NOVATIEN (200?-? 258)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Prêtre de l'Église de Rome, Novatien y tenait un rôle important durant la vacance du siège qui suivit le martyre du pape Fabien (janv. 250). Au nom du clergé romain, il écrivit deux lettres à Cyprien au sujet de la conduite à tenir à l'égard des chrétiens qui avaient apostasié (les lapsi) durant la persécution de Dèce. Il y préconise la même attitude de prudence et de miséricorde que l'évêque de Carthage. Quand, après quinze mois, Corneille fut élu pape (mars 251), Novatien s'opposa violemment à lui, se fit consacrer pape par trois évêques de village qu'il avait fait boire et prit (peut-être sous l'influence de Novat de Carthage, l'adversaire de Cyprien) la position la plus rigoriste, refusant absolument la réconciliation des lapsi. Excommunié par le synode romain de 251, il organisa son Église, avec sa hiérarchie. On ne sait rien de sa fin.

Outre les deux lettres citées plus haut, Novatien, esprit très cultivé (stoïcisme !) et écrivain brillant, le premier théologien romain à écrire en latin, laissa : un important traité Sur la Trinité, qui eut une influence décisive sur la terminologie et la théologie latines ; un écrit Sur les aliments juifs (De cibis judaïcis), qui montre que les chrétiens ne sont pas tenus par les observances juives, lesquelles doivent être interprétées allégoriquement ; deux opuscules Sur les spectacles et Sur la chasteté (De bono pudicitiae ), inspirés de Tertullien.

Le novatianisme, qui évolua dans un sens de plus en plus rigoriste, allant jusqu'à refuser à l'Église le droit de remettre les péchés, eut aux ive et ve siècles des communautés florissantes : en Occident, où Ambroise et Augustin eurent affaire à lui, et en Orient (Constantinople, Alexandrie), où il ne disparut qu'au viie siècle.

—  Pierre Thomas CAMELOT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  NOVATIEN (200?-? 258)  » est également traité dans :

CYPRIEN DE CARTHAGE (200 env.-258)

  • Écrit par 
  • Pierre Thomas CAMELOT
  •  • 950 mots

Dans le chapitre « Un pastorat mouvementé »  : […] Né au début du iii e  siècle à Carthage, où il est un rhéteur renommé, Cyprien est choisi comme évêque de cette ville peu après sa conversion (248-249). Bientôt éclate la persécution de Dèce (fin 249). Obligé de se cacher, Cyprien soutient par ses Lettres la résistance de ses fidèles. Rentré à Carthage, il doit régler le problème de la réconciliat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyprien-de-carthage/#i_5778

LATINES (LANGUE ET LITTÉRATURE) - La littérature chrétienne

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 6 338 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La tradition latine classique »  : […] Dès son apparition, la littérature latine chrétienne atteint une sorte de perfection. Chacun dans son genre, Tertullien, Cyprien, Minucius Felix sont des écrivains remarquables. Une des raisons de ce phénomène est probablement le retard du développement de la littérature chrétienne en Occident par rapport à celui de cette même littérature en milieu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/latines-langue-et-litterature-la-litterature-chretienne/#i_5778

Pour citer l’article

Pierre Thomas CAMELOT, « NOVATIEN (200?-? 258) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/novatien/