, un retour à la tradition : on élimina les affranchis de Claude. Toutefois, Agrippine entendait bien gouverner sous le nom de son fils et, vite, un conflit s'engagea. Le meurtre de Britannicus, en 55, fut en partie dû au fait que, p […] Lire la suite

NORTON THOMAS (1532-1584)

  • Écrit par 
  • Henri FLUCHÈRE
  •  • 472 mots

Né à Londres, élevé à Cambridge, puis étudiant en droit à l'Inner Temple (1555), Thomas Norton fit une carrière politique : il devint City Remembrancer (fonctionnaire chargé des rapports avec la Couronne) et entra au Parlement. Ce puritain, qui traduisit l' Institution chrétienne de Calvin (1561) et exhorta en 1574 le lord-maire de Londres à surveiller les lieux « à peine honnêtes » ( scarcely ho […] Lire la suite

OSTRACISME

  • Écrit par 
  • Pierre BOUDOT
  •  • 9 370 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Permanence rituelle. Ostracisme théologique »  : […] L'ostracisme, qui se caractérise par une grande pauvreté d'imagination quant aux fins, exil ou mort, la dissimule derrière un cérémonial, une liturgie des gestes de la haine, un recours au néant, illustré par exemple par le recours au feu. L'histoire montre une longue répétition de l'autodafé. Protagoras d'Abdère (485-411 av. J.-C.) s'interrogea sur l'être des dieux et conclut au non-sens de la q […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 202 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Les sensibilités : lettres, arts et religions »  : […] Que le Haut-Empire ait été une grande époque dans l'histoire de l'humanité, nous en avons des preuves : en est une la mesure manifestée par les hommes de ce temps pour exprimer leurs sensibilités ; mais il y a aussi la puissance : dans tous les domaines de la vie intellectuelle et artistique, la production se caractérisa par son abondance. Il ne saurait être question d'aborder ici la littérature i […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Ilsetraut HADOT, « SÉNÈQUE (4 av. J.-C. - 65 apr. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/seneque/